DzActiviste.info Publié le mar 2 Juil 2013

Kamal Benkoussa, favorable à une solution «urgente» portée par Liamine Zeroual (son)

Partager

Kamel Benkoussa, favorable à une transition sous la houlette de Liamine Zeroual

Economiste et financier de renommée mondiale, Kamel Benkoussa, invité du « Direct » de Radio M, la webradio de Maghreb Emergent a livré sa vision pour sortir le pays du marasme. Il préconise sans ambages une solution qui «fédère le passé et l’avenir», incarnée par Liamine Zeroual comme personnalité «intègre», et un gouvernement de transition composé d’une jeune équipe de technocrates compétents.

L’Algérie est dans une impasse politique qui impacte négativement son développement économique, et c’est la conséquence d’une « fracture générationnelle » entre une classe dirigeante vieillissante et une population jeune, qui n’attend rien du politique. C’est le constat fait ce matin par Kamel Benkoussa, trader partenaire à la GH Trading LLP à la City de Londres. Selon lui, il est difficile, dans l’état actuel des choses, «de construire une société cohérente qui peut bâtir une nation ».

M. Benkoussa propose donc de passer « en urgence » vers une période de transition de deux années qui sera gérée par une équipe de jeunes technocrates choisis sur la base de leurs compétences, et menée par l’ancien président de la République, Liamine Zeroual, qu’il présente comme une « personnalité intègre et qui n’est pas intéressée par le pouvoir ».

Selon lui, la maladie de l’actuel président Abdelaziz Bouteflika, transféré depuis le 27 avril dernier vers l’hôpital militaire du Val de Grâce à Paris pour un AVC, a accentué la crise politique, annonçant la fin d’un système et d’un modèle de développement.

Une personnalité qui fédère

D’où une solution d’urgence pour remettre sur pied le pays sans basculer vers l’anarchie. « La révolution n’est pas la solution », a-t-il dit, justifiant le choix de Liamine Zeroual pour sa qualité « d’homme d’Etat toujours disposé à se mettre au service de la Nation ». Un homme capable, a-t-il dit, de fédérer l’armée, les nationalistes et les islamistes, en plus de son intégrité, qui a déjà séduit une partie de la jeunesse algérienne. Se défendant de faire du neuf avec du vieux, la solution proposée est, selon lui, un modèle où cohabitent la crédibilité et la légitimité politique d’un ancien président avec un  gouvernement de « quadragénaires technocrates qui apportera une expertise pour sortir le pays du marasme et  donnera une place importante aux jeunes compétences ». Une jeune génération, selon lui, capable de relever le défi pour le développement du pays.

Pour Kamel Benkoussa, la jeune génération, y compris la diaspora algérienne établie à l’étranger, est prête à s’impliquer politiquement pour apporter un nouveau modèle de gouvernance et de développement économique pour peu qu’on la laisse faire. Il a reconnu cependant que le système actuel a une peur légitime d’un changement « brusque » qui risquerait de provoquer l’instabilité. Mais, ajoute-t-il, ce même système doit mettre un terme à son entêtement qui consiste à reconduire les mêmes pratiques de cooptation aux conséquences graves pour le devenir et l’instabilité du pays. « Ce sera une grosse erreur parce que maintenant, le peuple sait tout ce qui se passe », a-t-il dit, mettant en garde contre un risque de basculement vers la violence et l’insécurité, à l’image des événements du « printemps arabe » qui continuent à secouer les pays de la région.

L’intégralité de l’émission :http://www.youtube.com/watch?v=e6RW3oEPMgk&feature=youtu.be


Nombre de lectures: 358 Views
Embed This