DzActiviste.info Publié le sam 16 Mar 2013

Le FFS rencontre la société civile à Sidi Belabbes

Partager

Le FFS rencontre la société civile à Sidi Belabbes dans Non classé saddsade dans Non classé

Les députés  FFS  Nassim Sadeg,  Belkacem Benameur, et  Rachid Halet, ont, dans le cadre des rencontres de proximité avec les citoyens, animé une séance débat, avec la société civile à la Coupole de Sidi Belabbes, le vendredi. Le premier secrétaire fédéral, Mr Laghouati, n’a ménagé aucun effort, pour la réussite de la rencontre.  

Après une brève allocution de souhait de bienvenue aux  invités  de la fédération et de Sidi bel abbès, ces derniers tour à tour prenaient la parole pour expliquer les grandes lignes du parti FFS et la stratégie actuelle, que le secrétariat national a décidé de mettre en application sur le terrain. Cette approche consiste à diriger les parlementaires du FFS vers l’ensemble, des régions du pays, afin de contribuer à la sensibilisation des  citoyens et à l’orientation des militants envers la conduite à tenir dans l’organisation permanente qui favorise le rassemblement des algériens, pour contrecarrer à l’ensemble des difficultés que rencontre le pays continuellement agressé.

Les intervenants qui revenaient d’une tournée dans 05 wilayas du sud du pays à savoir Laghouat, Ouargla, Ghardaia, El Oued, M’sila où ils ont écouté les populations de ces régions et en particulier une frange d’entre elle à savoir la jeunesse en difficulté de mal vie et de chômage. Le retour vers l’Ouest se constituait en 03 groupes qui allaient effectuer les missions  similaires vers Chlef, Mascara, Sidi bel abbès et Oran. L’objectif  serait pour ses groupes de rencontrer leur base, de recenser  les préoccupations et d’installer les permanences des parlementaires. De par cette initiative, l’idée générale est que l’ensemble des députés du FFS seront des interlocuteurs, qui recevront les préoccupations à étudier ou à débattre  localement ou en haut lieu.

En évoquant leur passage au niveau des régions du Sud, ils rappelèrent que malgré les difficultés rencontrées par ces populations en chômage, ils ont pu recenser un véritable regain de nationalisme au sein de la jeunesse de ces wilayas. Le député Belkacem Benameur dira «nous avons rencontré des algériens en besoin de travailler pour subvenir à leurs familles, rien d’autre qu’un besoin de les libérer du chômage». Il exprimera son incompréhension pour  l’attitude d’un pays comme l’Algérie qui tout en étant un pays riche, pourvoyeur de fond aux pays occidentaux sous  forme d’aide au FMI, laisse son peuple souffrir dans les difficultés de chômage et le chômage est la première préoccupation d’un pays. Aussi, il rappelait que le 13/03/2012/ à Ouargla un rassemblement de 20.000 jeunes chômeurs, a eu lieur pour revendiquer leur droit au travail.

Le député Rachid Halet dira la nécessité de créer un trait d’union, afin de créer la force qui pacifiquement devra revendiquer ses droits- parce que cette jeunesse en chômage déplore que dans les autres wilayas aucun mouvement de soutien n’a été réalisé, alors que dans toutes les wilayas, le chômage sévit. C’est pourquoi, il est nécessaire d’employer les formules intelligentes et pacifiques qui doivent revendiquer ces questions.

Par la suite la parole fut donnée à plusieurs citoyens, qui évoquèrent des difficultés de mal vie, de cadre de vie, d’environnement, de restauration de 09 châteaux en état de ruine, de tourisme, ses travaux par ordonnances,  de l’intérêt de l’alternance pour certain alors qu’eux ne l’a pratique pas , de la dilapidation , de l’abus d’autorité, du silence des grand dossiers de sonatrach et autre sujets  qui touchent  une ville que l’on désarticule en ses endroits qui « permettent de Changer de l’air », comme dira un professeur d’universitaire présent.

En conclusion le Dr Halet Rachid, parlera de ce grand projet de faire de notre société une société libre et indépendante, capable de défendre ses droits et ses acquis- Le peuple est la majorité, il faut qu’il s’organise- Le Chômage qui veut être réduit comme un simple problème , alors qu’il est le premier problème auquel l’état doit répondre positivement- La nécessité d’un changement, mais un changement équitable et sans brutalité  l’acquérir pacifiquement avec la construction d’une société civile  responsable.

K.Benkhelouf Sidi Belabbes infos


Nombre de lectures: 286 Views
Embed This