DzActiviste.info Publié le mar 20 Nov 2012

L’Algérie,de l’affaire de l’éventail à celle du Mali

Partager

Ahmed Amokrane

 

Les siècles passent et se ressemblent pour les pays et les peuples qui ne se corrigent pas . Aprés 132 ans d’occupation française marquée par l’humiliation,l’injustice,l’exploitation et la marginalisation,l’Algérie renoue avec la menace d’une occupation étrangère . L’affaire de l’éventail utilisée par la France pour envahir notre pays,se reproduit sous nos yeux . En effet,ne pouvant pas évoquer la même excuse,la France et les Etats unis d’Amérique,nous avancent le pretexte du Mali pour s’installer au sud de notre pays . L’affaire de l’éventail 2 a commencé !

 

Discrédité,isolé et sombrant dans l’incompétence et l’anarchie,le pouvoir d’Alger est sommé par les américains et les français de choisir entre une collaboration qui relève de la grande trahison ou son éjection du KOURSI qu’il a usurpé depuis 1962 . N’ayant aucune vision politique ,ni projet mis à part leur maintien au pouvoir,les « décideurs » algériens ont fait leur choix . Non seulement ,ils autorisent les troupes françaises et américaines à s’installer à nos frontiéres sud,nos « décideurs »,mettent à la disposition des néoenvahisseurs nos troupes armées !

 

En effet,pour que les américains et les français viennent contrôler et mettre leurs mains sur l’uranium nigérien et sur le Pétrole et gaz algériens,les TABDJNANHOUMS au pouvoir en Algérie sont contraints à participer militairement à l’occupation de leur propre pays en mettant l’armée algérienne à la disposition de ceux qui veulent spolier nos richesses  et celles de nos voisins .

 

Souffrant d’une grave crise financière et économique,les occidentaux anticipent en s’emparant des sites riches en énergies se trouvant dans des pays dont les régimes n’ont aucune légitimité politique . La tactique est simple,il suffit de menacer les dictateurs au pouvoir d’éjection en les laissant croire qu’on risque de les remplacer par d’autres dictateurs .

 

Sans légitimité,les dictateurs cèdent en adoptant le comportement d’Omar Bango qui échangea avec la France,dans les années 70-80 les richesses du Gabon contre le soutien des troupes françaises à la dictature qu’il imposa à son peuple .

 

La situation dans laquelle notre pays se retrouve aujourd’hui,n’est pas due au hasard . Dés la fin des années 50,les stratèges français ayant compris que l’indépendance de l’Algérie est devenue inévitable,se sont lancés grâce à leurs relais médiatiques dans une grande médiatisation du clan algérien le plus médiocre . C’est ainsi,que le clan Oujda en la personne de Benbella fut imposé médiatiquement aux algériens comme un cadeau empoisonné . Les services égyptiens,ont facilité le projet de leurs collègues français en accueillant de faux leaders algériens au Caire . En effet,malgré leurs différends apparents au sujet de la question algérienne,les français et les égyptiens furent d’accord sur le nécessité d’un régime médiocre en Algérie post coloniale . Pays pauvre et peuplé,l’Egypte en « frère » intéressé ,ne cachait pas ses tendances d’hégémonie idéologique et économique par rapport à la jeune république algérienne . De l’autre côté de la méditerranée,l’ex puissance coloniale,juge que vu nos capacités humaines et énergétiques ,une Algérie saine et démocratique,dirigée par une véritable élite,risque de devenir une menace pour l’héxagone .

 

De ces faits,l’Algérie est mise dès 1962, avec la complicité des services français et égyptiens sur la voie de l’échec . Contre toute logique,des hommes politiques intègres et de valeur,sont marginalisés . Farhat Abbas,Youcef Benkhadda,Boudiaf,Ait Ahmed… sont poussés à l’exil ou à la résidence surveillée . A défaut d’une équipe A au pouvoir,la voie est ainsi ouverte à l’équipe E  pour mener notre pays vers l’échec  .

