DzActiviste.info Publié le mar 3 Juin 2014

La gérontocratie et son ivresse du pouvoir ! (source LeMatin DZ)

Partager

La gérontocratie et son ivresse du pouvoir ! (source LeMatin DZ)

Ce qui détruit le monde c'est l'indifférence" pour paraphraser le Gilbert, indifférent aux appels de ses frères d’armes, d’une partie de nos services de sécurité, de sa précaire condition physique, d’une large couche de la population et de la raison même, de céder le pouvoir et d’amorcer une sortie honorable lui garantissant un repère historique dans le pays comme hier le président Zeroual, que non ! Faisant fi des lois et des règlements régissant la course à la présidence, Abdelmalek Sellal, en sa qualité de premier ministre de la désormais république «bananière» sans foi, ni lois, et néanmoins porte-voix de sa seigneurie Bouteflika ne s’est pas gêné de nous annoncer, sur un ton martial, la candidature de l’actuel impotent président à un quatrième mandat à la magistrature suprême. En vérité, rien n’étonne plus, dans ces mêmes colonnes, l’on dénonçait depuis fort longtemps, les bateleurs de foire et les troubadours de service qui s’efforçaient de nous vendre du Bouteflikisme à qui mieux-mieux, vantant sa gloire et ses réalisations. Tour à tour, les 3 Amar (Ghoul, Benyounes et Saidani) nous rabâchaient les oreilles pour nous faire boire le calice jusqu’à la lie pour aller plébisciter un gérontocrate en mal de puissance que même la maladie n’a pu arrêter de briguer une énième fois la présidence. Sa traversée du désert de deux décades, sa soif du faste et de l’opulence ont profondément marqué l’homme dans sa dignité, son égo, et partant, une revanche sur le sort l’a propulsée durant trois mandats successifs à s’enivrer de puissance qu’il s’est imaginé éternelle. Fatalement, son AVC s’est compliqué avec un delirium tremens du pouvoir, et pour en étancher sa soif, rien de mieux qu’un quatrième plébiscite à la Nord-Coréenne de 98% de oui. Il semblerait que c’est à la demande expresse du peuple, consulté lors des 46 visites de travail (une campagne pré-électorale déguisée) aux wilayas du chef du gouvernement. Sellal s’est montré très rassurant quant aux facultés mentales de son souverain de chef, allant à contre-sens des informations médicales sur les accidents vasculaires cérébraux (AVC) affectant systématiquement les fonctions du cerveau : l’humeur, la dépression, la mémoire et la pensée, et enfin la compréhension de l’information sensorielle. «Son intelligence dépasse de beaucoup celle de bon nombre d’Algériens…» Sic. ceci n’est pas sans nous rappeler la fable du renard et le buste: Le renard louant l'effort de la sculpture: "Belle tête, dit-il; mais de cervelle point." Combien de grands seigneurs sont bustes en ce point! Il ne fait aucun doute, que sa candidature nous est imposée par les puissants du moment, soucieux de préserver leurs acquis et privilèges, il va sans dire que pour une place bien en vue dans les loges présidentielles, ils sont prêts à payer au diable son tribut. Leurs montées en puissance n’a jamais été, aussi criarde, poussant même l’impudence d’indexer nos militaires de tous les maux qui rongent notre société pour mieux cacher leurs multiples forfaitures, depuis voilà 15 ans. Bizarrement, durant cette période , une pléthore de criminels en col blanc s’est confortablement installée dans les arcanes du pouvoir avec leurs corollaires de scandales, de détournement, de corruption et de rapine. L’alternance du pouvoir suggérée du haut d’une tribune et le «Tab djen na» lancée à Sétif s’apparentait à un modus vivendi pour faire taire la rue, et donner une lueur de «faux» espoir pour la jeune élite intellectuelle du pays soucieuse de consolider l’Etat de Droit et l’indépendance de sa justice. Cette tonitruante candidature renforce l’image d’un hystérique du pouvoir en lieu et place de l’historique personnage qu’il a toujours voulu être. Désormais, d’obscures forces occultes tireront les ficelles de la marionnette-président qu’ils se sont offert pour gouverner par procuration. Les jeux sont faits et les dés sont pipés, les candidats-lièvres, l’espace d’une duperie, l’espace des sunlights pourront toujours se consoler de voir leurs noms sur le haut des affiches, se faire bonne conscience d’avoir essayé de troubler l’ordre déjà établi, et, sitôt la mascarade terminée, rentrer dans les rangs. Mais, au fait, le 17 avril est loin et la volonté divine est omnisciente y a-t-on pensé ? Et le peuple dans tout çà ? Le peuple continuera à subir le viol répétitif de sa constitution, de ses lois, de ses ressources et de ses mille espoirs et mille rêves qu’il n’a jamais cessé de caresser depuis un 5 juillet 1962, l’année de sa confiscation de la liberté d’élire des leaders de son choix.


Nombre de lectures: 184 Views
Embed This