DzActiviste.info Publié le mar 22 Avr 2014

Le kabyle expliqué à une  jeune franco-algérienne

Partager

 

Youcef L’Asnami

2014-01-photo_de_couverture_878562391Des difficultés d’expliquer la complexité. Un échange mimi entre un Algérien avec sa fille de 12 ans, une franco-algérienne.

 

–    Dis Papa ? je peux te poser une question STP ?

–    Oui, je t’écoute

–    J’ai fait la connaissance d’un bon copain en classe. Il est en 4eme C, dans la même classe que moi. Il s’appelle Mohand. Très sympa. Et c’est le meilleur de la classe en maths

–    C’est très bien. Je préfère que tu fréquentes les bons élèves…  C’est plus motivant pour toi

–    Mais, il y a une chose que je n’ai pas comprise STP, si tu peux m’aider..

–    ……………………………….

–    Oui ! il se dit « kabyle ». Alors que pour moi c’est un arabe. Quelle est la différence entre kabyle et arabe ?

–    Ben… je sais pas comment t’expliquer ça .. mais je vais essayer de faire simple.

–    C’est si compliqué que cela ?

–    Oui et Non ! mais…. Il est de quel pays Mohand ?

–    C’est un algérien je crois. En tout cas il ressemble beaucoup à Samy, notre voisin algérien. C’est pour ça que je n’ai pas compris

–    Si c’est un algérien et qu’il se dit « kabyle » c’est parce qu’il parle une langue qui s’appelle le berbère-kabyle. En Algérie, il existe plusieurs langues et dialectes.

–    Ah ! Tu peux me donner des exemples STP ?

–    Oui bien sûr. Il y’a par exemple l’arabe algérien qu’on appelle « dardja » utilisée par la majorité des algériens. A coté de cette langue, on trouve le « berbère » composé lui-même de plusieurs langues et dialectes.

–    Par exemple ?

–    Ben dans le « berbère », on trouve justement le Kabyle, le Chaoui, le Mozabite, le Chelha, qui sont parlés dans différentes régions du pays, mais aussi au Maroc…

–    Oh ! lala ! ça a l’air compliqué, mais quelle est la différence entre langue et dialecte ?

–    Aie !!! C’est encore un peu compliqué. Normalement il ne devrait pas y avoir de distinction entre les deux. Mais, parfois pour des raisons politiques ou historiques, on fait la distinction entre une langue et un dialecte. Pour valoriser une langue, ou au contraire diminuer son importance. Par exemple, certains considérent que toute langue non écrite est un dialecte. Ce qui me paraît discutable évidemment.

–    Et donc Mohand se dit kabyle uniquement parce qu’il parle le kabyle ?

–    Oui. C’est un algérien qui parle kabyle. A mon avis, il devrait dire je suis « berbérophone » et non kabyle. Ceci dit, les kabyles ne se distinguent pas que par la langue qu’ils parlent. Ils ont aussi une culture, des traditions….   Mais ils ne sont pas les seuls. D’autres régions arabophones du pays ont aussi une richesse

–    Mais alors pourquoi la distinction ne se fait qu’entre « kabyles » et « arabes » ? Je n’ai pas souvenance, quand tu m’as emmenée en Algérie, de voir un Chaoui ou un mozabite se distinguer par cette particularité

–    Bonne remarque ! Ben parce que les kabyles ont été parmi les premiers à revendiquer leur identité propre dans une Algérie multiple, notamment en défendant leur langue. Ils sont descendus plusieurs fois dans la rue pour réclamer la reconnaissance de leur langue mais aussi de leur identité. Et souvent, la police intervient pour réprimer ces manifestations. Mais là aussi, les choses évoluent. Le pouvoir lache du lest par petits bouts. Le combat pour une cause juste finit toujours par triompher.

–    Comment ça ? Cela veut dire que leur langue n’est pas reconnue ? Par qui elle doit être reconnue ?

–    Ben par l’Etat algérien pardi. Il le fait parfois, mais en étant très prudent. Je pense qu’il a peur que cette revendication de la langue n’évolue en autre chose plus grave : la division du pays et l’autonomie, voire l’indépendance de la Kabylie. D’ailleurs il y a quelques kabyles qui se sont aventurés sur ce terrain, mais ils sont minoritaires et la majorité des kabyles sont contre ces « indépendantistes ». Il ne faut pas oublier qu’en France, il y a aussi d‘autres langues dites régionales comme le basque, le corse, le breton, le catalan et l’occitan qui sont d’ailleurs enseignées.

–    Et le kabyle est enseigné ?

