DzActiviste.info Publié le mar 17 Déc 2013

LA THEORIE DES ARMES SILENCIEUSES POUR LES GUERRES TRANQUILLES

Partager

Himar hakem Un peu de sincérité est chose dangereuse ; beaucoup de sincérité est absolument fatal citation

Sous une prise de vue parmi tant d’autres, l’interprétation que je pourrai  faire transparaitre de la situation économique, sociale et culturelle actuelle de notre pays, sont les difficultés de différents ordres qui ne permettent pas d’amorcer un décollage économique et ce malgré l’aisance et l’assurance financière. Les activités génératrices de valeur et de  richesse sont très critiques, et les blocages sont de différents ordres (absence de protectionnisme + destruction du tissu économique lors de leurs liquidations+bureaucratie+…..….), les critères scientifiques inutilisés(La recherche appliquée, qui est dirigée vers un but ou un objectif pratique; les activités de développement parfois confondues avec la recherche technologique, qui consiste en l’application de ces connaissances pour la fabrication de nouveaux matériaux, produits ou dispositifs absence de stratégie et de  modèle de développement ….), la tertiairisation du tissu économique, se rapportant ou sont en fonction de la progression et de la croissance en matière de valeur ajoutée en d’autres termes le seul et unique revenu dégagé est celui des hydrocarbures (revenu  transformé en rente politique), destiné en grande partie à la consommation via l’importation, une autre partie est destinée pour le développement des infrastructures et le reste épargné chez Wall street.

« Bureaucratie: mille-pattes à mille têtes, dont ni les pattes ni les têtes ne fonctionnent d’une manière synchrone, lorsqu’elles fonctionnent».de Georges Elgozy

En effet, Il n’existe pas à première vue, de stratégie de développement qui puisse nous positionner ou nous placer sur des rails de l’essor économique ,social et culturel; pouvant nous amener vers un horizon qui appartient aux jeunes diplômés( savoir) pour se faire à leur façon une meilleurs vie naturelle et se donner un plus ou bonus à la richesse de la nation, enfin d’être un acteur ou un agent économique utile et créateur de valeur ajoutée. Notre pays est dans une situation de statu quo, ou impasse globale (économique-politique et sociale).

Cette impasse nous pousse à suspecter ou à conjecturer qu’ il existe probablement au sein de ce pouvoir une chambre noire qui sert à manigancer des stratégies de dégradation pour pérenniser ce genre de régime autiste et improductif et maintenir le peuple dans un état déplorable et piètre servant à exhorter le peuple vers l’ignorance par des situations qui dépassent de loin l’astigmatisme. Car après tout que sont nos politiciens sinon des illusionnistes qui ont le don de nous faire regarder la ou il ne faut pas et voir des ennemis la ou ils n’existent pas et donc prendre des décisions erronées, et pour mieux se référer sans trop philosopher. Il s’agit de se rapporter aux blagues ,adages et aux maximes populaires illustrant les absurdités bureaucratiques (pour chaque procédure administrative pour entreprise, particulier ou entre institutions étatiques ),elle nécessite  « tout » un dossier ou de façon plus populaire «  un paquet de papier administratif »).Les stupidités des actions administratives , publiques et sociales (parcours de combattants pour constituer un simple dossier administratif valable pour obtenir un minable service), les trafics d’influences, les abus de fonction… (il est plus facile de régler un problème via une personnalité très imprégnée que ,un commerce informel coûte 0 heure, alors que le réglementaire ne se mesure pas en heures, ni en jours, mais en mois …..), les contres sens et les déviations en matières de développement économiques et la liste des errements est encore longue et que chacun de nous à du au moins fait l’expérience d’un de ces cas et ce depuis plus de 50 ans que nous pataugeons dans le sous développement avec comme sérum le pétrole.

Le comment contrôler le peuple via le coté social et le manipuler à sa guise est une affaire de régime et de pouvoir et non pas une affaire d’état.  Façonné le peuple   comme on pétri une patte à modelée, des techniques scientifiques existent et elles  se préparent comme des recette de gâteaux appelé «stratégie de la diversion» qui est en soi une forme consistant à détourner l’ attention du peuple de ses véritables problèmes que connait le pays ( chômage ,corruption ,mal vie , bureaucratie, pénuries ,sous développement…..) et les mutations erronées décidées par les carriéristes et les rentiers (fausse élite) pour mieux maintenir leur propre intérêt égoïste que ce soit au niveau de la sphère politique, la sphère économique, cette situation est mise en valeur par un pilonnage continuel et sans répit de distractions ,de poltronnerie comme en 2010 , l’année était tarabiscotée de (one, two, three viva l’Algérie !), de l’ information (le rêve de la Fatia a cédé la place au nouveau rêve de la Renault), d’ occupations (pénuries de liquidités et de carburant , de bureaucratie,….….) et non d’ avancement pour le bien être et les exemples sont bien nombreux encore. Cette stratégie de diversion est indispensable pour empêcher le peuple de se réveiller et d’avancer ,de se mêler des choses importantes et essentielles à savoir la transparence dans les affaires publiques, la bonne gouvernance, la véritable démocratie, l’état de droit ,le contrôle populaire.

