DzActiviste.info Publié le sam 7 Avr 2012

Il veut rendre le vote obligatoire Farouk Ksentini propose des sanctions contre les abstentionnistes

Partager

Farouk Ksentini propose de rendre obligatoire le vote et d’infliger des sanctions aux abstentionnistes pour lutter contre l’abstention lors des joutes électorales. « Il ne s’agit pas de couper la tête des gens mais bien de trouver des sanctions appropriées à ce comportement négatif », a déclaré ce samedi 7 avril le président de la Commission nationale consultative pour la protection et la promotion des droits de l’Homme (CNCPPDH) sur les ondes de la Chaîne III de la Radio nationale. Me Ksentini juge l’abstention « inadmissible » dans un pays ou plus d’un million de martyrs ont donné leur vie « pour arracher ce droit de vote ». Pour lui, « il est difficile, voire impossible, d’exiger des comptes de l’État ou d’élus « mal élus » lorsque le minimum qui nous a été demandé, celui de voter, n’est pas accompli ».

 
Comme le pouvoir, la Commission de Ksentini craint donc l’abstention lors des législatives du 10 mai et fait campagne pour le vote massif, sans toutefois donner de consignes. « Lorsque je défends le principe de vote obligatoire, je ne donne aucune consigne de vote pour un ou des partis précis. Je dis simplement que l’abstention ne profite à personne », a‑t‑il dit, suggérant aux « mécontents » de déposer un bulletin nul. En analysant les motifs pouvant favoriser le boycott, Ksentini ménage le pouvoir et critique les partis politiques. Ce qui inquiète le plus Ksentini ce n’est pas la fraude physique, exercée sur les bulletins de vote, « puisqu’elle est contrôlable ». « Les programmes des partis algériens sont des suites de mots et de promesses irréalisables », déplore‑t‑il. Voilà un domaine sur lequel il faut durement travailler,selon lui, pour intéresser les électeurs. 
 
Ksentini estime que toutes les garanties possibles et imaginables permettant la transparence des élections législatives ont étés données par les autorités : « Je ne sais pas ce qu’on peut faire de plus », a‑t‑il dit. Le président de la CNCPPDH regrette la décision prise par le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) de boycotter les élections législatives. « Le RCD est un parti crédible, capable d’apporter un plus aux citoyens et à ces élections qui se tiennent dans une période particulière ».
 
Me Ksentini estime que la religion doit être tenue à l’écart de la politique. « Lorsqu’il s’agit de politique, nous sommes dans le domaine terrestre auquel il faut apporter des réponses terrestres et pratiques ».  Cet avocat écarte « complètement » le risque de réédition du scenario de 1991, avec une victoire écrasante des islamistes de l’ex‑FIS aux législatives et l’annulation du processus électoral. 
 
Sur le conflit qui oppose le ministère de l’Intérieur à la Commission nationale de surveillance des élections législatives (CNSEL), Me Ksentini s’est contenté d’appeler les deux parties au dialogue. 
 
 
Ksentini critique le secteur de la santé 
 
Par ailleurs, Ksentini est revenu sur l’insuffisance de l’accès aux soins, un chapitre très longuement développé dans le dernier rapport de la CNCPPDH. Très critique, il estime ne pas comprendre la détérioration du secteur de la santé : un secteur « qui se portait mieux durant les années soixante‑dix ».
 
« Nous n’inventons rien. Ce qui a été constaté sur le terrain a été rapporté par la Commission », précise‑t‑il. Avant de poursuivre : « Nous ne ciblons personne et nous n’avons absolument aucun compte à régler avec qui que ce soit. Bien au contraire, nous avons des gens qui travaillent et nous comprenons absolument que les gens qui travaillent soient susceptibles de se tromper », conclut‑il.
 


Nombre de lectures: 223 Views
Embed This