DzActiviste.info Publié le lun 13 Jan 2014

Hollande, la Françafrique et la crise ! Par Kamal Guerroua

Partager

La Françafrique est-elle enterrée? Le rêve de «l'Afrique sans la France», tel que conçu par l'intellectuel centrafricain Jean-Paul Ngoupandé dans un ouvrage portant le même nom (Albin Michel éditions, 2002) serait-il possible ? Il serait presque une utopie ou une chimère d'y croire.

Et pourtant son annulation est l'une des trente propositions ayant permis à François Hollande d'accéder au palais de l'Elysée en mai 2012 ! En réalité, cette Afrique en pleine effervescence, militarisée à outrance, appauvrie et dessaisie de ses richesses est victime de ses contradictions historiques et la France y est liée tantôt par intérêt stratégique tantôt par esprit de grandeur et d'hégémonie sous couverture humanitaire. Les leaders des Etats africains postcoloniaux étaient, dès le sommet d'Addis-Abeba en 1963, lequel fut à l'origine de l'instauration de l'organisation de l'unité africaine (O.U.A), ancêtre de l'union africaine (U.A) actuelle très naïfs comme l'a bien analysé le Dr Tlemçani. Car, penser à une unité «formelle» sans une vision globale d'avenir ni un regard clairvoyant sur les rapports à entretenir avec l'ex-puissance colonisatrice est un saut dans l'inconnu. De même, ne pas résoudre les problèmes des frontières hérités de la période coloniale ni pouvoir désamorcer à temps les bombes à retardement des complexités ethniques, tribales et religieuses qui sapent le continent noir en cimentant la citoyenneté au cœur des naissants Etats-Nations fut une erreur fatale qui ne pardonne jamais en ces temps incertains de la mondialisation-laminoir. L'opération militaire Sangaris menée en décembre dernier par la France en Centrafrique en est un cas de figure qui prouve, à lui seul, la quadrature du cercle dans laquelle s'embourbent et les Etats africains et l'ancienne métropole.

En effet, un pays comme la Centrafrique qui dort dans le ventre de l'Afrique, déstructuré, infesté par des milices armées jusqu'aux dents, gagné par des bisbilles ethniques, rongé par la rouille des pronunciamientos et des coups de force, sans aucune assise institutionnelle viable (armée et forces de l'ordre) est on ne peut plus un casse-tête troublant pour la métropole parisienne qui en avait fait, depuis l'ère de la décolonisation, avec la plupart des pays du Sahel, un point de mire et un terrain d'essai de ses stratégies d'influence dans la région. Bien que les réalités sociopolitiques africaines soient différentes les unes des autres, elles se rangent toutefois sous un dénominateur commun : l'instabilité politique. La Centrafrique en est une. Rien à avoir avec le spectre de la guerre malienne où le syndrome Sanogo, du nom de ce fameux capitaine ayant renversé par un coup d'Etat militaire le président Amadou Toumani Touré en mars 2012 compose, nonobstant tous les aléas, une équation aux contours bien gérables. Car, quoiqu'envahi dans sa partie nord par des groupuscules d'A.Q.M.I et des rebelles Touarègues d' Azawad, le Mali reste relativement sécurisé dans sa partie sud. En plus, il dispose d'un semblant d'Etat sur lequel, le cas échéant, les forces françaises pourraient s'appuyer pour pousser dans ses derniers retranchements la nébuleuse intégriste. La curée anarchique des islamistes au nord fut, il est vrai, pour l'Hexagone le fil curseur pour une lecture objective des rebondissements pouvant avoir lieu bien après. A proprement parler, l'opération " Serval ", en dépit de sa complexité pratique (les forces françaises ont mené des attaques du type asymétrique sans ennemi réellement identifiable sur le terrain), s'est avérée, à la longue, tactiquement jouable (objectifs clairs, soutien citoyen), politiquement justifiable (combattre l'intégrisme), et pratiquement explicable même si elle s'est déclenchée dans le sillage de l'intervention critiquée de Nicolas Sarkozy en Libye contre les milices d'El-Gueddafi dans le contexte fort confus du printemps arabe. Laquelle opération a, du reste, donné à l'époque une impression de "replay de scénarios interventionnistes aux relents néocolonialistes". En revanche, le cas de la Centrafrique est problématique, l'opération militaire " Sangaris " est une plongée dans le chaos, l'opinion publique hexagonale n'y distingue pas clairement les belligérants. Les rebelles de Séléka, ces guerriers déjà invétérés au Darfour (Soudan) et au Tchad (20 000 éléments environ) qui ont mis à la porte fin mars un certain François Bozizé, lâché, atrophié, peu ou prou estimé, encore moins soutenu par l'Elysée n'affichent pas, quant à eux, un profil bien discernable (coalition de factions hétéroclites).

