DzActiviste.info Publié le mar 2 Avr 2013

Le bureau du Parlement entrave la mise en place de commissions d’enquête sur la corruption

Partager

apn5_621939013Le bureau de l’assemblée national populaire a consenti des efforts pour développer des commissions d’enquête parlementaires sur les questions sensibles telles que celles liées à la corruption et la fraude des résultats des élections.

constatant que cet organisme qui a couté au trésor publics des fonds considérables, n’a pas été à la hauteur de mission qui lui a été confiée. Tandis que le parlement s’est seulement contenté de mettre en avant la fameuse expression: « atteinte à l’intérêt général « , et ce, pour annuler les demandes qui lui sont destinées. Le chef du groupe parlementaire de l’alliance verte, Naamane Laawar, a rapporté que dès l’installation du parlement, une initiative visant à renouveler la commission d’enquête sur les résultats des élections législatives, a été lancé. Celle qui a été critiquée par tous les partis, mis à pat le FLN et le RND, ajoutant qu’après la correspondance officielle et les protestations, ce qui a obligé le Bureau du Conseil de fournir une réponse écrite comme suit: «atteinte à l’intérêt public. » Le groupe de l’alliance verte, a également initié de créer une commission d’enquête concernant le contenu du rapport de la Cour des comptes, qui a révélé des dizaines de postes budgétaires vacants au niveau de certains ministères, sans y organiser de concours, ainsi qu’ autre affaire impliquant l’ancien ministre de la Solidarité Djamel Ould Abbas, liée à l’acquisition des bus au profit des établissements scolaires isolés, tandis que le ministère a mandaté une association estudiantine d’acquérir les bus et de les distribuer, c’est à partir de cela que des questions se posent sur la relation qui lie cette association avec le ministère. Quant au membre dirigeant du parti des travailleurs, Djoudi Djelloul, a souligné qu’il faut activer la fonction de contrôle du Parlement, expliquant que son groupe a soulevé une série de questions orales au Bureau du Conseil, qui consiste le Mali, les protestations du Sud, sans qu’elles soient programmées. De son coté le vice-président de la chambre basse du parlement pour le FLN, a nié, en disant, depuis le début de ce mandat, le bureau du Conseil, n’a reçu aucune initiative réelle rejetée, à l’exception de celle liée aux résultats des élections législatives.

Latifa Belhadj / version française: Taibouche Idir
echoroukonline.com 02/04/2013


Nombre de lectures: 738 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>