DzActiviste.info Publié le sam 28 Avr 2012

LA PARTICIPATION DU F.F.S AUX PROCHAINES LÉGISLATIVES, OU LA DERNIÈRE CARTE JOUEE AVANT LE NAUFRAGE DU RÉGIME

Partager

Ahmed Amokrane in LQA 28 04 2012

L’histoire algérienne ressemble à celle d’un homme parti avec son fusil à la chasse . En possession de trois cartouches,notre chasseur est condamné à atteindre son objectif en faisant attention à ses précieuses munitions .Contrairement au chasseur qui cherchait du gibier,l’Algérie est à la recherche de bonheur,de liberté,de justice et de démocratie.

Dès 1954,l’Algérie a joué la carte du nationalisme pour reconquérir son indépendance et établir sur son territoire un Etat démocratique et social . Grâce aux sacrifices de ses enfants,le pays accéda à l’indépendance en un temps record . Cependant,cette grande réalisation reste d’un goût amère . Des sentiments d’injustice et de trahison,secouèrent une grande partie du peuple algérien qui voyait dès 1962 son indépendance confisquée par une poignée d’opportunistes .

De cette déception,est né un climat de tension,d’instabilité et de violence . Rapidement,la carte du nationalisme jouée par le F.L.N,tourna au cauchemar . Les crises succédèrent aux crises . Le F.L.N qui a su mobiliser en 1954 les algériens pour libérer le pays,sombre dès l’indépendance dans le populisme et l’anarchie .

De cette crise,est né au début des années 90, le F.I.S . Mouvement islamiste contestataire,ce parti représente la deuxième carte qu’a jouée l’Algérie après l’échec du nationalisme représenté par le F.L.N .

Malgré les réticences de l’association EDDAAWA,des chikhs Sahnoun et Mohamedi Said,qui se posaient des questions au sujet de l’opportunité de la période choisie pour jouer cette carte si précieuse,le F.I.S contestataire et contesté par une partie de la mouvance islamiste ,est né .Ce qui devrait être une carte pour mettre fin à l’échec du F.L.N,devient un outil de discorde et de FITNA .

Instrumentalisant la religion de tout un peuple,le F.I.S,réalisa ce que la médiocrité du F.L.N post indépendance,n’a pu atteindre . En effet,le F.I.S par son discours populiste et irresponsable,divisa la société algérienne en deux clans antagonistes . A la crise politique vécu sous le parti unique,le F.I.S ,rajouta une crise identitaire et culturelle . Des émeutes éclatèrent au M’Zab,entre Ibadits et Malikites .Dans une même famille,les uns accusent les autres de ne pas avoir bien compris l’Islam !

Les réformes du président Chadli et son premier ministre Hamrouche qui ont donné naissance au F.I.S,ont du mal à avancer . Profitant de la situation,les généraux qui refusaient les réformes et crénaient pour leurs privilèges, décidèrent de passer à l’acte en commettant le coup d’Etat de 92 .

Ayant mal joué les cartes du nationalisme et de l’islamisme,l’Algérie se retrouve avec sa dernière carte . Contesté à l’intérieur et à l’extérieur du pays,menacé par un imminent soulèvement populaire,le pouvoir,conscient de la gravité de son échec,joue la dernière carte du pays en appelant le F.F.S à participer aux prochaines « législatives » .

Parti démocratique,né en 1963 pour dénoncer la confiscation de l’indépendance des algériens par l’armée des frontières,le F.F.S,représente la carte qui nous reste,celle de la tendance démocratique .
En acceptant de participer à la prochaine mascarade,que le pouvoir appelle élections,le F.F.S donne du crédit à un régime en faillite . La décision du parti de Ait Ahmed,est lourde de conséquences. Sans vision politique et sans projets,,le régime cherche par ces « élections » à gagner du temps en retardant au maximum un naufrage devenu inévitable .

Le F.F.S,devrait savoir,que sa place est aux côtés de l’opposition . Il est encore temps de retirer ses « listes électorales »et laisser tomber ce régime mort né . Nous sommes devant un évènement historique . Le F.F.S a la dernière carte du pays entre les mains . Dieu,l’histoire et le peuple algérien,le jugeront en fonction de l’usage qu’il en fera . Ait Ahmed,le bureau national et les militants que nous sommes,devons accorder cette carte à notre peuple en nous retirant de cette mascarade . Cet acte historique, fera chuter ce régime et préservera les intérêts des algériens .

Les chikhs Sahnoun et Mohamedi Said,ont tout fait pour empêcher Abbassi et Ali Belhadj de jouer la carte de l’Islam . Les évenements de la décennie noir,ont montré que les deux chikhs de la DAAWA,avaient raison . Aujourd’hui,nous faisons le même appel en demandant au F.F.S de se retirer de ces « élections » et de laisser le régime s’écrouler avant qu’il n’emporte tout le pays .

Dans le cas contraire,notre pays aura gaspillé ses trois cartouches . De ce fait,le fusil Algérie se retrouvera sans munitions et tirera à blanc . Sans cartouches,un chasseur ne ramènera jamais de gibier et l’Algérie en épuisant ses munitions et ses trois cartes,n’atteindra ni paix,ni stabilité ni démocratie .


Nombre de lectures: 1081 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>