DzActiviste.info Publié le mer 28 Mai 2014

La « santé » et le parfum de la chekara !

Partager

sbitar dzairhttp://www.oranais.com/

28 mai 2014

Les praticiens de l’E.H.S de Canastel sortent de leur mutisme et dénoncent: « L’arbre qui cache la forêt »

  • Par ZIAD Salah

 

L’information donnée par notre site il y a quelques jours, se rapportant au service de chirurgie cardiaque de l’EHS Canastel, continue à susciter les réactions.  Après la conférence de presse du DG de cet établissement hospitalier, tenue hier, (Mardi), un Conseil Médical extraordinaire est programmé pour la journée de demain. Selon nos sources, dignes de foi, cette réunion, qui sera présidée notamment par le Directeur de la Santé de la wilaya, est censée clarifier (ou réfuter) ce qui a été rapporté par notre journal et repris par d’autres titres. On y reviendra.hopital.jpg2

Cependant, des discussions que nous avons eues, avec des praticiens sur place, le service dechirurgie cardiologique a bel et bien été officiellement inauguré il y a deux ans. Là-dessus, nos interlocuteurs sont catégoriques. Mais il semblerait que, dans l’entendement des responsables, notamment l’ex-directeur de l’EHS, actuellement DG du CHU Oran, et du Directeur de la Santé au niveau de la wilaya, « inauguration ne coïncide automatiquement pas avec mise en fonction« . Ce qui a été confirmé, par ailleurs, par le nouveau D.G de cet établissement, hier, dans sa conférence de presse. Mieux, ce responsable a reconnu que « des malfaçons« , dans la bâtisse devant recevoir ce service, existent et « empêchent » l’entrée en fonction de ce service, prévue pour le courantjuin prochain. Nos interlocuteurs tiennent à préciser, quand même, que le chirurgien-pédiatre, cité dans notre article, est parti pour des stages en formation à Alger et non « à l’étranger » pour, par la suite, prendre en charge le dit service.
Par ailleurs, nous apprenons que le service de chirurgie cardiologique, n’est pas le cas unique, au niveau de l’E.H.S de Canastel. Le service « O.R.L » est toujours en chantier alors que cinq spécialistes ont été recrutés. Personne ne peut se prononcer sur la date de livraison de l’édifice. En tout cas, pas avant trois ans, nous assure-t-on. Le service de neurochirurgie a lui aussi été « inauguré » et il …n’existe pas. L’unique neurochirurgien recruté vient deux fois par semaine pour examiner les cas jugés délicats. Mais lehic, c’est que les équipements, notamment « le matériel médical pour le fonctionnement de ces services, ont été acquis et se trouvent stockés quelque part », selon nos interlocuteurs. D’ailleurs, l’empressement de l’ancien directeur de l’EHS d’acquérir du matériel et de lancer des travaux de réalisation soulève plus d’une interrogation chez nos intervenants. On estime que le montant des travaux des réalisations engagés au sein de cet établissement « s’élève à 170 milliards de cts et que les équipements ont nécessité la somme de130 milliards de cts ». Mais ce qui alimente les suspicions, au niveau de la communauté hospitalière de cet établissement, c’est le cas de l’économe qui gère le portefeuille financier. On s’interdit de toute accusation mais on nous informe qu’elle la personne en charge du département finances est de formation… »ingénieur« . Mieux, au lieu d’être recrutée par « décision ministérielle, elle aurait été imposée » par le Directeur de la Santé de la wilaya. Ce qui constitue, selon les dires de nos interlocuteurs, une « entrave » aux règlements d’usage. En tout cas, on reconnait ici que son « pouvoir est exorbitant et qu’elle échappe, tout bonnement, à l’autorité de l’actuel directeur« , fraîchement nommé. S’agissant des travaux engagés, et ceux déjà programmés, le simple observateur peut constater la densification que subit cet hôpital, l’unique au niveau de tout l’Ouest du pays. Or, le commun des oranais est courant que l’ex wali, actuellement ministre de la santé publique, a attribué des assiettes de terrains pour ériger des cliniques privées, au point ou on a nommé, un coin de la ville, par le sobriquet de «zone des cliniques».
Des voix s’élèvent et évoquent une volonté délibérée de «tuer l’EHS de Canastel». Par qui ? Et au profit de qui ? Pour notre part, nous transmettons le vœu d’un médecin exerçant dans cet hopital qui estime que « le salut de cet établissement passe par sa promotion au rang de EHSU (Établissement Hospitalier Spécialisé Universitaire) ». Ainsi, sa gestion sera confiée aux hospitalo-universitaires qui assureront la relève. Une préoccupation écartée des vues qui ne voient dans cet établissement qu’une vache à traire……Et nous visons personne .


Nombre de lectures: 225 Views
Embed This