 

En 50 ans,l’équipe E (E,comme échec),mena le pays vers l’objectif voulu par nos « frères »égyptiens et par l’ex puissance coloniale . C’est ainsi,qu’au pays de Messali El Hadj,Abane Ramdane,Farhat Abbas et Benbadis,la dépolitisation est telle qu’il n’existe  aujourd’hui aucune vie politique en Algérie . Au pays aux grandes capacités énergétiques et humaines,il n’existe ni trottoirs ni routes . Au pays de Rachid Makhloufi,Zineddine Zidane et Rabah Madjer,il n’existe ni stades ni terrains de foot,dignes de ce nom . Au pays de Saint Augustin , l’Emir Abdelkader,Malek Bennabi et Mohamed Arkoun,l’analphabétisme bats tous les records . Au pays de Massinissa , de Takfarinas et de tous nos ancêtres qui ont combattu les romains et les autres envahisseurs pour préserver l’Algérie et nous laisser le plus grand territoire d’Afrique,le régime qui nous a privé de plus de 2500 ans d’histoire algérienne,veut nous priver maintenant d’une partie du territoire national !

 

Dans tous les pays ,dés que l’équipe de foot par exemple est qualifiée à la phase finale de coupe du monde,le pays est représenté par son équipe A . L’Algérie,est dirigée depuis 50 ans par son équipe E !

Les Benbella,Boumédiéne,Bouteflika…sont choisis pour leur médiocrité . Tout est fait pour que le « E« ,symbolise bien l’Echec .

 

Des voix s’élèvent ici et là, invitant les algériens à rompre avec l’ancienne puissance coloniale . Ayant subi les méfaits de 132 ans de colonialisme et 50 ans de médiocrité voulue,les algériens sont conscients de leurs atouts . La solution consiste à débarrasser le pays des vestiges de l’occupation . Une fois un régime démocratique établi dans notre pays,nos capacités humaines et énergétiques nous donnent le droit à des ambitions qui feront de l’Algérie une puissance régionale . La présence sur le sol français d’une forte communauté d’origine algérienne,est un atout qui sera très utile entre les mains de dirigeants algériens  pragmatiques .

 

Pour que tout ceci,soit possible,les opposants de tous les courants politiques sont invités à mettre leurs différends de côté pour ne tenir que le l’intérêt du pays .

Vu la situation et vu les menaces d’occupation étrangère,l’Algérie est sérieusement en danger . A nous d’agir,unissons nous !

 

J’appelle les enfants intègres de ce pays appartenant aux  différentes tendances politiques de l’opposition,de même que les personnalités indépendantes civils et militaires,à une conférence nationale des opposants algériens . Des contacts doivent commencer pour qu’une telle conférence ait lieu avant la fin de l’année 2012 . Le but est la mise en place d’une instance nationale de l’opposition et l’élaboration d’une feuille de route dans le seul but est de provoquer un changement radical et pacifique du régime politique en Algérie .

 

Le rapprochement entre différentes tendances politiques de l’opposition que certains jugent comme un projet utopiste,reste possible . Contrairement aux pays occidentaux où la vie politique tourne autour de deux grandes tendances que sont la droite et la gauche,chez nous et dans tous les pays à très grande majorité musulmane,la vie politique sera animée par deux grands courants que sont les démocrates- modernistes et les islamistes .  Chacune des deux tendance,est composée de centristes et de courants extrêmes  . L’avenir de l’opposition algérienne,dépendra des capacités de rapprochement des centristes islamistes et des centristes démocrates-modernistes . Une fois ce rapprochement fait,l’opposition dotée d’une instance nationale,s’ouvrira aux autres tendances à condition qu’ils s’engagent à respecter la charte et la feuille de route de l’instance . L’action engagée par la suite sur le terrain,provoquera l’adhésion du peuple et même  celle de tous les cadres sincères ayant servi ce régime et qui ont fini par comprendre la nécessité de s’en débarrasser .

 

Une fois,le régime actuel,mort et enterré,une phase de transition est nécessaire en attendant des élections propres et démocratiques . Les centristes des deux bords,auront un rôle décisif à jouer en continuant à travailler ensemble .

 

Les résultats des élections organisées en Tunisie et en Egypte aprés les révolutions,prouvent que les vides politique et culturel crées par les régimes dictatoriaux sont à l’origines de malaises qui insitent à opter pour les extrèmes en cas de votes . Le fort sentiment religieux qui caractérise nos sociétés conservatrices,fait que l’on a voté en Egypte par exemple,pour le parti salafiste alors qu’il venait juste d’être crée et qu’il n’a même pas fait campagne dans certaines régions du pays .

 

Ces données,incitent les centristes algériens des deux bords,à un véritable rapprochement qui sera utile pour déclencher une dynamique dans le but de renverser le régime actuel . Ce rapprochement servira par la suite, pour créer un contre pouvoir face à une éventuelle arrivée au pouvoir d’un courant des extrêmes .


Nombre de lectures: 437 Views
Embed This