DzActiviste.info Publié le mer 19 Déc 2012

Hollande inconnu au Djurdjura

Partager

Hollande presse algériennePar Said Radjef

Décidément, rien ne va plus en Kabylie ces derniers temps. Outre les élections qui se déroulent dans l’anonymat le plus total, la visite officielle du chef de l’Etat Français, François Hollande, en Algérie, n’a pas suscité la curiosité des populations kabyles. En tous les cas, l’attitude kabyle est loin de rimer avec ces faux airs d’hospitalité et de pays pleinement souverain que veut traduire l’Etat algérien à l’occasion du séjour de M.Hollande. En dépit de l’abattage « publicitaire » entamé depuis des semaines par la presse et les grands médias d’ici et d’ailleurs, le moins que l’on puisse dire, l’anonymat et l’indifférence sont les deux sentiments qui ressortent ici au Djurdjura au moment où le président Français foulait le sol algérien.

Et pourtant cette visite qui porte un cachet particulier en raison du passé douloureux qui lie les deux pays, n’est pas de nature à laisser indifférente la Kabylie qui compte, il faut le souligner, l’une des plus grandes communautés algérienne en France. Or, la venue de François Hollande, même surmédiatisée, vient de mettre en évidence une chose : le désintérêt et le mépris qu’a le Djurdjura pour la pratique politique, se sont visiblement enflés au cours de ces dix dernières années. Et à tout le moins les anachronismes d’un régime dans lequel les algériennes et les algériens refusent de se reconnaître ou de s’identifier.

A vrai dire, il n’y a pas que la visite du premier responsable Français qui est confrontée au rituel marquant de l’indifférence kabyle .Un pesant et retentissant dégoût entoure l’atmosphère depuis quelques temps déjà, au point qu’aucun évènement n’arrive a faire sortir la région de sa torpeur pour la réconcilier avec le discours politique.

Dans la plupart des endroits où nous nous étions rendus au Djurdjura au cours de cette semaine, la visité de M. Hollande est relatée comme un banal fait divers relevant de la rubrique des chiens écrasés. Pas un mot sur le sujet de la repentance qui chauffe les esprits sur les deux rives de la méditerranée. Eveil des consciences ou démission totale ? La frénésie qui s’est emparée des médias algériens et français, est vite, tournée en quelques commentaires de café, en dérision. « Le président algérien François Hollande rencontre Bouteflika » ou encore « le franco-algérien Hollande », traduisent l’atmosphère dans laquelle baigne le Djurdjura depuis quelques années.

Au fait, il n’y a pas que la servilité du régime qui choque et qui pousse les algériens à avoir ces sentiments d’indifférence et d’anonymat. A la vérité, nos sociologues, nos journalistes, nos politologues et les leaders d’opinions le savent très bien, les algériens veulent en finir une bonne fois pour toutes avec la complaisance, les connivences, la courtisanerie, les faux semblants …devenus des constantes nationales si nécessaires à la survie de chacun. Alors, attention aux grands silences qui précèdent la tempête. D’autant plus que le spectre du printemps arabe plane majestueusement sous le ciel d’Algérie.


Nombre de lectures: 738 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>