DzActiviste.info Publié le mar 3 Juil 2012

La guerre de succession, Par Mohamed HARBI

Partager

Mohamed HARBI

La guerre de succession

PAR: Mohamed HARBI

Dénoncée par Khider et Ben Bella alors que leurs alliés, Bitat et Mohammedi Saïd, siégeaient encore au gouvernement, la destitution de l’état-major général crée une situation peu propice aux tentatives de médiation. Deux d’entre elles sont cependant à signaler : celle du président Nasser et celle du Comité interwilayas.

L’impossible compromis (fin juin-22 juillet)

Marqué par l’échec de Salah Ben Youssef en Tunisie et soucieux de ne pas se laisser entraîner dans le guêpier algérien, le président Nasser demande le 2 juillet 1962 à Ben Bella de rentrer, avec le G.P.R.A., en Algérie. Ben Bella ne veut rien entendre tant que la mesure contre l’état-major n’est pas rapportée. Dans ces conditions, les bons offices du président du Conseil égyptien, Ali Sabri, et de Mohammed Hassanein Heikal, conseiller de Nasser, restent sans résultats.

Lire la suite…


Article original rédigé par aziz3d et publié sur Guerre d’Algérie
Reproduction interdite sans autorisation


Nombre de lectures: 428 Views
Embed This