DzActiviste.info Publié le mer 19 Juin 2013

Extrait de L’Homme qui n’avait rien compris de Youssef Zirem

Partager

_

 » L’exil est le territoire de l’amertume par excellence. Au paroxysme du malaise, l’exil est plus fort que la mort; l’exil est un bannissement insupportable dont on ne guérit jamais, l’exil ne prend jamais fin même quand on retourne au pays de ses origines, car une énorme parenthèse vient toujours rappeler à l’exilé cette période où il était ailleurs, où il a fui, où, peut-être, il n’a pas été à la hauteur de ses convictions, de son destin. L’exil se conjugue alors avec la lâcheté et la lâcheté ne pardonne à personne »
_


Nombre de lectures: 344 Views
Embed This