En fait, ceux-ci furent déjà aux portes de la capitale Bangui dès le début mars sans que l'U.A ou la France ne bougent le petit doigt. Bozizé aux abois a beau crier au secours, à l'Elysée pas âme qui vive, ses murs n'ont cette fois-ci, paraît-il, pas d'oreilles ! Hollande boude, raccroche ! Peine perdue pour le leader centrafricain puisque le locataire de l'Elysée n'est pas du tout prêt à se scinder en deux fronts (Mali et Centrafrique). En plus, en ce moment très dur des vaches maigres, la France craint les folies budgétaires, se serre la ceinture et le président " normal " a d'autres chats à fouetter : un front social sur le qui-vive, le chômage massif (en effet, une simple annonce par le gouvernement de Jean-Marc Ayrault d'une inversion de la courbe du chômage 20 500 de demandeurs d'emploi en moins au mois d'octobre dernier a emballé, chose étonnante, médias et classe politique compris), la crise des banlieues (le climat d'insécurité et les règlements de compte à Marseille), la montée dans les sondages du front national de Marine le Pen en perspective des municipales et des européennes prochaines ainsi que, cerise sur le gâteau, une impopularité présidentielle inquiétante qui fait tache de l'huile, du jamais-vu dans l'historique de la V république! La seule solution d'urgence à portée de main : temporiser, tergiverser, attendre que le brouillard se dissipe pour y voir clair. Bref, gagner du temps ! Une rengaine peu commode devenue style de gouvernance chez Hollande. Cinq mois plus tard, la situation est allée de mal en pis, Bangui suffoque sous la violence. Mise à sac, pillée, vandalisée, elle s'est transformée en un théâtre de lynchages publics, de tueries et de conflits confessionnels entre chrétiens et musulmans.

L'Etat centrafricain ou ce qui en reste est à terre, Bozizé prend la fuite, le désordre y règne ! La France des " droits de l'homme " ne peut pas se taire, elle est là pour assumer sa responsabilité historique et renouer avec cette vieillotte politique de la Françafrique. Intervenir pour des raisons humanitaires est plus qu'une obligation, c'est un devoir ! En chef guerrier, Hollande tranche cette fois-ci, retrousse les manches et mobilise les troupes. Mais avant de s'y aventurer, un point d'orgue est nécessaire : il va falloir convaincre une opinion publique sceptique, peu enthousiaste et, plus qui est, touchée par les effets de la crise de l'urgence et du bien-fondé d'une telle campagne militaire. Avantage de taille à son actif, le président français bénéficie du soutien inconditionnel de toute la classe politique. Reste à déterminer toutefois le coût de la guerre, sa durée, ses implications et ses retombées immédiates puisque même sous mandat de l'O.N.U, l'intervention n'attire pas grand monde, les pays européens et les alliés stratégiques (Etats Unis et Angleterre) se contentent de regarder le spectacle depuis les tribunes alors que l'armée française est au front : première moisson de la guerre, deux soldats tués le 10 décembre dernier mais à côté de ce décompte macabre, le président Obama fait un clin d'œil généreux à Paris et touche au porte-monnaie : 60 millions de dollars sont alloués à l'opération par l'Oncle Sam qui s'ajoutent aux 40 millions du mois de novembre dernier.

Du retour des obsèques de Mandela, Hollande fait escale en Centrafrique, rend hommage aux deux soldats tués et rencontre le vice-président Michel Djotodia, chef des rebelles de sélékas qui s'est autoproclamé président dès la chute de Bozizé. La réalité du terrain va de soi, une situation humanitaire qui laisse à désirer, un pays retourné en champ miné, à l'aspect d'un capharnaüm à ciel ouvert : le haut-commissariat aux réfugiés des nations unies (H.C.R) tire la sonnette d'alarme, environ 935 000 personnes sont déplacées et plus de 510 000 hébergées à la capitale. En conséquence de quoi, le rêve d'une intervention courte et sans grands frais s'évanouit, le " timing " qui a été fixé à 5 mois au départ pourrait bien se rallonger davantage. Dans l'espoir d'organiser des élections présidentielles avant 2015, les 1600 soldats français déployés, un nombre moins important par rapport au Mali (environ 4500) seraient confrontés selon beaucoup d'analystes à une configuration de terrain beaucoup plus complexe que celle au Nord du Mali. La guerre urbaine ou les guérillas des rues sont très difficiles à maîtriser, les missions de ratissage portent des risques majeurs, les rivalités interethniques nécessitent une présence pérenne. En ce sens, débusquer les milices qui sévissent dans un milieu quasiment tropical prend du temps et coûte des énergies et des moyens énormes. Ce qui contraste avec la topographie désertique du Mali, caractérisée par des étendues vastes et vides dans lesquelles les moindres agissements ou mouvements des djihadistes d'A.Q.M.I sont faciles à repérer. L'ennemi à abattre serait plus efficace dans les broussailles que dans un désert. Une telle différence ne saurait qu'alourdir le bilan des pertes humaines (déjà 2 soldats tués le 10 décembre dernier comparativement au 7 tués depuis le 11 janvier au Mali), cependant, le ministre de la défense Jean-Yves le-Drian relativise ce tableau pessimiste et renvoie ses détracteurs aux faux pronostics déjà projetés avant la guerre au Mali. Une première grande tâche se profile : les milices devraient être désarmées et démantelées. Compter sur la mission internationale de soutien à la Centrafrique (M.I.S.C.A) serait sans effet immédiat. Peu pointé du doigt que dans l'opération " Serval ", Hollande craint l'enlisement dans le bourbier centrafricain, c'est une guerre intestine inextricablement confuse qui non seulement appelle à " une pacification " d'urgence mais aussi et surtout à une restrucuration voire à une refondation d'un Etat déficitaire, la mise en place de mécanismes de gouvernance démocratiques efficaces et la garantie de l'alternance, un long chemin ! L'enjeu est d'autant plus colossal que l'U.A devrait, elle aussi, s'engager sur le fond du problème. C'est en vérité la mission que devraient s'assigner déjà au départ les démocraties occidentales avant que le feu prenne racine dans la maison africaine!

