DzActiviste.info Publié le mer 7 Nov 2012

Hommage à un immense artiste oublié: Youcef Boukhentech.

Partager

                                                 

Pourquoi attendre que nos plus grands artistes meurent pour leur rendre hommage ? Et surtout, pourquoi nous être rendus complices dans leur éradication ? Parce qu’ils n’ont pas su négocier leur part de marché, parce qu’ils ne se sont pas pliés à la saleté. Ils sont nombreux, encore,  parmi nous, qui ont été réduits au silence, effacés, murés vivants. Nous n’avons même pas remarqué leur absence, alors que nous avions été fascinés par leur présence, par leur art, par leur formidable énergie. Pauvres de nous qui sommes sourds et aveugles; Morts à la vie ! A la vraie vie !
Nous les avons oubliés au moment même où ils brillaient de mille feux. Comme Youcef Boukhentech. Ce jeune Adonis, qui s’était lancé sur des interprétations merveilleuses  de Salim Hellali et d’El Afrit. Mais malgré son penchant pour les artistess juifs maghrébins, très appréciés chez nous, il ne servit jamais de cette proximité artisttique pour monnayer une petite place de l’autre côté de la Méditérrannée, comme ont su le faire certains.
Youcef fut comme un  zéphyr aurésien, ce doux vent tardif, qui fait ondoyer les épis de blés. Sa voix fut un baûme pour une jeunesse en éclosion. Youcef fut un artiste de grande intensité. De la même essence que nos plus proches artistes populaires, mais il n’eut pas leur chance. Il portait en lui cette obstination connue pour être le mur porteur de la personnalité chaouia. Il ne sut pas négocier les virages. Et il se retrouva au fond de l’abîme. L’abîme de l’oubli !
Je ne sais pas s’il chante toujours, ni en quelles occasions ? Le fait-il juste pour vivre, en animant de temps en temps quelque mariage ? Comme c’est le cas de nombreux de nos artistes. A-t-il trouvé autre choses à faire, pour consommer l’oubli ? J’aimerais tant avoir de ses nouvelles. Et croire surtout, qu’il va bientôt ressurgir des ténèbres, pour illuminer nos tristes chemins.
Qu’es-tu devenu Youcef, que sont devenus mes amis de la Troupe de Kateb Yassine, Mouloud, Mahfoud, Smain ? Que sont devenus ces esprits libres, qui portaient la liberté en bandoulière, qui nous faisaient traverser le sublime portique ?

DB


Nombre de lectures: 558 Views
Embed This