DzActiviste.info Publié le mar 1 Mai 2012

FFS à Alger… « Il y a un plan pour détruire le pays »

Partager

Affiche électorale FFS pour les législatives du 10 mai 2012Meeting électoral du FFS à Alger. « Il y a un plan pour détruire le pays »

« Qum tara ». Le slogan de campagne déniché par le Front des forces socialistes (FFS) pour les prochaines élections législatives fait écho à une vieille chanson andalouse et se traduit par « viens voir » ou « lève‑toi et regarde ». Il figure sur une affiche avec le portrait de Hocine Aït Ahmed accrochée à l’entrée de la salle de cinéma Sierra Maestra où le parti doit tenir, ce vendredi 27 avril, son meeting à Alger.

Quinze heures passées de quelques minutes. Quelques personnes patientent devant la salle qui reste presque vide, au grand dam des organisateurs. « C’est le problème des meetings organisés le vendredi, avec la grande prière. Les gens rentrent chez eux pour manger avant de faire quoi que ce soit », tente d’expliquer l’un d’eux.

Une cadre du parti avance vers son camarade et lui dit presque en chuchotant : « si ça continue comme ça, ce sera une catastrophe ». Comme eux, beaucoup s’aperçoivent qu’on est loin, très loin, de l’ambiance des grands meetings populaires organisés dans les années quatre‑vingt‑dix. Quand la salle Harcha, par exemple, s’avérait trop étroite pour accueillir tous les militants et sympathisants du parti.

Près d’une demi‑heure après, les organisateurs s’échinent toujours à apporter les derniers réglages aux équipements de sonorisation. Les gens commencent à affluer par groupes vers la salle de cinéma. La rencontre commence peu après quinze heures trente avec l’arrivée d’Ali Laski et de Me Mostefa Bouchachi, tête de liste du FFS à Alger. Les présents sont clairsemés dans la salle.

Hayat Meziani Taïati, cinquième sur la liste d’Alger, prend la parole en premier. En français, elle prononce son discours sur la participation de la femme aux prises de décisions politiques. « Voter FFS, c’est ouvrir les portes de l’espoir à toute personne qui ne croit plus en son avenir dans ce pays ! », dit‑elle vers la fin de son allocution. Après l’intervention d’une candidate de Biskra et d’un candidat de Mascara, une cadre du parti également candidate sur la liste d’Alger, Hassina Hammache, prend la parole. Elle aussi s’exprime en français. Chose pourtant interdite par la loi électorale. Elle est d’ailleurs rapidement rappelée à l’ordre par une personne dans le public, qui l’interpelle. Son discours dure à peine quatre minutes.

Un représentant de Sos disparus, Hacène Ferhati, lui succède au pupitre. Il rappelle le combat des familles de disparus et la nécessité de ne pas oublier cette question. L’ancien président de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’Homme (Laddh) est salué par des salves d’applaudissements. Les militants scandent les vieux slogans du parti. « Assa azzeka, FFS yella yella ». Me Bouchachi entame son discours en revenant sur les arrestations de militants, dont celle d’Abdelkader Kherba. « Il y a un plan pour le détruire le pays », affirme‑t‑il. Il cédera la place au premier secrétaire du parti, Ali Laski, dont le discours clôturera le meeting.

Hadjer Guenanfa
TSA 27/04/2012


Nombre de lectures: 4499 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Displaying 1 Comments
Participer à la discussion
  1. […] de l’Etat. Le parti de Hocine Aït Ahmed, le Front des Forces Socialistes a même parlé d’un plan pour détruire l’Algérie. Dans un meeting à Tebessa, le député du FLN Mohammed Djemiai est allé plus loin. […]

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>