DzActiviste.info Publié le lun 24 Mar 2014

L’Algérie a besoin d’un Adolfo Suarez

Partager

Suarez AdolfoKhaled Boulaziz

Adolfo Suarez, ancien Premier ministre de l’Espagne, celui qui avait mené le pays vers la démocratie après la mort du dictateur fasciste général Franco, est décédé dimanche à l’âge de 81 ans.

Il a dirigé avec succès l’Espagne vers une période de transition délicate en surmontant de profondes divisions au sein de la société laissées par la guerre civile de 1936-1939, tout en instituant une amnistie pour les délits politiques a l’ensemble de la société espagnole.

Largement admiré pour son talent d’assembleur et de réconciliateur , M. Suarez a supervisé la légalisation des partis politiques et des syndicats et les a guidés vers un consensus qui a abouti à une nouvelle constitution espagnole qui a été approuvé par un référendum en 1978.

Mais en dépit de sa nouvelle re-election, M. Suarez démissionna au début de 1981 au milieu d’une baisse de sa popularité au sein de son propre parti Union du Centre démocratique.

Un mois après sa démission et pendant une session parlementaire, des soldats de la garde civile prirent d’assaut le parlement en tentant d’organiser un coup d’État militaire.

M. Suarez a été l’un des rares à rester assis .  » Ils (les soldats) nous ont ordonné de s’assoir a même le sol,  » a t-il dit dans une entrevue quelques années plus tard. «J’étais le premier ministre et le premier ministre ne pouvait faire cela. »

Sa carrière politique évoque un courage et un esprit qui ont soutenu une transition démocratique difficile, la reconnaissance des voix dissidentes, la promotion de la tolérance et de la pratique du dialogue sans exclusion.

Grâce a cette attitude il a pu forger les grands accords qui ont propulsé l’Espagne vers la démocratie et la prospérité.

L’Algérie a besoin d’un Adolfo Suarez et non d’une révolution a l’iranienne.

 


Nombre de lectures: 230 Views
Embed This