DzActiviste.info Publié le ven 25 Avr 2014

Halte !

Partager

Le Pouvoir Algérien, dans sa superbe et méprisante victoire  à la Pyrrhus est en train de jouer avec le feu.images

Après avoir muselé une opposition fragile et non convaincue , après avoir laminé une société civile qui ne jure plus que par l’appel du pied aux militaires,  après avoir mis une énergie disproportionnée pour discréditer le  » Mouvement Barakat » pourtant expression pacifique d’une voix démocratique, après avoir fait la sourde oreille afin de ne pas entendre les appels au secours des populations du M’zab, après avoir lancé une offensive contre le bastion de l’Armée au risque de livrer le pays à cette  » main étrangère » qu’il utilise à profusion, après avoir laissé pourrir une situation économique et sociale qui a atteint les limites de l’intolérable , après avoir joué au chat et à la souris pour faire  » élire  » un président fantôme, le voilà qui engage une répression des plus violentes dans cette Kabylie millénaire qu’il veut réduire à la portion congrue.

Les  » événements « de Tizi Ouzou et de Bejaia et de Ghardaia marquent un tournant que ne semble pas avoir apprécié un pouvoir autiste. La France coloniale aussi, étrange répétition, qualifiait la Révolution » d’événements d’Algérie ».

Il ne s’agit pas de revendications économiques , identitaires, sociales ou ethniques( ce qui serait en soi a prendre en compte avec urgence) mais d’une faille plus profonde, souterraine, qui est en train de creuser un fossé déjà trop large entre la Société et le pouvoir.

L’ignorance que démontre le Pouvoir algérien est à mesurer à l’aune d’une cupidité maladive. Non content de s’être approprié sans partage les richesses naturelles, les décideurs tentent de faire accoucher au forceps un régime autoritaire qui ne serait ni une dictature  » éclairée » ni une monarchie constitutionnelle, ni une démocratie de façade. Son seul but est de régner advitam aeternam sans souci de l’alternance, ni du bien-être de la population tiraillée par les questions de santé , de pouvoir d’achat, de circulation, de logement…considérant que ce pays, l’Algérie, n’appartient pas aux citoyens qui le peuplent et ne seraient pas des sujets de  » Sa Majesté  » mais des serfs inféodés corvéables à merci.

« La monarchie » qui pointe fait augurer d’une nouvelle révolution qui, l’Histoire à eu à le démontrer, emportera dans la violence des individus qui , à l´image de Kaddafi , seront réduits à quémander un pardon qui ne leur sera jamais accordé.

Ce n’est pas un vain espoir que j’exprime ni une vision apocalyptique et encore moins une utopie  » d’intellectuel » mais une vérité que j’aimerai ne pas comprendre. Les décideurs sourds cupides aveugles ont encore le temps de rectifier ce tir qu’ils dirigent  malheureusement contre les enfants de l’Algérie libre.

Aziz Fares


Nombre de lectures: 216 Views
Embed This