DzActiviste.info Publié le lun 17 Juin 2013

Et si La com du régime sur Bouteflika était un coup fourré ?

Partager
 

Après plus de six semaines de silence radio sur l’état de santé de Bouteflika, et des mensonges grossiers assénés par un Premier Ministre qui a multiplié les absurdités en tout genre, qui frisaient parfois la stupidité profonde, nous avons eu enfin droit à un enregistrement, et à des photos du Chef de l’Etat, en présence du même Chef du Gouvernement, et du Chef d’Etat-major de l’armée, comme pour nous affirmer que celle-ci restait fidèle aux « institutions », et qu’elle n’envisageait pas, du moins pour l’instant, d’entreprendre une quelconque aventure.

Or, malgré une sélection semble-t-il très rigoureuse des images qui devaient nous être montrées, l’opération communication a été un fiasco sans précédent. Plutôt que de rassurer la rue algérienne, celle-ci a semé la confusion, et l’inquiétude dans les esprits, à un point où l’opinion publique commence sérieusement à se poser des questions. L’improvisation et les effets pervers de cette catastrophe communicationnelle ont été tels que les gens en sont naturellement arrivés à penser qu’ à moins d’avoir fait exprès, on ne pouvait pas être aussi incompétent, et qu’il est même tout à fait vraisemblable, voire même dans la nature de ce régime, que ces grosses bourdes aient été commises délibérément, pour mettre le clan de Saïd Bouteflika, ses soutiens et ses clientèles, dans une mauvaise passe.
Les organisateurs de cette opération communication auraient cherché à dire aux algériens que leur président était devenu irréversiblement invalide, voire gâteux, qu’il était bon pour la réforme, qu’ils n’auraient pas agi autrement.
Examinons quelques unes de ces absurdités, supposées avoir été passées au plus fin tamis, au plus haut niveau du régime:

― Après avoir juré sur le nom de Dieu, que le Président était en excellente santé, et qu’il gérait les affaires de l’Etat, au jour le jour, le Chef du Gouvernement nous apprend qu’il lui a rendu compte, deux heures durant, de toutes les affaires de l’Etat, depuis qu’il avait été hospitalisé. Il a donc reconnu, contrairement à ce qu’il avait affirmé, que le Chef de l’Etat avait été totalement coupé, avant cette « réunion de travail », de tout ce qui concernait le pays.

― Après que le médecin personnel du Président nous ait publiquement et officiellement affirmé qu’il n’avait pas eu un AVC( Accident Vasculaire Cérébral), mais un bénin AIT( Accident Isthémique Transitoire), sans aucune séquelle, un communiqué officiel nous apprend que c’est bel et bien d’un AVC qu’il est question.

― Malgré toutes les précautions qui ont été prises, pour ne pas nous montrer de gros plans du Président, nous avons bien vu, entre la 4eme et la 6eme seconde de l’enregistrement, un gros plan où on voit nettement que l’AVC a été particulièrement invalidant, et qu’il a entraîné de graves séquelles, puisque nous avons pu observer, nettement, une hémiplégie du côté droit du corps. La caméra semblait même insister sur les difficultés du Président de se servir de sa main gauche. Et nous avons pu observer, par ailleurs, qu’il semblait souffrir de confusion mentale, puisqu’il n’a même pas su quoi faire du gâteau qui lui a été offert par le Premier Ministre. 
― Malgré l’importance de l’événement, attendu par tout le pays, l’enregistrement a été filmé en mode muet, et le Président ne s’y est pas exprimé, ne serait-ce que pour nous dire un simple bonjour. En vérité, le message subliminal de cette absence de parole, couplée aux gestes désordonnés et à l’attitude hébétée du Président, semble avoir été destiné à nous démontrer qu’en plus des séquelles physiques évidentes que nous montre l’enregistrement, il n’est même plus capable de formuler une simple salutation, aussi sommaire fut-elle.
Trop d’impairs ont été commis, dans cette opération censée rassurer les Algériens, et donner du temps au régime pour préparer la suite des événements. 
Le régime algérien s’est toujours distingué par sa grande incompétence, en tout, et sur tout, mais à ce niveau de débâcle, cela devient tout à fait invraisemblable. On ne peut pas être aussi incapable. Même en faisant exprès. Le dernier des imbéciles aurait mieux fait. Il y a donc anguille sous roche. Et si toutes ces erreurs avaient été laborieusement entreprises ? 
DB


Nombre de lectures: 722 Views
Embed This