DzActiviste.info Publié le lun 27 Août 2012

La Laddh alerte l’opinion publique sur une mystérieuse disparition à Laghouat

Partager

Le Bureau de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’Homme (Laddh) à Laghouat signale, dans un communiqué rendu public ce lundi 27 août, un cas de disparition et « interpelle les autorités pour faire la lumière » sur cette affaire. « Le Bureau de Laghouat de la Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme a appris la disparition de M. Zoubir Kaf auprès de sa famille. Selon des informations sérieuses, il serait détenu dans les locaux du DRS, dans le quartier de Tazegrart, à Ouargla », précise le Bureau de la Laddh.

Âgé de 70 ans et père de quatre enfants, Zoubir Kaf est sorti de sa maison, à Laghouat, le 17 juillet 2011 à 6 h 30, avance le Bureau de la ligue. Inquiète, sa femme se rend le lendemain au commissariat de police et à la brigade de la gendarmerie du quartier, relate‑t‑il. Quelques jours après, un militaire lui rend visite. « Il l’informe que son époux est détenu dans les locaux de la caserne de la Direction de la sécurité et du renseignement (DRS) et qu’il avait subi des mauvais traitements », indique la Laddh de Laghouat.
 
L’épouse de Zoubir Kaf rencontre alors le procureur de la République du tribunal de Laghouat afin de déposer plainte pour disparition. « Ce dernier lui a alors déclaré qu’elle n’avait pas à s’inquiéter et que son mari était toujours vivant, semblant connaître avec précision sa situation », révèle encore la même source.
 
En juillet 2012, la femme de Zoubir Kaf reçoit une autre visite d’un militaire. Ce dernier lui a affirmé, selon le Bureau de la Laddh à Laghouat, qu’il travaillait dans la caserne de Ouargla et qu’il venait à « titre humanitaire » pour l’informer « que son époux se trouvait toujours détenu au secret dans les locaux  de la caserne locale du DRS ».
 


Nombre de lectures: 249 Views
Embed This