DzActiviste.info Publié le mar 31 Jan 2012

Infoscachées 2012-01-31 00:40:00

Partager
Physicien algérien, opposant politique appartenant à la mouvance islamiste, mais partisan du changement non-violent, né à Blida en Algérie en 1961. Résidant en Suisse, marié et père de 6 enfants.

Education et travaux scientifiques

Il obtient son Baccalauréat en 1979 au lycée Ibn Rochd de Blida en Algérie avec mention très bien. La même année il rejoint l’Université des sciences et de la technologie Houari-Boumediene d’Alger où il poursuit des études de Physique; il termine son cursus brillamment en tant que major de promotion et obtient le Diplôme d’Études Supérieures (DES) de Physique spécialité Physique Théorique.
Il poursuit sa post-graduation au MIT (Massachusetts Institute of Technology) où il obtient un Master en Physique en 1985 puis le Ph.D. en Physique Nucléaire en 1987.
Après son doctorat il se rend en Suisse où il travaillera en tant que chercheur au CERN de Genève puis à l’ École Polytechnique Fédérale de Zurich.

Activité politique

En 1991 le front Islamique du Salut obtient la majorité électorale aux élections parlementaires du 26 Décembre 1991. Quelques généraux de l’armée Algérienne décident d’arrêter le processus électoral. Mourad Dhina décide alors de rejoindre le FIS après ce coup d’état et l’emprisonnement des leaders du FIS, Abbassi Madani et Ali Belhadj.
Réfugié en Suisse depuis 1993, Mourad Dhina témoignera en 1997 contre un agent de la police fédérale suisse travaillant pour le compte de l’Etat algérien: l’agent suisse sera condamné pour espionnage comme rapporté par la Tribune de Genève et dans le journal le Temps.
En 2004 six mois âpres la libération des dirigeants du FIS Abassi Madani et Ali Benhadj, il quitte le FIS après avoir dirigé son bureau exécutif formé à la suite du dernier congrès du parti en 2002.
En 2006 il déclare au journal le Matin parue le 14 Octobre 2006 que «Il y a eu un coup d’Etat en Algérie en 1992, je trouve donc la résistance armée légitime. Je l’ai dit et je le redirai»dit DHINA.
En 2007, il crée avec Mohamed Larbi Zitout, Abbas Aroua, Rachid Mesli et Mohamed Samraoui, le mouvement Rachad, un mouvement d’opposition algérienne qui milite pour un changement radical du système politique algérien afin d’instaurer la bonne gouvernance en Algérie.
En novembre 2009, la Suisse a déclenché une enquête pénale contre Adlène Hicheur, un autre physicien d’origine algérienne et travaillant au CERN, pour soutien d’une organisation criminelle, avant de la classer sans suite en janvier 2011.

Le 16 janvier 2012, Mourad Dhina est arrêté à l’aéroport d’Orly à Paris et placé sous écrou extraditionnel, sur la base d’un mandat d’arrêt international émis par les autorités algériennes.

Le 24 janvier 2012, une coalition de dix ONG de défense des droits de l’homme, parmi lesquelles la Fédération Internationale des Droits de l’Homme, Amnesty International, la Ligue Algérienne Des Droits de l’Homme, a adressé au Premier ministre français François Fillon une lettre demandant à la France de ne pas extrader Mourad Dhina en Algérie, comme le réclament les autorités algériennes.

Source: Wikipédia


Nombre de lectures: 406 Views
Embed This