DzActiviste.info Publié le ven 27 Déc 2013

Interpol Impuissante Pour Arrêter des Algériens Recherchés !?

Partager

Mohamed Ibn Khaldoun

Interpol_logoDepuis les avis de recherche formulés en dus et forme à la Police International (Interpol), cette dernière semblait demeurée impuissante pour arrêter les 44 sujets Algériens, liés aux affaires de détournements, de trafic de drogue à la contrefaçon… Parmi cette liste figuraient seulement 9 sujets accompagnés de notice de recherche avec photo. Il s’agissait de (bien sûr)
Abdelmoumen Khalifa, né le 10 octobre 1966 à Bejaïa, poursuivi pour fraude, blanchiment d’argent, crime organisé et vol.

Grira Ali, né le 31 mai 1954 à Tebessa, poursuivi pour contrefaçon, faux et escroquerie.
Saadali Ammar, né le 26 mars 1963 à Skikda, poursuivi pour contrefaçon, aux et escroquerie.
Zerouali Farida, née le 27 avril 1939 à Aïn Laâsel ( Taref), poursuivi pour contrefaçon, faux et escroquerie.

Zerouali Fouad, né le 25 novembre 1970 à Annaba, poursuivi pour fraude et complicité.
Zerouali Hocine, né le 25 septembre 1942 à Skikda, poursuivi pour contrefaçon, faux et escroquerie.
Ferdi Samir, né le 18 septembre 1979 à Alger, poursuivi pour enlèvement et crimes contre les enfants.
Mokhtar Belmokhtar dit Mokhtar Laâouer (le borgne), né le 1er juin 1972 à Ghardaia, poursuivi pour terrorisme. Anouar Haddam, né le 8 novembre 1954 à Tlemcen, poursuivi pour terrorisme.

En plus de ces sujets Algériens, les avis de recherche, concernent aussi, quatre sujets Français et Emiratis, mais leur identité n’a pas été révélée, par la police Algérienne.

Revenant à la dame Zerouali Farida, née Boudchiche, cette femme qui est confirmée fille d’un Harki, ancien gendarme de l’autorité d’occupation, elle est de nationalité Française devenue très puissante après l’indépendance, a réussi à installer son époux qui est aussi de nationalité Française, au poste de Président de l’Assemblée Populaire Communale de la commune de Taref, lieu de naissance du Colonel et ancien Président de la République Chadli Bendjedid, durant les mandats de Boumediene, de Chadli de Zeroual! Elle a réussi aussi à escroquer le trésors de l’Etat d’une somme de 4 milliards et demi, avant de quitter l’Algérie en fuite pour s’installer à Monaco. Dans les archives, nous trouvons sa première demande d’emploi alors en 1958, âgée de 19 ans comprenait les mots suivants:: Monsieur le directeur, je sollicite un emploi, sachant que je suis fille de l’assistance publique adoptée par un gendarme au service de la France…

A l’Etat civil d’Aïn Laâsel, on retrouve que son vrai prénom est Jackline et non Farida. Elle fera la connaissance d’un simple employé de poste, Hocine Zerouali et ce lien s’est terminé par le mariage et l’obtention avec une large facilité et complicité des autorités Françaises de la nationalité Française. Grace aux introductions de sa femme, il devient de 1975 à 1979, P.APC de la commune de Boutéldja, Hocine était affilié au FLN!! malgré sa nationalité Française.

A la venue du Président Chadli, Hocine quitte la politique et la Mairie et revient au PTT, très vite il devient receveur de poste à Bouteldja, grâce aux influences de sa femme qui a pu s’introduire dans le cercle de l’ancien wali Boudjemaa Rouibeh, Hocine est installé receveur de la poste de Taref, alors que sa femme le remplaçait à la poste de Bouteldja, sans aucune passation de consignes ni vérification de l’argent qui a disparu, tout cela s’est produit sous la direction du directeur de wilaya des PTT, qui lui aussi avait bénéficié d’une promotion au poste de directeur régional.

Hocine Boudchiche, revient en 1997 à la tête de l’APC une nouvelle fois avec l’étiquette du RND. Aussi il a été favorisé pour le poste de Sénateur. Quant le pot aux roses a été découvert, le couple Zrouali, ne s’est même pas inquiété, puisqu’aucun membre de cette famille n’a été mis en geôle ou écroué, ce qui leur a permis de quitter facilement le territoire algérien, car leurs passeports Algériens saisis, ils ont réussis à sortir avec les passeports français et aucune notice ISTN ne figurait encore dans les bureaux des frontières. Hocine est sorti par Annaba, son fils Fouad par El Qala et  »Farida » par Alger. Ces deux autres enfants ont quitté l’Algérie pour Paris bien avant.


Nombre de lectures: 2831 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Displaying 1 Comments
Participer à la discussion
  1. Walid dit :

    o Concernant  »Farida » qui a endormie les pouvoirs publics, où étaient les enquêtes d’habilitation durant les deux decennies 70 et 80 R.G, GN et SM ?!

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>