DzActiviste.info Publié le mar 24 Juin 2014

Le Freinage de l’Epopée Othmane Âriouat

Partager

Makhlouf El Bombardé le Grand Absent Ce Ramadhan au Petit Ecran

Par : Abdelkader Benbrik

ariouetOthmane Ariouat, le comédien le plus apprécié au Maghreb et auprès de la communauté émigrée à l’étranger. Dés qu’il apparait à l’écran, les cœurs de millions de téléspectatrices et de téléspectateurs se mettent à vibrer. Brun, typé, le regard nostalgique et la voix chaude, Othmane Ariouat n’est pas sans rappeler les stars de la comédie arabe. Prince du mélo, il est prompt à modifier certains détails du scénario avant le tournage, afin de le rendre moins sirupeux, donc plus crédible. Il a gagné ses galons de ‘’Monsieur numéro un de la comédie algérienne’’

Othmane Ariouat, c’est une ‘’force tranquille’’. Il ne crie pas de slogans masculines ni ne milite pour l’un ou l’autre des partis politiques algériens. Son seul et unique parti c’est ‘’Diwane Es-Salihine’’. Pourtant, son film Carnaval Fi Dechra, réalisé dans les milieux des années quatre vingt dix, a réussi une étonnante prouesse : dénoncer une situation politico-social dans le pays. A force de le voir jouer depuis plus de quatre décennies, le comédien a bien appris les dessous et les dessus du mélodrame politique et social. Dans ses débuts il a été découvert et encouragé pa le professeur français d’art dramatique Henri Vangret qui était aussi l’élève du grand de la comédie française Gérard Philippe et qui tous deux, étaient formés à Paris par Maurice Chevalier

Othmane Ariouat, né le 24 septembre 1948 il est aussi l’enfant prodige : il a été élève du conservatoire d’Alger de 1969 à 1972 où il décrochera à l’unanimité le 1er prix de dicton en langue française, avant de se verser dans le théâtre où il étudiera l’art dramatique à travers les grands comédiens de cette époque :Taha el Amiri, Allal El Mouhib et Mustapha Kasdarli où il commença une carrière dans le théâtre de la radio chaîne nationale, jusqu’aux années quatre vingt où il devient vedette tout de suite dans le feuilleton ‘’Bouâmama’’, Il était en mesure et capable d’incarner la personnalité de l’Emir Abdelkader, la grande histoire de la résistance populaire de l’Emir Abdelkader. Aucun scénario n’était valide pour le tournage, plutôt aucun concours du ministère de la culture, le projet n’a jamais vu le jour et portant l’histoire écrite existait !

Othmane Ariouat c’est fait adopter le pseudonyme de Makhlouf el Bombardé après avoir réussis à attirer les millions d’auditrices et auditeurs dans un grand feuilleton radiophonique intitulé ‘’Makhlouf El Bombardé’’. Alors que sa participation dans la comédie date de 1963, avec l’œuvre ‘’Le résultat’’ suivi en 1967 par ‘’L’Avare’’ de Molière puis en 1969 par ‘’Par vous et pour vous’’et ‘’le Sorcier’’ en 1971 il joue dans ‘’Archam’’ et en 1972 par deux œuvres de sketch : ‘’El Bagra’’ et ‘’le Mort vivant‘’ En 1973 : Chaâbia’’.et la Négligence’’. En 1976, il joue dans deux œuvres, ‘’les Déracinés’’ et ‘’les fusils de la mère Qarar’’. En 1978 : ‘’Le Chat’’. En 1984, il est sera l’acteur principal du grand feuilleton : ‘’l’Epopée du Chaikh Bouamama’’, suivi en 1988 par ‘’Le Docteur du Village’’. En 1989, il tourne deux films : ‘’Taxi El Makhfi’’ et ‘’ El Ikhtiar’’ (le choix). En 1991 avec ‘’ De Hollywood à Tamanrasset’’. En 1992 avec trois films : ‘’Le Pain’’, ‘’Âilla Ki Nas’’ et ‘’Deux femmes’’.. En 1994 en plein décennie rouge il tourne la fameuse production : Carnaval Fi Dechra’’. En 2002 : El Ârch’’ et en 2003 : ‘’Er-Roubla’’ et en 2004, le Sorcier des années de pub. Depuis notre acteur préféré c’est éclipsé malgré lui, à l’exception de sa présence dans presque tous les commentaires du net que soit au face book ou le You tube, dont des séquences sont utilisées comme réponse aux intervention des politiciens algériens.

Depuis 2004, aucune nouvelle n’est parvenue à la production, en particulier durant le mois du Ramadhan où Othame Âriouat est fortement réclamé selon un Sandage lui ai particulièrement favori à cent pour cent. L’absence de ce grand comédien a été traduite selon les personnes questionnées est relativement dû par sa marginalisation volontaire, alors, pour d’autres par l’absence de scénarios consistants et par une troisième catégorie il s’agit des réalisateurs qui ne lui font plus appel. La réponse de l’intéressé n’a ni infirmée ni confirmer, mais son unique réponse est : « Je suis Algérien, j’habite en Algérie comme tous les Algériens qui aiment leur patrie ». Nous nous pouvons que rendre un vibrant hommage à ce comédien qui a su faire comprendre aux Algériens comment rire d’une situation politique et sociale.

Merci Othmane.


Nombre de lectures: 3442 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>