DzActiviste.info Publié le lun 2 Avr 2012

Kidal , Gao et Tombouctou prises par les Ançar Dine d’Yyad Ag Ghali et le MNLA : La scission du pays presque consommée

Partager

Iyad Ag Ghali

Iyad Ag Ghali

Les insurgés, qui sont passés à l’offensive dans le Nord en janvier, profitent en effet de la confusion régnant à Bamako à la suite du coup d’État militaire pour gagner du terrain. En trois jours, ils ont pris le contrôle des toutes les grandes villes du nord dont Kidal, Gao et Tombouctou. La scission du pays est presque consommée.

Selon une source diplomatique africaine, c’est «essentiellement le groupe islamiste Ançar Dine d’Iyad Ag Ghali appuyé par des combattants d’Aqmi (al-Qaida au Maghreb islamique)» qui a mené l’assaut. Le Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA), le grand groupe rebelle touareg, et Ançar Dine, dont le chef est natif de Kidal, prenaient la ville en étau depuis plusieurs jours. Si le MNLA, qui affiche une position laïque, ne partage pas les objectifs d’Ançar Dine , qui vise l’instauration de la charia et a des liens avec Aqmi, les deux groupes combattent parfois ensemble l’armée malienne.

La junte au pouvoir depuis le coup d’État militaire, qui a renversé le 22 mars le président Amadou Toumani Touré, avait justement invoqué, pour justifier son putsch, l’échec du régime contre la rébellion touareg. De fait, celle-ci a réalisé une offensive spectaculaire en deux mois. Jamais, lors des deux soulèvements touareg des années 1990 et 2000, les rebelles – qui comptent cette fois des hommes revenus de Libye lourdement armés après avoir combattu pour Mouammar Kadhafi – n’avaient à ce point menacé le pouvoir central, démoralisé une partie de l’armée et surtout engrangé de telles conquêtes.

Ben Dao
Nord-MALI:

La rébellion malienne soutenue par le Qatar

Iya Ag Ghali, un des chefs historiques des rebelles maliens, a récupéré le contrôle de Tessalit pour en faire la base de départ de son fief islamiste. Il s’oppose en cela à un autre courant du MNLA qui se bat pour l’indépendance et non pour la religion. Accusé par le Président ATT d’être proche de AQMI (Alqaïda au Maghreb islamique), Iya Ag Ghali serait aussi en lien avec le Qatar, où il fut un temps diplomate, et « certaines sources parlent d’atterrissages de plus en plus fréquents de petits avions d’origine Qatarienne dans la zone » rapporte L’Aurore. Des liens confirmés hier par plusieurs sources qui annoncent déjà la signature de nombreux accords de financement entre les rebelles et les Qataris. c’est Iyad Ag Ghali à l’origine de ces deals avec ses nouvelles tendances wahabites, puisées, lors de son séjour, en tant que diplomate du Mali à Riyad.

Porteur, certainement, d’un «ordre de mission» saoudien, il semble appliquer un «agenda » ou la percée wahabite est l’axe central. Depuis des années, l’«islamisme pétrolier», selon la formule chère à René Naba, est la politique que l’Arabie saoudite et le Qatar cherchent à exporter de force au Maghreb. Après avoir été mis en échec en Algérie, les deux puissances «islamo-pétrolières » ont trouvé leur homme, juste adossé aux flancs sud du pays, en Iyad Ag Ghali.

A D

APRES LA PRISE DE KIDAL

Le gouverneur et six officiers pris en otage

Des loyalistes, dont le gouverneur de Kidal et six autres officiels locaux, dont le commandant de zone de l’armée, le colonel des unités spéciales et le chef de la gendarmerie ont été mis «aux arrêts» et «en sécurité». Le nord du Mali subit, depuis la mi-janvier, une vaste offensive des rebelles touareg et de groupes islamistes.

Intallah avec Ansar Eddine

Selon des sites internet, le député et fils du chef traditionnel de Kidal, nommé Intallah, est un des dirigeants les plus en vue d’«Ansar Eddine», dont les éléments, dès leur entrée à Kidal, ont pillé puis incendié le camp de la Garde nationale, ainsi que les maisons d’officiers.

« Ansar eddine annonce l’application de la charia sur les principales régions du nord Mali
Un communiqué de l’organisation « Ansar eddine » fait savoir que les terres du Kidal dans la région d’Adrar « Ifoghas » allaient être prise avec l’aide de dieu tout puissant.

L’AFP a rapporté un communiqué publié par l’organisation que « le souhait du cheikh Ibad Ag Ghali allait bientôt se réaliser avec l’application de la charia islamique dans toute la région d’Adrar ». Ghali est considéré comme des plus importants dirigeants touaregs dans les années 90 ». La même organisation avait annoncé son contrôle sur les régions d’Aghelhouk, Tessalit et Tin Zaouatene. « Ansar eddine » avait combattu avec d’autres organisations contre le pouvoir centrale à Bamako, principalement « le mouvement de libération de l’Azawad » qui porte une touche religieuse.

DEBACLE DE L’ARMEE MALIENNE

Le colonel Alhadji Ag Ghamou rallie le MNLA avec 12 autres officiers dont 5 colonels
Selon une source proche du Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA), le colonel Hadji AG Ghamou , commandant militaire de la région de Kidal, a rallié le MNLA, après avoir quitté Kidal avec des militaires , au moment de son occupations par les rebelles.

Selon un communiqué cité par le MNLA sur son site électronique, le colon Ag Ghamou a décidé de rejoindre le mouvement en même temps que 12 autres officiers dont 5 colonels.

Ag Ghamou, d’origine touareg, commandait la région de Kidal, aujourd’hui sous contrôle de la rébellion ; où il avait résisté à un siège de plusieurs jours instauré par les combattants de la rébellion du nord du Mali.

A D http://www.maliweb.net
2 avril 2012


Nombre de lectures: 1355 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>