DzActiviste.info Publié le lun 10 Déc 2012

Événements du 11 décembre 1960 : ces algériennes qui ont relancé la révolution

Partager

Par Said Radjef

C’est aujourd’hui que l’Algérie célébrera la commémoration du 51e anniversaire des manifestations populaires historiques du 11 décembre 1960, dans un climat imprégné par la visite du chef de l’Etat français, François hollande.

Selon Mohammedi Amar, responsable de la zone autonome qui a succédé à Yacef Saadi, « ce sont les femmes et les enfants qui étaient sortis en grand nombre pour manifester dans les rues et les quartiers populaires d’Alger contre la politique de De Gaulle qui voulait maintenir l’Algérie comme une partie indissociable de la France». Et d’ajouter : « La révolution était asphyxiée par la colonisation à travers l’opération Jumelle et les plans Gaulliens, lorsque des milliers de femmes et d’enfants l’ont relancé à la suite d’un appel obscur d’un « illuminé » dans un quartier populaire à Belcourt. Les instances de l’ALN et du FLN ignoraient tout ; ils n’avaient donné aucune instruction pour appeler les populations à la manifestation. » Les historiens considèrent les manifestations du 11 décembre 1960, comme le second Dien Bien Phu qui a mis à genoux la colonisation et sonné le glas des empires coloniaux a travers le monde. « C’est un tournant décisif dans l’histoire de la guerre de Libération nationale », écrivent Med Harbi et Benjamin Stora. Organisées en guise de soutien aux militants armés de la cause indépendantiste, ces manifestations prennent vite l’allure d’un soulèvement populaire contre l’occupation française. Apres la bataille d’Alger, au cours de laquelle l’armée française a décapité les cellules armées du FLN, les femmes et les enfants ont ressuscité à nouveau le sentiment patriotique chez le peuple algérien qui affrontera les mains nues les parachutistes du général Salon. C’est ainsi que les manifestations s’étendirent au-delà de la zone autonome pour embraser tout le pays, et permettre aux instances dirigeantes de la révolution de reprendre les choses en main.

Cinglant désaveu pour la colonisation, car contrairement a ce qu’affirmaient les autorités françaises sur le mouvement insurrectionnel du 1er novembre 1954, en le qualifiant notamment d’acte isolé, les événements du 11 décembre 1960 constituent une preuve irréfutable de l’adhésion de toutes les couches sociales du peuple à la lutte pour l’indépendance et de leur soutien indéfectibles à la cause des militants armés du FLN. Sévère démenti aussi à la politique sécuritaire de l’armée française qui découvre toute sa fragilité face à des femmes et des enfants farouchement résolus de faire entendre la voix de leur pays à l’ONU. Réprimées dans le sang, ces manifestations survenues avec le retour de De Gaulle au pouvoir à la tête de la tête de la V république fraichement restaurée, ont permis aux dirigeants de l’ALN d’organiser la grande évasion de Paul Gazelle, camp d’internement situé à Ain Ouessera. Outre la faillite de la politique sécuritaire de la colonisation, les manifestations du 11 décembre 1960 ont été une occasion de plus pour l’ONU d’approuver l’autodétermienation et la légitimité du combat du peuple algérien.

A peine une année après, le 8 janvier 1961, par un référendum sur l’autodétermination en Algérie organisé en métropole et en Algérie, les électeurs s’étaient prononcés à près de 75 % en faveur de l’autodétermination. C’est alors que parallèlement aux négociations secrètes ouvertes à Lugrin entre le gouvernement français de Michel Debré et le Gouvernement provisoire de la République algérienne que la colonisation sombre définitivement dans la politique des putsch et de coups d’états contre les instances de la Veme république, au bord de l’écroulement.De Gaulle répond à ses généraux et aux ultras européens en déclarant au peuple algérien: » Je vous ai compris »


Nombre de lectures: 4696 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Displaying 1 Comments
Participer à la discussion

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>