DzActiviste.info Publié le jeu 5 Juil 2012

Je ne fête pas les trois quart de l’Indépendance – Censurée

Partager

Des feux d'artifice à Sidi Fredj, lieu du débarquement des colons français   © AFP/FAROUK BATICHE

Des feux d’artifice à Sidi Fredj, lieu du débarquement des colons français © AFP/FAROUK BATICHE

Chronique du 05 juillet 2012 (censurée)

Par Kamel Daoud

Difficile. Comment à la fois parler de l’indépendance tout en en expliquant qu’elle est en train de se dissoudre, qu’elle n’est plus, que c’est juste une banderole, mais sans tomber dans l’excès en disant qu’elle n’a jamais eut lieu, qu’elle ne sert à rien, que c’est une perte de sept ans de guerre et de mille ans d’attente ? Comme embrasser une femme morte ou allumer du feu avec deux verres d’eau vides ? Comment garder l’indépendance comme valeur et jeter les mauvais vieux, les mauvais souvenirs et les ossements et les voleurs de libertés et les tueurs d’enfants algériens ? Comme dire qu’on est fiers d’être sur notre terre sans tomber dans le jeu du régime et ses vantardises pour indigènes ? Comment encore une fois libérer ce pays sans se faire avoir comme les martyrs d’avant 62 ? Car le but est de vivre pas de se sacrifier. C’est d’avoir des descendants, pas des tueurs. Le but est d’enfin vivre après des dizaines de colons, dont les décolonisateurs et leurs fils. Car aussi on est fatigué de lutter, nous, nos aînés, nos ancêtres, nos anciens ancêtres. Cela dure depuis si longtemps que le dos s’est courbé et que la peur est devenue légitime. Et à chaque fois que l’on chasse un colon, c’est un autre qui arrive avec ses garnisons et ses états d’urgences et ses interdictions de circuler à Alger et dans nos villes. Jusqu’à ceux qui refusent de nous rendre la terre sous prétexte qu’ils l’ont libéré, eux et pas nous. Cela fait si longtemps que le nombre des casernes est plus gros que celui des jardins. Du coup, quand arrive cinquante ans, nous les avons déjà. Assis en cercle autour du feu qui nous tourne le dos.

Donc c’est difficile de parler aujourd’hui. On sent que ce n’est pas notre fête, ni notre argent, ni notre victoire. Elle nous été volé. Je fêterais l’indépendance de l’Algérie le jour où je parlerais algérien, dans les livres, les académies et les rues. Le jour où les « Services » dépendront de mon parlement qui dépendra de mon vote. Je fêterais l’indépendance lorsque les crimes de 50 ans seront jugés et mon millénaire de vie sera enseigné, pas celui des « arabies » imaginaires. Je fêterais l’indépendance lorsque ma ville sera gérée par mon élu, pas par leurs walis. Lorsque je payerai mes impôts pour mon village d’abord. Je fêterais l’indépendance lorsque je pourrais lire mon histoire nationale telle qu’elle a accouchée de moi. Lorsque je pourrais savoir combien gagne mes ministres, ou va mon argent, que fait ma diplomatie que je paye avec mon argent et combien dépense mon armée et pour quelles raisons. Je fêterais L’indépendance lorsque le FLN me sera rendu et rendu à ma mémoire et lorsque mon Président me regardera dans les yeux sans me mépriser. Je le ferais donc, avec flamme, feu et bougies quand La justice sera indépendante, les caisses de mes cotisations gérées dans la transparence, lorsque je pourrais manifester à Alger sans me faire frapper et lorsque l’ENTV me sera rendue, avec ses factures et ses dépenses.

Je fêterais mon indépendance quand elle sera mienne, de tous les miens. Un par un. Sans cela, j’attendrais. Vous finirez par partir et je finirais par le fêter.


Nombre de lectures: 1360 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>