DzActiviste.info Publié le jeu 4 Juil 2013

L’Algérie pillée à grande échelle

Partager

corruption_algerieCette révélation, telle qu’elle a été faite par le ministre de la Justice, implique forcément de graves retombées sur la suite des évènements puisque un pareil réseau international n’a certainement pas pu être mis en place sans de très solides complicités situées au plus haut de la hiérarchie décisionnelle du pays. C’est donc un véritable pavé dans la mare que vient de jeter Mohamed Charfi. Finalement, les scandales qui secouent présentement la Sonatrach sont autrement plus graves et plus étendus qu’il n’y paraissait. C’est, en tous cas, la conclusion principale des fracassantes révélations faites ce mardi par le ministre de la Justice, Mohamed Charfi. Selon lui, en effet, «L’instruction en cours dans l’affaire dite Sonatrach 1 a révélé la présence d’un véritable réseau international de corruption dont les ramifications s’étendent à tous les continents.» Sic ! Ce réseau, qui couvre donc tous les continents, s’est fixé pour but, a indiqué le même responsable, « d’absorber la substance de la Sonatrach à travers des mécanismes financiers complexes visant à couvrir les crimes commis». Or, il ajoute que «90 % des personnes impliquées dans l’affaire Sonatrach 2 ont été identifiées». Parmi ces personnes identifiées, le ministre a précisé : «il y a ceux qui font l’objet de poursuites internationales. Il y a ceux qui sont sous contrôle judicaire».

Mais il a refusé de citer des noms. «Ne me demandez surtout pas de vous donner le nom d’un tel ou tel», a-t-il lancé aux journalistes. Des révélations aussi fracassantes nous poussent à croire si les coupables seront un jour appréhendés et jugés, puisqu’ils se trouvent aux quatre coins du monde. Pis encore, on ose à peine imaginer le préjudice financier qui a touché la Sonatrach à la suite de cette mise à sac quasi légalisée et institutionnalisée. Enfin, et au regard du caractère très sophistiqué de ces détournements de fonds à très large échelle, on est également fondés de croire qu’il existe forcément des scandales intitulés Sonatrach 3, 4, 5… etc. Sur un tout autre chapitre, le même responsable a indiqué qu’un avant-projet de loi amendant la loi portant prévention et lutte contre la corruption promulguée en 2006, était en cours d’élaboration par le ministère de la Justice. Il a précisé à ce propos que le ministère préparait un avant-projet de loi amendant la loi portant prévention et lutte contre la corruption dans l’objectif de «consolider les règles juridiques qui permettent de lutter contre les actes portant préjudice à la communauté nationale, récupérer les deniers dilapidés et protéger les témoins et les dénonciateurs».

Dans une déclaration à la presse, le ministre a présenté les dispositions prévues par cet avant-projet de loi concernant la protection des dénonciateurs des crimes de corruption, précisant que la loi en vigueur prévoyait des sanctions à l’encontre des personnes qui dénoncent les cas de corruption alors qu’elle devrait «les protéger au même titre que le juge qui enquête sur les cas de corruption». «Il faut protéger les témoins de toute contrainte», a ajouté le ministre précisant que l’avant-projet de loi «prévoit l’élargissement des mécanismes à même de permettre à l’État algérien de récupérer ses deniers dilapidés à l’étranger du fait de la corruption». Il a également salué la coopération internationale en matière de lutte contre la corruption citant certains États qui coopèrent avec l’Algérie dans ce cadre à l’image de l’Italie, la France, l’Angleterre et la Suisse.

Wassim Benrabah 03 / 07 /2013
http://lecourrier-dalgerie.com/lalgerie-pillee-a-grande-echelle/


Nombre de lectures: 1278 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>