DzActiviste.info Publié le mer 5 Juin 2013

La grève de la faim à Hassi R’mel prend une nouvelle tournure

Partager

Les travailleurs des trois entreprises de Catering implantées à Hassi R’mel continuent leur descente en enfer, en poursuivant leur grève,  de la faim. En dépit du soleil accablant, les travailleurs maintiennent leur position de protestation devant le siège de Sonatrach. Alors que les 1 161 travailleurs qui ont pris part à cette grève de la faim, depuis jeudi, mettent en danger leurs vies, les employeurs, eux, gardent le silence et ne bougent pas le petit doigt. La situation va de mal en pis, la température élevée qui guette les grévistes, complique d’avantage la situation.  Joint hier par téléphone, Fouad Djida, un des délégués des fonctionnaires, nous a appris  qu’«il y a vingt-neuf  grévistes évacués à l’hôpital à cause de la chaleur suffocante et d’autres très fébriles sont toujours sous la même menace» alors qu’aucun des responsables ne répond à leurs légitimes revendications. Pire, notre interlocuteur a évoqué les «intimidations et autres menaces», œuvre des responsables des trois prestataires (Cieptal, Bayat et Saha) tadis que des travailleurs reçoivent quotidiennement des appels téléphoniques ou des messages les priant de regagner leur poste de travail, après le refus des employés de Hassi Messaoud de les remplacer contre une «certaine somme d’argent».
L’Inspection du travail, qui était pourtant partie prenante des négociations il y a plus d’un mois, se serait également, selon d’autres sources, jointe aux employeurs  «en déclarant la grève illégale». Quant à ces derniers, ils sont revenus sur leurs promesses, expliquera encore Fouad Djida, en assurant qu’ils n’ont rien signé. «Ils disent qu’ils ont signé une feuille de présence d’une réunion mais pas d’engagement à propos de nos revendications», dira avec amertume, notre  interlocuteur. Fouad Djida  tire la sonnette d’alarme quant aux dangers qui guettent les grévistes. Pour rappel, la mise en application des instructions données par le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, date de fin avril passé, d’après le décret ministériel, rendu public. À croire que les responsables de Catering sont en train de « narguer»  le Premier ministre.

Faïza H. Le Courrier


Nombre de lectures: 601 Views
Embed This