DzActiviste.info Publié le ven 4 Oct 2013

La chronique économique : Les x-nomics

Partager
_
Le Quotidien d’Oran, mercredi 2 octobre 2013

Akram Belkaïd, Paris

Connaissez-vous les « abenomics » ? Ce terme est aujourd’hui omniprésent dans la presse spécialisée dès lors qu’il s’agit du Japon. Pour être plus précis, c’est un mot-valise qui désigne les principales orientations de la politique économique appliquée par le Premier ministre japonais Shinzo Abe depuis son retour au pouvoir en décembre 2012. De quoi s’agit-il ? C’est un cocktail qui mêle plan de relance avec un assouplissement monétaire (maintien à un niveau bas des taux d’intérêts) le tout adossé à une nouvelle stratégie de croissance où un yen faible dope les exportations. Dans le même temps, Shinzo Abe tente de relancer la consommation par une hausse des salaires tandis que l’augmentation prévue de la taxe sur la valeur ajoutée (tva) a été moins importante que prévu pour ne pas briser la timide reprise de l’activité.

De Reagan à Thaksin

A force d’être martelées, expliquées, décortiquées, les grandes lignes de la politique économique d’Abe ont donc mérité le label « nomics ». Il faut bien comprendre qu’il ne s’agit pas d’un jugement de valeur ou d’une quelconque forme de validation mais juste d’un constat selon lequel la dite politique est cohérente et, surtout, qu’elle est concrète. Le premier homme politique à avoir bénéficié de cette catégorisation est bien entendu Ronald Reagan, président des Etats-Unis de 1980 à 1988. Concoctés par l’économiste Milton Friedman, les « reaganomics » ont façonné nombre de programmes économiques dans les années 1980 et 1990 et continuent d’ailleurs d’influencer les doctrines de la majorité des institutions financières. Réduction des dépenses publiques, réduction des impôts, dérégulation et, enfin, recours à la politique monétaire pour combattre l’inflation : voilà ce que furent les quatre piliers des « reaganomics ». On sait que l’ancien acteur devenu président s’est fortement inspiré de la ligne économique suivie par Margaret Thatcher. Mais, pour cette dernière, il n’a (presque) jamais été question de « thatchernomics ». En effet, on parlait plus de Thatcherisme, ce « isme » tendant à prouver que l’influence de la dame de fer a été le socle majeur et prépondérant de toutes les politiques néolibérales.

D’autres responsables ont eu droit eux aussi à leur « nomics ». Certains sont plus ou moins oubliés à l’image de Roger Douglass, ministre néo-zélandais des finances (1984-1990). Appartenant au Parti travailliste, il a tout de même mis en place des mesures libérales – les « rogernomics » – avec des privatisations, une baisse des subventions et un soutien au libre-échange commercial. A l’opposé, les « thaksinomics » du Premier ministre thaïlandais Thaksin Shinawatra (2001-2006) étaient un mélange de relance keynésienne destinée à définitivement effacer les effets de la crise asiatique de 1997 (grands travaux, soutiens à la consommation, aides au monde rural avec un moratoire sur certaines dettes) le tout mâtiné de quelques privatisations pour ne pas trop fâcher le Fonds monétaire international (FMI). Enfin, Bill Clinton est le dernier président américain dont la politique économique a été jugé suffisamment consistante pour être appelée « clintonomics » : discipline budgétaire pour réduire les déficits, taux d’intérêts bas, soutien au libre-échangisme et développement des marchés financiers, notamment par la dérégulation, en ont été les grandes orientations (inspirées, entre autre, par Robert Rubin et Lawrence Summers). A l’inverse, l’expression « obamanomics » est à prendre avec des pincettes, ayant été utilisées par les républicains pour en moquer le manque de consistance et pour faire la rime avec « kremlinomics », une manière comme une autre de persuader l’électeur américain que Barack Obama n’est qu’un dangereux communiste…

Les « zéronomics »

Et l’Algérie dans tout ça ? Rentier incapable de diversifier son économie, il y a bien longtemps que ce pays n’a plus bénéficié de politique économique cohérente. Le terme n’existait pas dans les années 1970 mais l’on aurait peut-être pu parler de « boumenomics » voire d’« abdessnomics ». Une décennie plus tard, il aurait été possible, réformes obligent, d’évoquer les « hamrounomics ». Mais, depuis, plus rien. Car qui peut aujourd’hui trouver la moindre ligne directrice et la moindre logique rationnelle dans les semblants de politiques économiques suivies en Algérie depuis plus de vingt ans ? Peut-être, d’ailleurs, faudrait-il parler à ce sujet de « zéronomics »…
_


Nombre de lectures: 276 Views
Embed This