Nos carriéristes (fausse élite) veulent contraindre les gens de méditer ,sans doute parce qu’ un peuple regardant et qui prend garde est la dernière chose dont ils ont besoin ,ils cherchent à abrutir les masses avec le sport (la Barca et le Real) ,les séries débiles de TV( Egyptiennes, Turques….) et ils doivent être froissés de voir que ca ne marche pas à tout les coup alors ils essaient de vilipender ceux qui ne pensent pas comme ils le conçoivent « que la masse pense »….. de façon à contribuer à mettre à l’écart l’intérêt général au détriment de l’intérêt d’une caste qui sert à domestiquer les sphères: économique ( maffia de l’informel-de l’import de biens et de services et de l’ export de devises seulement…), politique (alliance pouvoir-argent-blanchiment d’argent), social (fausses solutions ANEM-filet sociale-paix sociale…),culturelle( la bouffe avant le livre) et même scientifique. Cette mise à l’écart touche généralement la catégorie des jeunes qui sont les bâtisseurs de l’avenir du pays.

Plusieurs mécanismes sont en jeu pour pérenniser ce régime (pouvoir) autiste ou bien système ,ce dernier pratique la fuite en avant pour mieux se faire valoir, il n’hésite guère de créer des problèmes pour ,par la suite s’offrir des solutions toutes faites ,afin de se montrer qu’il tient bon les choses en main, qu’il est tout prés du peuple pour mieux se maintenir (les élus, les Partis et l’Administration sont tout prés du peuple que lors des élections seulement), c’est une méthode entrant dans le cadre de la manipulation des masses, elle est transcodée aussi selon cette équation:

 Un  problème fait  naitre une réaction et de cette dernière nécessite une solution .

Autrement dit on crée autoritairement et intentionnellement une situation donnée par exemple une pénurie d’un bien marchand (médicaments, carburant, liquidité…….) pour susciter une certaine réaction (tonalité d’opinion) émanant du peuple et retransmise via les medias lourds, les journaux, les discussions dans des lieux publics à grande échelle et que l’ Etat support par excellence de ce régime, pour bien montrer sa bonne volonté.

Un bouc émissaire est toujours utile pour dégager une solution dépassant la notion de la ténacité ,pour insinuer que « l’ état pouvoir » pour ne pas dire puissance publique est bien présent et utile, est à l’écoute du peuple, tout prés du peuple, aime le peuple, s’ intéresse au peuple ,pense au peuple et il est au service du peuple pour mieux faire valoir sa légalité constitutionnelle (art 4 de la constitution) par le « peuple et pour le peuple ». Les exemples ne tarissent pas pour ce qui ce rapportent à ces variétés de situations le cas le plus vulnérable est celui des émeutes devant la situation précaire de notre belle pauvre jeunesse. Ces émeutes transformées en violence urbaine livrées à eux mêmes pour un bon bout de temps, afin que le peuple soit demandeur d’une nouvelle réglementation encore plus contraignante allant dans le sens du renforcement de la mise en place de la loi sécuritaire, dont ses mesures conçues à l’avance, stratégie oblige !, pour mieux sauvegarder la paix social au détriment d’ une limitation de la liberté suivi d’une dépense financière supplémentaire pour soudoyer la paix sociale.

Il est parfois plus utile de faire avancer des mesures inacceptables et impopulaires en dehors de toutes participation du peuple selon cette maxime  qui dit : « Je vais vous expliquer le principe de base de l’économie : Donne-moi ta montre, et quand tu auras besoin de l’heure, moi je te la communiquerai ».

 Le cas le plus extrême était la liquidation des entreprises, la forme et la vitesse de l’opération de la liquidation laissait planer des incertitudes ,des méfiances, des suspicions, dont les effets se font ressentir avec la bénédiction et les exigences du nouveau maitre FMI qui nous a inculqué par soumission ou sacerdoce, car celui qui donne ordonne, du chômage forcé ( liquidation et privatisation des entreprises) entrainant une nouvelle structure morale et économique d’ une grande partie de la population active allant dans le sens de la précarité, l’incertitude et la vulnérabilité des conditions de vie par la diminution du pouvoir d’ achat…. Autant de changements qui provoqueraient un désastre, la base économique de création a été consumé pour laisser place à la prédominance de la sphère commerciale (bazardisation), spéculation à outrance, des décisions impopulaires (ponction sur salaire, privatisations et liquidations des entreprises désinvestissements) de la décennie 90 prisent en dehors de toute légitimé populaire pour ne pas dire réglementation….

