DzActiviste.info Publié le jeu 31 Oct 2013

Le football algérien, ôtez-moi de la vue ce cache misère

Partager

 

l'opiumA J- 19 du match retour Algérie Burkina Faso, on commence à percevoir les signes avant coureurs que l’on a déjà connus par le passé et qui avaient avili en temps et heure ce peuple valeureux qu’est le peuple algérien qui a enfanté Ben Boulaid, Amirouche et tant d’autres.

Alors que le pays sombre « rouoiyadane rouoiyadane », dans une dépendance honteuse vis-à-vis de l’étranger, alors que l’on prévoit pour fin 2013 une facture de plus de 60 milliards de dollars d’importation, une honte…

Alors que les experts en prévision parlent d’un équilibre budgétaire pour les années à venir en plaçant le curseur très très haut, à savoir un baril de pétrole à 190 dollars… On peut rêver…

Alors que la corruption est désormais institutionnalisée dans le pays… Khalifa, khellil, bedjaoui peuvent couler des jours heureux, en Grande Bretagne, au Maryland et à Dubai !…

Alors que l’on a assisté depuis une semaine à la 61ème dévaluation de notre cher dinar… En 1975 il fallait 5 dinars pour un dollar alors qu’en 2013 on doit en débourser…81…

Alors que tous ces signes devraient nous inciter à plus de prudence, on assiste  à une fin de règne dont personne ne peut imaginer l’issue.

Un ancien drabki de l’élégant Menai  d’El Oued, est venu occuper le vide sidéral du monde politique algérien. Il se permet de faire et de défaire à sa totale discrétion. On attend toujours l’issue du scandale des fonds du FNDRA où il était impliqué à hauteur de 3200 milliards dilapidés avec son voisin de Biskra, l’ancien ministre de l’agriculture barkat, pour na pas le nommer.

Et voilà que toute cette gabegie va sans doute être oblitérée par un événement apparemment anodin : la qualification de l’Algérie au mondial du Brésil. Le stade bkarni de Blida est fin prêt. Raouraoua se pavane déjà dans tous les médias en assurant une qualification certaine. Mais, on sent déjà que toute cette ferveur va se cristalliser sur le 4ème mandat de notre omnipotent président.

Déjà, un ancien dirigeant du MCA, aujourd’hui exclu du mouvement sportif algérien, pour avoir ordonné à ses joueurs de refuser d’aller chercher leur médaille en tribune ; avait déjà orchestré une comédie de mauvais goût en déployant une géante affiche qui en appelle à un 4ème mandat.

En d’autres contrées, on avait stigmatisé les religions en les comparant à de l’opium, je crains pour ma part que le résultat du match de football du 19 novembre, ne soit le sparadrap inefficace que l’on déposera sur la jambe de bois qu’est devenu notre beau pays.

J‘ai déjà chialé à deux reprises pour l’équipe algérienne, la première fois lors de la finale de la coupe méditerranéenne où notre pays était mené de 1 à 0 à 5 minutes de la fin du match que l’on a fini par remporter aux prolongations et la seconde fois lors du match Algérie-Rfa en 1982 à Gijon.

Que s’est-il passé en 40 ans pour que je me mette à rêver à une élimination de notre équipe le 19 novembre à Blida ???

Que s’est-il passé en 40 ans pour que le supporter inconditionnel de l’équipe nationale que je suis, se mette à rêver à une élimination le 19 novembre à Blida ?

Suis-je un traître à la patrie ? Où suis-je simplement lucide ? Ou bien est-ce simplement de la déformation professionnelle ?

Dr Badreddine BENYOUCEF, Nîmes octobre 2013


Nombre de lectures: 223 Views
Embed This