Au travers le prisme des exemples ivoirien avec Gbagbo, malien et centrafricain pour n'en citer que trois de ces dernières années, l'Afrique a donné l'image peu reluisante d'un continent sous tutelle, défait, incohérent, incapable de se prendre en charge, assurer sa sécurité et venir en aide à des populations au bord du désespoir. Or, la mémoire d'un géant comme Mandela (1918-2013) est là vivante, féconde et jaillissante pour confirmer que les africains sont aussi des artisans de miracles ! Aujourd'hui, la leçon à retenir des bouleversements du monde est que les leaders africains ne peuvent guère s'attendre à ce que des panacées universelles viennent de l'extra-muros, d'amples priorités doivent être accordées au développement national, à la relève intergénérationnelle et à la démocratie participative ! Par ailleurs, sur le plan médiatique, toutes les épithètes tombent d'un seul coup : génocide, tragédie, chaos. D'un côté, on assimile la Centrafrique au Mali, d'un autre, on y voit le fantôme du génocide interethnique du Rwanda entre les hutu et les tutsi qui date de 1994. Un conflit que, il faut bien le rappeler, la France s'était peu engagée à résoudre. La Centrafrique est un pays anéanti qu'il faudrait ressusciter de ses cendres et remettre en ordre afin de permettre aux deux communautés chrétiennes et musulmanes de vivre en osmose, ce qui prendrait peut-être beaucoup plus du temps qu'il n'y paraît à priori. Et sûrement qui dit temps, dit logistique, moyens financiers, plans à moyen et à long terme. Comment réunir tous ces ingrédients alors qu'à l'autre bout du miroir, l'orthodoxie libérale a du mal à s'enraciner dans une France accrochée au social et aux idéaux de l’État-providence, où les réformes ne mènent pas nécessairement aux réussites économiques, où les ondes du tourbillon de la zone euro commencent à s'y faire ressentir. La majorité de gauche au pouvoir fissurée et déchirée en interne est tenue à la gorge par l'imminence des échéances électorales où elle n'attend pas vraiment récolter l'assentiment populaire dans une France qui, effets de crise obligent, " se droitise " davantage, et où les slogans " lepénistes " gagnent sérieusement du terrain. Profitant de cette aubaine, Sarkozy tente " un come-back " discret après le non-lieu obtenu in extremis dans l'affaire d' " abus de faiblesse " concernant la milliardaire Bettencourt. Dernièrement même, il a posé devant Hollande au stade de Soweto en Afrique du Sud et a multiplié des allusions et des déclarations à l'emporte-pièce à l'encontre des cadres de l'U.M.P (union pour le mouvement populaire), formation plus que jamais divisée (Copé-Fillon) sur fond de l'échéance présidentielle de 2017 ! A l'extrême, Jean-Luc Mélenchon, le leader du front de gauche crie, quant à lui, du haut de son piédestal d'eurosceptique et d'activiste anti-capitaliste convaincu sur tous les toits son ras-le-bol en galvanisant les foules pour l'avènement d'une VI république et aussi pour une révolution fiscale où les pauvres auront pleinement leur place. Sans l'ombre d'un doute, sous une grille de lecture semblable, la guerre en Centrafrique est une boîte à fantasmes mais aussi une source de bien mauvaises surprises dont il faudrait bien savoir pour la gauche hexagonale en tirer les dividendes à moindres frais. L'héritage colonial de la Françafrique, quoique avantageux à bien des égards pour l'ex-puissance coloniale, pèse d'un poids lourd sur une réalité française faite aujourd'hui de crispations, d'austérité et de polémiques. Serait-ce alors le début de la fin de la Françafrique?

* universitaire


Nombre de lectures: 198 Views
Embed This