DzActiviste.info Publié le sam 2 Juin 2012

HADJOUT DANS TOUT SES ETATS

Partager

Bataille rangée entre les forces de l’ordre et des

citoyens mécontents

DANS LA MATINÉE DE DIMANCHE, LES HABITANTS DE LA CITÉ BASSE SITUÉE EN AMONT DE LA VILLE DE HADJOUT ET EN DIRECTION DE L’AGGLOMÉRATION DE MEURAD ONT UNE NOUVELLE FOIS BLOQUÉ LA ROUTE INTERDISANT AINSI L’ACCÈS AUX AUTOMOBILISTES POUR SE RENDRE À HAMMAM RIGHA DANS LA WILAYA DE AÏN DEFLA QUI SE TROUVE À QUELQUES ENCABLURES DE LA DAÏRA DE HADJOUT. 

Malgré un calme relatif durant la journée d’hier, les citoyens mécontents ont cette fois-ci voulu tenir tête aux forces de l’ordre qui sont venues renforcer et tout au moins libérer la route qui est largement empruntée par les automobilistes qui viennent de Chlef et Aïn Defla pour rallier la côte durant la saison estivale. Les autorités locales et à leur tête le chef de daïra ont tout fait pour expliquer aux citoyens qu’une nouvelle vague de logements sera distribuée dans les prochains mois mais malgré ces promesses, les candidats au logement ne veulent rien entendre et persiste dans leur entêtement. Cette situation, qui exaspère plus d’un, révèle que cette dernière distribution s’est faite selon un habitant du quartier «dans l’anarchie compte tenu que c’est une opération tiroir et par conséquent, il fallait déloger l’ensemble de la cité et par la suite construire de nouveaux bâtiments sur les lieux mêmes». Un autre citoyen s’insurge sur le fait qu’au lieu de donner un quota de logements aux habitants pour essayer de contenter tout le monde, il aurait paru plus convenable de libérer tout un site et en même temps». Pour l’heure, la route est dégagée provisoirement mais les citoyens persistent dans leur démarche.

Source: http://lnr-dz.com/index.php?page=details&id=423

Les citoyens de Hadjout en colère

DANS LA MATINÉE DU 25 AMI DERNIER, LA LISTE DES BÉNÉFICIAIRES DES 120 LOGEMENTS ET UNE LISTE D’ATTENTE DE 40 PERSONNES EN DE RECOURS, ONT ÉTÉ AFFICHÉES. 

C’est ainsi que des citoyens se sont rués sur la placette de la ville, située face à l’APC, pour manifester leur mécontentement. Très vite, un important rassemblement s’est tenu face au siège de l’APC pour rencontrer le P/APC, auquel se sont mêlés des voyous qui ont proféré des insultes en direction des autorités. Devant une telle situation, un renfort des agents de l’ordre public est arrivé de Tipasa pour conforter le cordon de sécurité afin de préserver les institutions étatiques et par la même occasion apaiser la population. Au sein de la mairie, plusieurs personnes prisent de malaise, d’autres les larmes aux yeux criaient à tue-tête le bien-fondé de leur requête. Chihab, un homme de 39 ans, désespéré, avait de la peine à retenir sa grogne : «Je suis marié et j’ai trois enfants, j’habite avec mon père et mes frères, le logement que nous occupons n’appartient pas à notre famille, il est au nom de ma grand-mère qui refuse de nous l’octroyer. Où vais-je partir si les héritiers nous demandent de quitter les lieux ? Qu’allons-nous devenir ? Après avoir repris son souffle, il ajoute : «Tout le monde connaît notre situation quand j’ai vu la liste j’ai remarqué que beaucoup de célibataires nés entre 1984 et 1990 ont bénéficié de logements sociaux pourquoi une telle ségrégation.» Subitement, les vitres des guichets volent en éclats, un jeune totalement désemparé est violemment frappé par un policier à la tête. Il est transporté en urgence à l’hôpital de Hadjout puis transféré à l’hôpital de Blida compte tenu de la gravité de son état. Nous avons essayé de contacter les différents responsables mais c’est le black-out total. A l’heure où nous mettons sous presse, la situation est relativement calme mais à la moindre étincelle, elle peut dégénérer. Fait important, le chef de la Sûreté de la daïra de Hadjout a joué un rôle prépondérant pour calmer les esprits.

Source: http://lnr-dz.com/index.php?page=details&id=284 par MOHAMED EL-OUAHED

 


Nombre de lectures: 1175 Views
Embed This