« Nous insistons sur le fait que nos relations avec les pays voisins seront basées sur la position qu’ils adopteront quand il s’agira de renvoyer des criminels et des personnes recherchées », a-t-il affirmé au cours d’une conférence de presse à Tripoli.
« Nos relations futures seront basées sur le niveau de coopération de ces pays sur cette question », a ajouté M. Abdeljalil, qui dirige le Conseil national de transition (CNT) au pouvoir depuis la chute en août du colonel Kadhafi.
« Les autorités libyennes ont arrêté des criminels qui prévoyaient de lancer des attaques terroristes avec le soutien de personnalités de l’ancien régime réfugiées dans les pays voisins de la Libye, a-t-il poursuivi, sans toutefois les identifier.
M. Abdeljalil a en outre accusé sans les nommer des pays voisins de donner asile à des ennemis du peuple libyen et d’ignorer des demandes du procureur libyen en vue de leur extradition.
Malheureusement, ces pays n’ont engagé aucune action judiciaire et n’ont pas non plus empêché les partisans de l’ancien régime de provoquer des violences et de commettre des crimes contre le peuple libyen, a déploré le chef du CNT.
Aïcha Kadhafi est réfugié en Algérie, d’où elle a appelé à se révolter contre le nouveau gouvernement de Tripoli. Ses frères Mohamed et Hannibal, sa mère Safiya et de nombreux membres de la famille, surtout des enfants, sont aussi réfugiés en Algérie depuis fin août.
Le président nigérien Mahamadou Issoufou avait annoncé le 11 novembre que son pays avait accordé l’asile à Saadi Kadhafi, fils de Mouammar Kadhafi, pour des raisons humanitaires.
Nous sommes en mesure d’assurer un jugement équitable pour les personnes recherchées par les autorités, a réaffirmé M. Abdeljalil, avertissant que son peuple ne pardonnera jamais à ceux qui ne lui remettent pas des criminels.
la “réconciliation” entre l’Algérie et la Libye, que le régime algérien souhaite et annonce régulièrement est bloquée. Le régime algérien a un moment espéré, que les nouvelles autorités à Tripoli, renonceraient à cette demande. Il n’en est rien, et ce rappel du dirigeant libyen, révèle une exaspération à l’égard des manœuvres algériennes.

KalimaDZ