DzActiviste.info Publié le lun 29 Avr 2013

La violence en milieu scolaire

Partager

C’est le thème du séminaire organisé le 28 avril 2013, à la maison de la culture de Tizi Ouzou, par la direction de l’éducation de la wilaya.

Une rencontre qui a permis aux participants – en majorité des directeurs d’établissements, tous paliers confondus – de débattre de ce problème crucial qui ne cesse de prendre de l’ampleur et d’inquiéter, élèves, parents, enseignants et administration. Les interventions des uns et des autres ont pointés du doigt la réalité quotidienne de chacun et l’inquiétude grandissante qui ronge d’abord les enfants qui sont les principales victimes et ensuite les enseignants, parce que de plus en plus objets des agressions des élèves et quelques fois des parents.

Les syndicats des enseignants, le CLA (coordination des lycées d’Algérie) notamment, ont tiré la sonnette d’alarme. Au plus fort moment de leur inquiétude, ils ont appelé à la grève parce que leur tutelle, interpelée, est restée sourde et indifférente à leur détresse. La presse nationale a largement relayé cet appel.

Quoiqu’il en soit, l’idée de la progression de la violence dans nos établissements de l’éducation est maintenant imprimée dans les esprits. La direction de l’éducation de la wilaya de Tizi Ouzou le reconnait explicitement, c’est pourquoi elle a organisé ce séminaire, et cela dans la perspective d’aller à l’avenir encore plus loin dans la démarche. Organiser des ateliers d’information et de formation en direction des enseignants, des élèves mais aussi en direction des psychologues et des médecins qui travaillent au sein des établissements scolaires. L’objectif principal étant de prévenir la violence en apportant, en particulier, un soutien effectif aux personnes en difficulté, enfants et enseignants, parce que ceux-ci sont susceptibles d’être « bourreaux » et auteurs de passages à l’acte violents ou encore d’en être les victimes. Quand aux psychologues et médecins scolaires, ils doivent apprendre à aller au devant de telles situations pour les prévenir.

Il faut espérer que cette initiative se poursuivra et qu’elle fera des émules à travers le territoire national.

J’ai été convié pour intervenir à ce séminaire. Je ne savais pas trop si le psychiatre que je suis serait utile dans ce type de débat. J’ai toutefois accepté de participer et d’apporter ma contribution. La voici.

Les origines de la violence à l’école


Nombre de lectures: 306 Views
Embed This