DzActiviste.info Publié le mer 26 Juin 2013

Juste pour le partage

Partager

solitudeUne internaute, avait tout à l’heure évoqué la solitude, (j’ai pensé à la chanson de Léo ferré à ce sujet qu’il me faut prendre une fois un peu de temps pour bien la réécouter), je m’étais promis d’y revenir. Généralement, presque partout, en période d’été de grandes chaleurs et de fatigues, les gens commencent à partir en vacances, à moins sortir, alors le bourg semble se vider, et donc cette solitude comme celle que ressentent les étudiants lorsque les cités universitaires, commencent à fermer leurs portes, comme les écoles d’ailleurs dans tout le pays après les examens.

Il y en a qui ont appris à faire face et d’autres pas. Et moi avec l’âge, je me suis un peu assagi. J’ai accepté mon état presque permanent d’être Seul. En cessant de me prendre la tête pour l’entourage. Car en tombant au fond du trou carrément à cause de maladies, l’entourage non pas qu’il ne m’avait prêté aucune attention, s’était toujours comme évertué à m’exclure. C’était en tous cas ce que je ressentais avant de comprendre que j’avais évolué dans deux milieux différents : je suis monté haut vivre dans une grande ville de grandes universités, de mixité, de libertés où les gens attachent beaucoup d’importance aux échanges, à l’écoute, pour revenir dans un trou d’où tous les gens instruits s’étaient exilés, ou s’essayaient à le faire. Les deux mondes sont différents et cela j’ai mis beaucoup de temps à le comprendre. Mais il n’y a bien sûr pas que cela……

Lorsque l’homme a été victime d’injustices, et que les autres sont accablés par leurs problèmes, ne peuvent le comprendre, il vit alors dans une grande solitude. Un peu aussi celle que ressentent certains en Algérie lorsque ils sont convaincus que les gouvernants par exemple font le contraire de ce qu’il faut faire pour sortir le pays de la crise. Ou peut être aussi celle de gouvernants qui sont convaincus de l’impossibilité de sortir de cette crise que vit le pays…

Pour revenir à moi, je me contente d’essayer de m’en sortir chaque fois, avec ma petite famille et avec ces statuts que je partage avec vous sur facebook. Et si je vous dis que peut être jamais je ne m’intégrerai dans mon pays d’origine, vous ne me croirez jamais. C’est ce qui me fait penser que certains ont la chance de n’avoir pas été déracinés même s’ils ont d’autres problèmes, comme par exemple de considérer qu’en Algérie ils vivent dans une vaste prison.

Le sujet est intéressant, mais maintenant j’ai pas l’envie d’y beaucoup réfléchir.

Boghni le 25/06/2013
Amokrane Nourdine


Nombre de lectures: 798 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>