DzActiviste.info Publié le ven 4 Avr 2014

Kerry, le pouvoir et le peuple:

Partager

HAMMANA Mahmoud

Le secrétaire d’Etat américain, John Kerry (G), avec le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra (D), ce jeudi 3 avril 2014 à Alger. REUTERS/Louafi Larbi

Le secrétaire d’Etat américain, John Kerry (G), avec le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra (D), ce jeudi 3 avril 2014 à Alger.
REUTERS/Louafi Larbi

Tous les feux sont braqués vers le secrétaire d’Etat américain John KERRY.

En tant que patron de la diplomatie américaine,sa visiste suscite évidemment
tout l’intéret. Cela n’est pas fortuit.KERRY s’exprime au nom d’une super puissance qui reste le gendarme de l’OTAN et sans lequel le TPI perdrait toute sa signification.Il n’est pas en pèlerinage à alger mais pour s’enquérir de l’exécution des directives et veiller,intérets obligent,à la pérennité du
sytème.

N’ayant jamais eu d’ambitions culturelles en algérie,les USA s’en fichent éperdument si Bouteflika ou quelqu’un d’autre serait hissé à la magistrature supreme du pays,l’essentielle c’est la prédominance américaine dans le domaine énergétique surtout en présence d’un allié Français non moins entreprenant et ambitieux d’une part et la confirmation ,d’autre part,du maintien de l’effort du soutien algérien dans la croisade US au sahel africain sous la bannière de ce qu’on appelle communément : »la lutte anti terroriste »..

Quand on apprend l’importance de ce soutien(un contingent de trente-cinq mille soldats engagés dans cette sale guerre au coté des yankees et deux sous régions militaires créées à l’occasion)on finit par comprendre pourquoi KERRY s’intéresse t-il tellement à rencontrer les »dirigeants » algériens.

Toutefois, la tache de KERRY n’est pas aussi rude que son homologue français et épargne à ses larbins algériens l’embarras des considérations ethniques et linguistiques enchevetrées et complexes.Le Sahara étant là pour se charger du reste.

Mais,une chose à laquelle personne ne s’est intéressé et qui est de savoir quelle attitude les algériens comptent adopter pour canaliser cette visite à leurs profits?

Dans la conjoncture actuelle,peu d’alternatives sont disponibles:l’indignation

Il est établi que cela ne résout pas le calvaire des algériens car celui-ci préconise une attitude plus énergique:manifester dans la rue pour que Mr KERRY saisisse le message dans sa juste proportion..

Tout est encore possible pour peu que les algériens saisissent l’occasion des relations tumultueuses entre la DRS et la présidence afin de marquer un point et faire l’apprentissage de la démocratie car jamais les circonstances n’ont été aussi opportunes pour l’expression du mécontentement populaire.

La question reste donc de savoir si les algériens sont capables de relever ce défi?Si non,que leur appartient-ils de faire pour mettre leur courage au diapason de leurs ambitions?

KERRY n’est pas le problème.Il est une arme à double tranchants, au demeurant, au service exclusif du système mais dont on aurait bénéficié nous aussi si on tenait à jouer pleinement notre role de peuple.Et cela KERRY lui-meme le sait.Mais tant que le pouvoir tient bien par ce qu’il fait face à un peuple distrait,il s’en fou.

Seuls comptent pour lui ,les intérets.

HAMMANA Mahmoud


Nombre de lectures: 1147 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>