DzActiviste.info Publié le ven 28 Déc 2012

Kabylie, bonne année 2013

Partager

kabylie3Said Radjef

L’année 2012 touche désormais à sa fin. Il lui reste à peine quelques heures. Comme toutes les années précédentes, l’année 2012 qui a fait durant douze mois l’actualité d’aujourd’hui deviendra le fait d’hier et l’histoire de demain en seulement quelques heures.

A l’aune de la crise économique qui secoue le monde, du printemps arabe et des grands bouleversements climatiques, la Kabylie aura vécu une année palpitante. Quand nous repenserons à 2012, nul doute que nous y verrons une année choc, une année charnière, de celles qui marquent l’histoire de son empreinte, et ce pour bien des raisons, certaines directement en lien avec ce qui se passe autour du pays, d’autres attachées à la réalité politique, économique ou sociale qui trace au jour le jour le destin de la nation. Nous pourrions nous contenter d’énumérer rapidement les « Top » et les « Flop » de l’année mais il s’est passé tellement de choses que nous ne savons plus par quoi commencer et quels sont les évènements sur lesquels nous pouvons faire l’impasse. Citons dans le désordre : Localement, outre le regain des activités terroristes, la Kabylie aura vécu trois grands événements au cours de l’année 2012 : deux scrutins et la retraite du président du FFS Hocine Ait Ahmed, de la scène politique nationale, qui intervient quelques mois après les décès successifs de ces deux compagnons, A Mehri et A Benbella. Une retraite qui marque la fin d’une époque, celle du nationalisme algérien. Nourrissant autant la controverse, la haine et le mépris que l’admiration, le charisme, l’intelligence et parfois l’adulation, Ait Ahmed aura marqué de son empreinte l’histoire de l’Algérie au cours de ces 70 dernières années et le quotidien de militants de générations différentes à travers tout le pays. On pourra lui reprocher beaucoup de choses, voire exprimer une vive animosité à son égard ou à l’encontre de son parti, mais difficile de ne pas admettre que son influence fut globale et évidente sur la politique et les questions qui nous préoccupent principalement.

Par ailleurs, l’année 2012 à été marqué également par la démission de Said Saadi de la vie politique algérienne. 2013 marquera donc une étape cruciale pour l’opposition qui va devoir se réinventer au-delà de ces deux grandes figures de la scène politique nationale et des traditions du mouvement nationaliste. Une tâche qui ne semble pas insurmontable, mais qui alimentera sans doute de nouveaux débats enflammés entre « anti » et « pro » successeurs…

A l’extérieur, avec des impacts directs sur la vie de tous les jours, la Kabylie aura également vécu des évènements majeurs. La visite du chef de l’Etat français en Algérie dans une conjoncture internationale marquée par une population mondiale qui a désormais dépassé le seuil des 7 milliards d’humains et la révolution permanente dans le secteur numérique, informatique et multimédia, ont été à coup sur les évènements marquants, frappants et/ou historiques dont les conséquences sont et seront encore visibles dans les années à venir. Mais ce n’est pas tout : outre ces faits, le réchauffement climatique qui angoisse les populations et inquiète les scientifiques, il est utile de souligner que la Kabylie, pour la première fois de l’histoire, a enregistré une température de plus de 50° C au cours de l’été dernier.
Cependant, cette Kabylie qui aura tangué tout le long de l’année 2012 entre espérances, bouleversements, belles surprises et cuisantes déconvenues, vous dit à toutes et à tous bonne année 2013.


Nombre de lectures: 2227 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>