DzActiviste.info Publié le sam 20 Oct 2012

Exploitation de gaz de schiste : Il faut de la transparence

Partager

 

 

 

Dr Kacem Moussa, expert en géologie :

« Le Sahara n’est pas qu’une mer de dunes de sable comme on a tendance à l’imaginer »

 

 

 

Réunion aujourd’hui, 20 octobre, au centre des Ressources, rue Tanger -Alger Centre-

 

UN SEUL OBJECTIF= NON AU GAZ DE SCHISTE

 

 

Discuter de l’avenir du pays avec la société n’est pas la tradition du régime depuis 1962, encore moins lorsqu’il s’agit d’une question liée à l’environnement et à la santé publique. Sinon, comment expliquer que le gouvernement décide d’opter pour l’exploitation de pétrole et de gaz non conventionnels (de schiste) sans que le collège des experts et des spécialistes du domaine ne soit consulté.

 

Si cela a été le cas, pourquoi les autorités, notamment le Premier ministre Abdelmalek Sellal, n’ont pas rendu ce débat public pour que les citoyens produisent différents points de vue. Le projet de loi sur les hydrocarbures, qui sera débattu prochainement au cours de l’actuelle législature, n’a pas été jusqu’à présent expliqué aux Algériens. Cette opacité laisse planer le doute.

 

On l’aura compris, aucune émission télévisée sur les chaînes appartenant à l’Entv, ni sur les ondes des radios nationales, n’a évoqué la question de l’exploitation de pétrole et de gaz de schiste, tellement le sujet est un tabou pour le pouvoir. Cette opacité laisse planer le doute chez les citoyens les plus avertis et les plus sensibles aux questions géostratégiques et celles relatives à l’écologie. C’est légitime, notamment en ces moments de bouleversements politiques.

 

Il devient évident que c’est à la société d’arracher son droit à l’expression et ce d’une manière pacifique et dans un cadre structuré.

 

Mehdi Bsikri

 

 

Ecrit par moi-même sur facebook :

 

« Le projet de loi sur les hydrocarbures qui sera présenté au cours de l’actuelle législature est une offre du régime algérien pour gagner le silence des américains,,,,,,puisque agissant avec une logique de régime et non d’Etat,,,,les dirigeants algériens actuels,,qui n’ont d’algériens que la carte d’identité,,,,,,et qui ne bénéficient d’aucune légitimité,,,,bradent le pays en ouvrant la vaste désert aux compagnies du lobby pétrolier et gazier occidental,,,notamment américain,, faut le souligner,,,,pour eux,,,l’essentiel c’est de continuer à profiter des privilèges et à se partager les milliards d’euros générés par la compagnie Sonatrach,,,la gestion de cette dernière doit être sous le giron populaire et non celui de la nomenkaltura,,,,

 

pour une question de souveraineté nationale,,,,nous devons tous se concerter et bien discuter pour essayer d’avorter ce projet de loi destructeur pour le pays,,,,à l’issue de la réunion de samedi 20 octobre qui aura lieu au centre des Ressources, rue Tanger -Alger centre-,,,,,plusieurs actions à entreprendre seront décidées démocratiquement et dans la transparence, puisque c’est l’esprit républicain qui nous anime,,,,,

 

Ces actions peuvent se concrétiser sous diverses formes,,,,,ceci,,,et il faut le préciser,,,après avoir entendu les avis des uns et des autres,,,Il est certain que l’Action s’inscrit dans la durée,,,,,,,il faut joindre le politique, l’économique, et tout ce qui est relatif à l’écologie et à l’environnement,,,,,

 

pour ceux qui ne peuvent pas venir,,,vous pouvez rendre publique vos suggestions,,,Votre avis sera lu devant l’assistance,,,

 

Les Amis,,,,une question pareille et d’une cruciale importance liée directement à l’avenir de vos enfants ne peut être considérée comme une goutte dans un océan,,,, »

 

 

Sur les réseaux sociaux, les citoyens se mobilisent

 

« L’Algérie n’est pas un champ d’expérimentation », Évènement public crée Par Fares Kader Affak. Centre de Ressources, en face le musée MAMA, rue Tanger, Alger-Centre

« Un nouveau projet de loi sur les hydrocarbures sera soumis aux débats à L’APN dans les jours a venir. Dans ce projet, le gouvernement algérien veut avaliser dans le flou total l’exploitation de gaz de schistes. Selon la façon d’agir du pouvoir, sa politique opaque et ambiguë, le gouvernement a déjà effectué des travaux de prospections et a procédé à l’évaluation du potentiel gazier non conventionnel du sud du pays.

Le gouvernement dit s’être déjà engagé avec des entreprises états-uniennes activant dans l’exploitation des gaz de schistes. Après avoir brandit la menace face au USA, de rapatriement d’une partie des revenus du pétrole pour développer une politique industrielle, voila que maintenant, le système accepte de faire de l’Algérie un champ d’expérimentation dans ce domaine comme ce fut le cas pour les essais nucléaires de la France après l’indépendance. La raison d’Etat et le bon sens le plus élémentaires auraient voulu attendre que les pays maîtrisant parfaitement cette technologie puissent donner les premiers résultats de leur travaux d’exploitation, ce qui épargnerait à notre pays des dangers réels ou supposés.

 

Marquée par un total manque de transparence se refusant à tout développement contrôlé, démocratique, équilibré, rationnel, la démarche du gouvernement fait peser un réel danger sur les ressources hydriques non renouvelables des aquifères albiens du Sahara. Le pouvoir mis a jour ses logiques inhumaines d’un développement tyrannique et aveugle.

Ce qu’on veut faire, c’est de rendre l’entreprise SONATRACH, une entreprise du pouvoir et non une entreprise de production souveraine, ou ses gestionnaires n’aient plus à agir sur injonction. Nous ne pouvons pas rester enfermés dans le choix entre une fuite en avant néolibérale et la pérennisation de la rente

Nous n’avons nul besoin d’exploiter les gaz de schistes. Nous ne voulons pas compromettre le devenir des générations d’Algériens qui nous succèderont ! Nous devons reprendre le contrôle de l’économie, imposer la prise en compte des besoins réels et des nuisances indésirables

Un appel à la mobilisation est lancé à tous les patriotes, à tous les citoyens soucieux de leur avenir et l’avenir des générations futures pour faire barrage à ces contorsions et ces manœuvres qui assurent la domination du despotisme néolibéral.

Une réunion est programmée le 20/10/2012 a 14H au Centre de Ressources, en face le musée MAMA, rue Tanger, Alger-Centre, pour débattre de la question et adopter une démarche et un plan d’action commun ».

 

Une pétition a également été lancée par un autre militant, Mohand Bakir, pour demander au gouvernement d’abandonner l’exploitation de gaz de schiste. Signée par des centaines de citoyens, elle sera transmise au Premier ministre (EW)


Nombre de lectures: 322 Views
Embed This