DzActiviste.info Publié le ven 13 Juin 2014

L’âge d’or de la civilisation musulmane ou le règne de la société inclusive.

Partager

Langue arabe 1Khaled Boulaziz

S’il est vrai que le berceau de la révélation fut l’Arabie (plus exactement la province du Hedjaz), l’essor civilisationnelle musulman fut ailleurs.

De Samarkand en passant par Ispahan, Damas, Baghdâd, Fez, jusqu’a Cordoba et Granada, la pensée musulmane ayant comme véhicule l’Arabe rayonna sur plus de huit siècles, culminant par son Age d’or en Andalousie.

Aujourd’hui tout musulman, quelque soit son obédience sectaire reste fasciné par cet âge et l’utilise comme référence pour sa vision d’un Islam parfait.

S’il est vrai que les interprétation historiques visant a expliquer l’essor de cet âge oscillent aujourd’hui entre le support divin et l’application de Sharia pour certains, la synthèse entre la révélation et la raison pour d’autres; il reste néanmoins tout un champ de recherche pour comprendre en premier lieu la rapide expansion de l’Islam et surtout la maitrise des sciences de l’époque et leur développement dans un laps de temps assez restreint par les disciples de ce nouveau mouvement religieux.

De la mort du prophète en 632 E.C et jusqu’a 732 E.C, c’est à dire en un siècle exactement, l’Islam allait inclure un territoire qui s’étend de l’Inde jusqu’a en Espagne, soit une superficie de 14 millions de km2 avec une population de plus 34 millions d’habitants.

A la même époque historique, et du 8eme siècle E.C et jusqu’au 13eme, ce territoire avec sa multitude de groupes vont traduire une partie essentielle du savoir scientifique de l’époque, le développèrent et jetèrent les bases des siècles des lumières.

En cette modeste contribution, je voudrai avancer comme explication de cet essor civilisationnelle l’hypothèse du concept du règne de la société inclusive.

L’étude historique montre clairement que cette multitude de groupes qui furent à la base de l’essor de la civilisation musulmane appartenaient à différentes croyances mais vivaient tous sous la bannière du Commandant des Croyants.

Plus spécialement en Espagne, ou l’interaction dans tous les domaines entre les trois groupes de croyances nomothétiques allait écrire une des plus belles pages de l’Histoire de l’Islam.

De même et dans d’autres grands villes de ce vaste empire, l’inclusion sans préjugés d’autres groupes de croyance non- musulmane allaient contribuer grandement à l’essor de la vie scientifique de l’époque.

Cet état de faits définie la société musulmane de l’époque comme une société inclusive. Regroupant des croyants et croyantes de différentes obédiences, la société leur furent ouverte à tous les niveaux pour y contribuer à son essors, chacun dans son domaine.

Cette attitude qui permets aux croyants de vivre et de travailler dans la sphère musulmane découle du message devin lui-même qui s’adressa d’abord aux croyants et croyantes.

Dans cette société inclusive et mis-a-part l’acquittement d’un impôt, ces gens du livre purent gardés leur coutumes et contribuer à l’essor de leur religion. Ce qui permet d’avoir des cas presque impensable aujourd’hui tels que le rabbin Samuel ibn Nagrela (mort en 1056 E.C.) qui occupa les fonctions de Vizir et de chef des armées de Grenade.

De cette époque, ou les gens du livre furent inclus dans la sphère musulmane on a évolué dans les temps présents vers une société ou les musulmans eux-mêmes s’excluent mutuellement ; par fois par la violence.

 

 


Nombre de lectures: 305 Views
Embed This