DzActiviste.info Publié le mar 24 Juil 2012

La préface à mon livre de Youcef MERAHI

Partager

Les réflexions contenues dans cet ouvrage, ouvrage pensé et écrit dans le contexte hautement tourmenté de l’Algérie actuelle, sont d’une actualité brûlante et sont, de l’aveu même de l’auteur, une sorte de bilan d’un mandat de député à l’Assemblée populaire nationale.

Psychiatre de formation et de métier, Mahmoud Boudarène s’est retrouvé, par la force de ses convictions, et peut-être par la force de l’amitié, député de la circonscription de Tizi-Ouzou. Changement de métier ? Pas tout à fait puisque le député, tout comme le psychiatre, est appelé à soulager des maux. Par conséquent, dans l’exercice de son mandat de député, le Dr Boudarène, ne s’est pas senti dépaysé comme on aurait été tenté de le croire. En effet, qui mieux qu’un psychiatre peut faire le diagnostic des maux dont souffrent la société et en proposer les remèdes et/ou les solutions ?

Des suicides, des émeutes et des harragas aux kidnappings et à la pollution de nos villes, en passant par les nombreuses lois (loi de finances, loi sur l’information, loi électorale…) censées apporter des solutions, le Dr Boudarène constate, diagnostique, interpelle et prescrit. Aucun mal/sujet n’est laissé au hasard. Tout est passé sous le microscope du spécialiste, avec force détail et pugnacité. Il ne dissimule rien, ne mystifie rien. Il sait que la cécité politique retarde l’émancipation de l’Algérien. Mais celle-ci n’appelle-t-elle pas à la révolution par le peuple ?

La force de ces écrits réside dans leur sincérité et leur pertinence. En refermant le livre après sa lecture, il se poursuit en nous, malgré son auteur. Le lecteur ressentira non seulement une satisfaction, mais une reconnaissance ; oui, une reconnaissance envers un élu qui a tenté de faire convenablement son métier d’élu du peuple en proposant de surcroit une réflexion, un bilan et des perspectives.

« Les algériens ne sont pas heureux dans leur pays. Ils ne l’aiment plus. Un constat qu’on ne rappellera jamais assez parce qu’un tel état d’esprit érode irrémédiablement le sentiment patriotique et est, par conséquent, porteur de péril pour la pérennité de la nation ». Ceci est le constat du député ! Mais aussi celui du psychiatre ! Cette réalité est plus que jamais d’actualité ! C’est le message que le Dr Boudarène veut faire passer aux citoyens mais aussi, et surtout, aux politiques au pouvoir qui « seraient bien inspirés d’œuvrer – au-delà de toutes considérations idéologiques – à restaurer dans leur dignité les personnes, notamment les jeunes, en leur redonnant l’initiative sur leur destin ».

« L’action politique en Algérie » est un recueil d’articles et de contributions parus dans la presse nationale entre 2007 et 2011. Dans ces textes, le développement de l’argumentation est fondé sur le théorique et sur le vécu quotidien à travers l’exercice de son mandat de député. Malgré le tableau négatif qu’il dresse de la situation générale du pays, il termine avec une note d’espoir et une promesse : « Je pense que je n’ai pas le droit de m’abandonner au défaitisme. Ce combat est juste, il s’agit de l’avenir de mon pays. J’ai la conviction que je peux lui être utile, sans pour autant être un bouc émissaire ou constituer un alibi démocratique ».

Rédigé dans un style clair, direct et sans emphase, l’ouvrage du Dr Boudarène est agréable à lire. En conséquence, sa lecture peut être chaudement recommandée à un large public.

Youcef MERAHI, écrivain-poête.


Nombre de lectures: 430 Views
Embed This