DzActiviste.info Publié le mer 4 Juin 2014

Le duel Rebrab-Haddad rappelle le devoir d’allégeance du monde des affaires

Partager

Abed Charef, Maghreb Emergent, 3 juin 2014

10363943_667322439984392_6681520239927383305_nSlim Othmani a pris de l’avance. Le patron de NCARouiba a pris son autonomie, et pris les risques nécessaires pour échapper au devoir d’allégeance imposé au monde des affaires en Algérie.

Qu’est-ce qu’un puissant homme d’affaires en algérien ? C’est un homme qui s’est enrichi grâce à sa proximité avec le pouvoir et l’administration, grâce à ses entrées et à ses réseaux, et aussi grâce à la couverture dont il a pu bénéficier auprès des « généraux », avec qui il a pu nouer d’étroites relations dans les années difficiles. C’est ainsi que les Algériens perçoivent, à tort ou à raison, les grosses fortunes qui ont timidement émergé dans les années 1980, avant de s’affirmer publiquement dans les années 1990, pour s’imposer comme partenaires incontournables de la vie politique et économique depuis le tournant du siècle.

Cette image, guère séduisante, risque d’être confortée à la faveur de la crise du Forum des Chefs d’Entreprises (FCE), la plus médiatique des organisations patronales. Isaad Rebrab, première fortune du pays, a décidé de quitter l’organisation, dont il était en rupture de ban depuis plusieurs années. Il accuse à demi-mots Ali Haddad, qui apparait désormais comme la seconde fortune du pays, de parasiter ses projets en faisant obstacle auprès des autorités.

Discret, évitant de faire des vagues, adoptant systématiquement une image très lisse, Issaad Rebrab a toujours préféré régler les problèmes à la faveur de conciliabules dans l’arrière-boutique, plutôt que d’aller à l’affrontement. Sa sortie contre Ali Haddad tranche avec son attitude traditionnelle, et révèle une exaspération contre celui qui apparait comme « le nouvel oligarque du système Bouteflika », selon la formule d’un économiste.

Le poids de la commande publique

En effet, Ali Haddad, qui a fait fortune dans les travaux publics, est apparu comme le premier financier, et le principal organisateur de la campagne du président Abdelaziz Bouteflika au sein du patronat. Son attitude a fortement déplu chez des patrons qui ont gardé le silence, de peur des représailles, mais qui se sont arrangés pour faire connaitre leur désaccord.

Mais au-delà du style des deux hommes, ce conflit traduit en fait l’indécision du patronat algérien, qui navigue toujours entre des tendances biens distinctes. L’une, représentée par Ali Haddad, vit essentiellement de sa proximité avec le pouvoir, grâce à la commande publique. Son succès dépend moins de sa performance que de son carnet d’adresses. Plus l’Etat est présent dans l’investissement, plus ces entreprises réussissent à capter l’argent investi pat l’Etat et les collectivités. Ces entreprises poussent l’Etat à maintenir le rythme de ses investissements, même s’ils sont générateurs de gaspillages énormes et d’entorses à la bonne gouvernance.

Issad Rebrab se veut, de son côté, représentant d’un autre courant, celui d’un investisseur passé à la production, ayant atteint une envergure qui lui permet de travailler à l’international, par le biais d’acquisitions en Europe et de nouveaux investissements en Afrique. Certes, M. Rebrab reconnait qu’une entreprise « doit travailler dans le sillon des pouvoirs publics », mais sans que cela ne se transforme en une dépendance totale envers le bon vouloir du prince.

Difficile autonomie

La semaine dernière, Issaad Rebrab affirmait toute la confiance qu’il accordait au nouveau ministre de l’industrie, M. Abdessalam Bouchouareb. Se déclarant porteur de projets d’envergure, M. Rebrab faisait l’éloge du ministre, lui aussi ancien industriel et proche de M. Ahmed Ouyahia, ancien premier ministre directeur de cabinet du Président Bouteflika. C’est dire que le cercle du pouvoir et celui des affaires demeurent très imbriqués.

L’indépendance de la sphère économique envers le pouvoir est-elle possible ? « Non », répond, tranché, un économiste renommé de la place d’Alger. Pour lui, deux obstacles empêchent cette « autonomisation de l’économie ». Il cite « la nature du pouvoir », qui refuse l’émergence de centres de pouvoirs parallèles, quelle que soit leur nature, et la « puissance de frappe économique » du gouvernement, qui pèse 65 milliards de dollars d’exportations d’hydrocarbures. A cela s’ajoutent tous les avantages que peut faciliter la proximité du pouvoir, comme « l’accès au foncier et au crédit ». C’est cette course qui explique d’ailleurs la prolifération des organisations patronales, qui ressemblent plus à des lobbies sectoriels qu’à des associations patronales traditionnelles.

Slim Othmani, l’anti-Haddad

Le FCE n’est pas la plus puissante de ces associations. C’est pourtant la plus médiatique. Grâce d’abord à l’habileté de son président, Redha Hamiani, ancien ministre, héritier d’une fortune bâtie dans le textile, et aussi grâce à des poids lourds et à des personnages prestigieux, comme Issaad Rebrab et Omar Ramdane. Mais le FCE est débordé de tous côtés par des rivaux aux dents longues, et aussi par des chefs d’entreprises qui affirment leur indépendance, en pensant que cela est possible. Slim Othmani, très médiatique patron de NCARouiba, en est le modèle le plus achevé. Peu conformiste, dirigeant un cercle de réflexion sur l’entreprise, il n’hésite pas à afficher une liberté de ton inhabituelle dans le monde des affaires. Ce qui lui donne un poids moral certain, particulièrement depuis qu’il a publiquement claqué la porte du FCE pour refuser le soutien de l’organisation à un quatrième mandat du président Bouteflika.

Mais il reste à vérifier si son poids moral pèsera aussi lourd que le poids financier de Rebrab lorsqu’il faudra revenir à la négociation.


Nombre de lectures: 1177 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>