Les dés étaient pipés en vue de la transformation du capital public qui s’est translaté vers le capital privé selon des règles de resquilleurs. Les économistes avaient bien raison disait un homme de la Bourse « le capital c’est du travail accumulé, seulement comme on ne peut pas tout faire, ce sont les uns qui travaillent et les autres qui accumulent ».

Mettre en pratique l’ idée du changement surtout économique, c’est mettre en valeur qu’ un sacrifice future proche est plus acceptable qu’ un sacrifice immédiat .Tout ce remue ménage c’est-à-dire ce changement social et économique qui va d’un cap( ancien système) à l’autre (nouveau Bazard  et bizarre système) en dehors de la volonté populaire, s’enchaine et sa réalisation se fait via une publicité politique qui sent plus la rente et par des discours fleuves et creux, des arguments de contes de fées, la médiatisation à outrance destinée au large public. Ce pouvoir ne cherchera qu’à embobiner, à berner, à piper le peuple et en plus il entérine un ton infantilisant pour que la réaction soit au même diapason de ce que l’ on a envisagé de faire avant pour sauvegarder l’intérêt de la caste dirigeante.

L’ appel à l’émotionnel est aussi une façon, une technique, un art pour courcircuiter l’ analyse rationnelle, l’esprit de logique, pour éviter tout sens critique (esprit du parti unique-ou groupement de partis), scientifiquement l’émotionnel ouvre l’ accès à l’ inconscient donc facilité pour placer ce que l’on désire (idées rétrogrades, peur, désirs, comportements, pulsions…) une forme d’opium du peuple, par une tournure diabolique de faire plus appel à l’émotionnel plutôt qu’à la réflexion une façon de crédibiliser l’état des choses actuels sans leurs remises en cause.

Aujourd’hui les gens savent le prix de tout et ne connaissent la valeur de rien.citation

Les mécanismes des stratégies( de la dégradation-du différé-de l’émotionnel- des distractions …) maintiennent le peuple dans une certaine passivité impassible devant la gravité des problèmes de société sinon son ignorance, pour ne parler que de la qualité de l’éducation et de l’instruction, sont orientées dans le sens de la médiocrité et la platitude, nos écoles primaires ne savent plus se situer entre l’éducation et l’instruction quand à la morale et les valeurs sociales elles sont renvoyées aux calendes grecques, le collège ou plus exactement le CEM se cherche entre l’enseignement général et l’enseignement scientifique ou technique alors que la qualité est étouffée par la quantité de matières, le lycée d’antan où l’on s’entretenait et controversait de philosophie, celui d’aujourd’hui il est moderne mais l’on discute de Football et représente le Bac(clé de réussite), dont le pourcentage de réussite émerge d’un logiciel représentant l’humeur politique du premier décideur, enfin l’université populaire entre LMD et l’ancien système, cette boite populaire fabrique bien de beaux chômeurs diplômés sans valeur d’usage et dire que tout ce qui peut produire  est dévalorisé de l’entreprise à l’école car l’acte de création de valeur et d’innovation à été carrément défalqué.  .

Ces différentes actions font croire au peuple après murissement, qu’il est responsable de son malheur (façon de remplacer le sens de l’initiative et de révolte…. Par sa culpabilité), donc incapable de réagir, de réfléchir, c’est la raison pour laquelle les jeunes sont devenus une matière facile de pénétration dans le cercle de tout les fléaux sociaux (drogues –alcools –suicides –harga -M’Harga -crimes- agressions-….….) et ne savent même pas tenir leurs pantalons qui cachent mal leurs fesses (stratégie de mode oblige !).

Ce système avec la mise en œuvre de ses stratégies, détient le plus grand pouvoir et un plus grand contrôle sur les individus que les individus eux-mêmes et avec les empreintes digitales et demain l’ADN, et son but principal (bio métrisation en cours )est de connaitre et apprécier les individus mieux qu’ ils ne se connaissent eux-mêmes, c’est un autre opium du peuple suivi d’une autre histoire car ce qu’ il faut maintenant c’est de penser à édifier par tout moyen un bâtiment droit( Etat de droit) solide pour qu’on puisse protéger le peuple contre toute tempête. Toute communauté humaine ne peut survivre sans fondement solide, elle recule ou capitule face à la moindre épreuve. Celui qui est sans fondement et sans constante devient comme une chose qui est facile à disparaitre.

Benallal Mohamed


Nombre de lectures: 241 Views
Embed This