DzActiviste.info Publié le jeu 9 Mai 2013

L’accusation « être à la solde de l’OTAN » a-t-elle encore droit de cité ?

Partager

OTANHammana Mahmoud

« L’appétit vient en mangeant » dit le proverbe français. En effet, pour la France, la décision algérienne va au delà des espérances de ses stratèges. l’Algérie n’autorise pas seulement l’usage de son territoire par la France dans sa guerre contre le Mali appelée par euphémisme lutte contre « El Qaida », mais elle se propose d’en être partie au regard de la logistique apportée et des moyens humains mis au service de cette agression dont les retombées seront sans doutes ressenties à long terme eut égard aux dangers que cette guerre fait peser sur l’intégrité territoriale du pays et sa souveraineté nationale et évidemment sans aucun intérêt pour le peuple.
Elle n’est donc qu’un autre pas franchi dans le long processus de trahison qui remonte à l’époque ou l’Algérie était encore en guerre et durant laquelle nos politiciens ,ces idoles présumés de demain, avaient d’autres chats à fouetter que de combattre le colonisateur, ce qui est assez pour conclure que la compromission avec l’ennemi ,dont cette guerre est l’une de ses conséquences, a prit le pas sur le dévouement à la cause nationale.
En livrant le peuple malien au colonisateur d’hier, le régime d’Alger vient de donner toute l’étendue de sa traitrise et incite l’OTAN, à la recherche d’un substitut à leur allié Moubarak emporté par la révolution de « Madian Tarir »,à lui confier le rôle de vassalité rempli avec brio durant plus de trois décennies par celui qui fut l’allié le plus sur »d’Israël ».http://www.algeriachannel.net/امريكا-تسند-الدور-الذي-لعبه-مبارك-الى-ا/
L’Algérie n’a pas seulement ouvert ses frontières devant la nouvelle coalition dans sa croisade contre le sahel à laquelle elle continue d’apporter l’aide logistique et humain nécessaires pour combattre…l’AQMI qui ,comme un revenant ,surgit de partout et de nulle part. mais qui en vertu des impératifs de la nouvelle géostratégie de la région en est le facteur décisif :35000 soldats peuplant deux sous-régions militaires et sensés protéger nos frontières combattent au fait pour le compte de la France, transformés ainsi en mercenaires et des USA disposant de DEUX BASES MILITAIRES dans le Sud, qui comptent se désister du golf arabe aux profits de nouveaux concurrents :la chine, la Corée, le Japon, l’Iran et la Turquie ,pour mettre la main sans difficultés sur les ressources de cette région compte tenu des commodités qu’elle offre ;lesquelles bases sont là pour convaincre ceux qui ont encore des réticences à ce sujet et à la culpabilité du système. Mission accomplie par Bouteflika avec toute l’attention de cet élève qui veut donner satisfaction à son maitre d’école.http://www.algeriachannel.net/الجزائر-قدمت-مساعدات-لوجستية-للقوات/
L’AQMI, ce n’est pas au fait le terrorisme qui demeure une opération de l’esprit occidentale dans son délire de suprématie à l’endroit des musulmans et des arabes, c’est l’uranium, l’or et les diamants du pauvre peuple Nigérien qui subsiste au jour le jour dans un pays déchiré par les conflits armés, mais qui aux yeux de notre régime menace-tenez-vous bien-la rive sud du vieux continent par un Islam présumé qui progresse vers l’Europe.
Le feu vert donné par Bouteflika à la France de survoler inconditionnellement notre espace aérien n’est pas seulement une autorisation expresse d’agression d’un voisin qui, à mon avis, n’a pas nui à l’algérie,mais signifie que l’Algérie(longtemps considérée comme la Mecque des révolutionnaires) est désormais au chapitre des laquais de l’impérialisme et de la réaction ;deux vocables chers justement à Bouteflika alors ministre des affaires étrangères entre 1965 et 1979.
Ainsi en a décidé l’auteur du slogan : « JAZAIR EL IZZA OUA EL KARAMA » qui comme son compère Boumediene est beaucoup plus préoccupé à soigner son prestige personnel que d’honorer son rang de premier magistrat du pays qui dans un esprit vindicatif qui est le sien doit sans doute regretter que la sénilité et la maladie l’aient empêché de faire davantage mal au pays et qui, convaincu d’etre au bout de son règne à l’instar de son homologue Syrien, pratique la stratégie de la terre brulée afin de léguer à son successeur un pays en ruine dont le rétablissement engendrera chez le citoyen distrait, cette nostalgie hypocrite qui lui fera regretter l’ère de la rente et de la vache grasse.

Hammana mahmoud,retraité-Algérie


Nombre de lectures: 363 Views
Embed This