DzActiviste.info Publié le jeu 2 Août 2012

Internet haut débit sans fil Trois opérateurs WiMax accusent l’ARPT de bloquer le développement de l’internet

Partager

In TSA Ali Idir 02 08 2012

La polémique enfle entre l’Autorité de régulation de la poste et des télécommunications (ARPT) et trois opérateurs WiMax qui protestent contre une nouvelle taxe sur leur chiffre d’affaires. Ce jeudi 2 août, les trois opérateurs, Anwarnet, Icosnet et SLC, ont réitéré leurs griefs à l’encontre de l’ARPT qu’ils accusent d’avoir instauré une redevance de 10 % sur leur chiffre d’affaires et d’être derrière le retard dans le développement de l’internet. Ils l’incriminent aussi dans la disparition de fournisseurs d’accès à internet en Algérie.

Mercredi, l’ARPT avait assuré n’avoir instauré aucune nouvelle redevance en matière de service de la voix sur internet, précisant toutefois avoir inclus, pour la première fois et conformément à la loi, dans l’assiette servant de base au calcul de la redevance déjà existante, le revenu procuré par l’utilisation de fréquences radioélectriques (lire).

« Les opérateurs WiMax s’indignent devant de telles assertions inexactes », ont‑ils indiqué dans un communiqué, en s’étonnant des déclarations de l’ARPT sur le fait qu’elle « s’est abstenue d’inclure dans l’assiette de calcul de la redevance l’activité WiMa ». « Nous nous étonnons qu’une institution publique puisse s’abstenir de recouvrer une redevance (argent de l’Etat) pendant plus de sept ans, si celle‑ci était légale, et de quel droit elle l’aurait fait », notent‑ils. Les trois opérateurs affirment que « cette nouvelle redevance les mettra dans une situation de faillite certaine ».


Tarifs d’accès à internet les plus chers au monde

Ils assurent qu’ils « ne se sont pas entendus sur les prix de leurs prestations mais qu’ils se sont mis d’accord contre une décision arbitraire et abusive mettant en péril les équilibres économiques de leurs entreprises ». « Il n’a jamais été question d’une entente sur la tarification finale des services aux publics », insistent‑ils. Les trois opérateurs déplorent que le régulateur ait ignoré leurs saisines « sur des cas précis de pratiques anticoncurrentielles par des opérateurs dominants ».

Pour ces fournisseurs d’accès à internet haut débit sans fil, les pratiques de l’ARPT sont derrière « la disparition de la quasi‑totalité des ISP (fournisseurs d’accès à internet), l’absence d’offres concurrentielles pour le grand public, les tarifs d’accès à internet parmi les plus élevés au monde et le classement de l’Algérie à la 176e place, soit la dernière des pays au monde concernés par le test en matière de débit internet, selon les analyses faites sur sa bande passante durant la période du 23 janvier 2012 et le 9 juin 2012 ».


Nombre de lectures: 3789 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Displaying 2 Comments
Participer à la discussion
  1. […] opérateurs privés accusent l’ARPT, l’autorité de régulation du secteur, de bloquer le développement de l’Internet, notamment par des règlements absurdes et des redevances prohibitives, qui donnent en fin de […]

  2. […] tout, plusieurs opérateurs privés accusent l’ARPT, l’autorité de régulation du secteur, de bloquer le développement de l’Internet, notamment par des règlements absurdes et des redevances prohibitives, qui donnent en fin de […]

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>