–    Pas beaucoup non !  On bricole un peu mais sans plus…Mais il y a pas mal d’algériens qui travaillent dans l’ombre à la promotion du berbère. En dehors de toute polémique

–    Exemple ?

–    Khadidja Saâd par exemple a sorti récemment  un dictionnaire chaoui-arabe « Amawal » qui contient pas moins de six milles mots et qu’elle présente comme le fruit de dix années de travail et de recherche. Mais il y en a plein d’autres. Je pense que ce type de production contribue modestement mais sûrement au développement du berbère.

–    Et toi, t’es quoi ? Arabe ou Kabyle ?

–    Ben je viens de t’expliquer qu’il faut éviter d’utiliser ces deux expressions et qu’il vaut mieux parler d’arabophone ou berbérophone. Moi je suis d’abord Algérien ensuite arabophone puisque je n’ai jamais eu l’occasion d’apprendre le kabyle, pour les raisons que je viens de citer.

–    Je résume Papa car c’est quand même compliqué. Tu es Algérien arabophone, mais pas un arabe ? Et moi alors je suis quoi ?

Toi ? Une bourourou !!!

 


Nombre de lectures: 154 Views
Embed This
DzActiviste.info Publié le mar 22 Avr 2014

Le kabyle expliqué à une  jeune franco-algérienne

Partager

 

Youcef L’Asnami

2014-01-photo_de_couverture_878562391Des difficultés d’expliquer la complexité. Un échange mimi entre un Algérien avec sa fille de 12 ans, une franco-algérienne.

 

–    Dis Papa ? je peux te poser une question STP ?

–    Oui, je t’écoute

–    J’ai fait la connaissance d’un bon copain en classe. Il est en 4eme C, dans la même classe que moi. Il s’appelle Mohand. Très sympa. Et c’est le meilleur de la classe en maths

–    C’est très bien. Je préfère que tu fréquentes les bons élèves…  C’est plus motivant pour toi

–    Mais, il y a une chose que je n’ai pas comprise STP, si tu peux m’aider..

–    ……………………………….

–    Oui ! il se dit « kabyle ». Alors que pour moi c’est un arabe. Quelle est la différence entre kabyle et arabe ?

–    Ben… je sais pas comment t’expliquer ça .. mais je vais essayer de faire simple.

–    C’est si compliqué que cela ?

–    Oui et Non ! mais…. Il est de quel pays Mohand ?

–    C’est un algérien je crois. En tout cas il ressemble beaucoup à Samy, notre voisin algérien. C’est pour ça que je n’ai pas compris

–    Si c’est un algérien et qu’il se dit « kabyle » c’est parce qu’il parle une langue qui s’appelle le berbère-kabyle. En Algérie, il existe plusieurs langues et dialectes.

–    Ah ! Tu peux me donner des exemples STP ?

–    Oui bien sûr. Il y’a par exemple l’arabe algérien qu’on appelle « dardja » utilisée par la majorité des algériens. A coté de cette langue, on trouve le « berbère » composé lui-même de plusieurs langues et dialectes.

–    Par exemple ?

–    Ben dans le « berbère », on trouve justement le Kabyle, le Chaoui, le Mozabite, le Chelha, qui sont parlés dans différentes régions du pays, mais aussi au Maroc…

–    Oh ! lala ! ça a l’air compliqué, mais quelle est la différence entre langue et dialecte ?

–    Aie !!! C’est encore un peu compliqué. Normalement il ne devrait pas y avoir de distinction entre les deux. Mais, parfois pour des raisons politiques ou historiques, on fait la distinction entre une langue et un dialecte. Pour valoriser une langue, ou au contraire diminuer son importance. Par exemple, certains considérent que toute langue non écrite est un dialecte. Ce qui me paraît discutable évidemment.

–    Et donc Mohand se dit kabyle uniquement parce qu’il parle le kabyle ?

–    Oui. C’est un algérien qui parle kabyle. A mon avis, il devrait dire je suis « berbérophone » et non kabyle. Ceci dit, les kabyles ne se distinguent pas que par la langue qu’ils parlent. Ils ont aussi une culture, des traditions….   Mais ils ne sont pas les seuls. D’autres régions arabophones du pays ont aussi une richesse

–    Mais alors pourquoi la distinction ne se fait qu’entre « kabyles » et « arabes » ? Je n’ai pas souvenance, quand tu m’as emmenée en Algérie, de voir un Chaoui ou un mozabite se distinguer par cette particularité

–    Bonne remarque ! Ben parce que les kabyles ont été parmi les premiers à revendiquer leur identité propre dans une Algérie multiple, notamment en défendant leur langue. Ils sont descendus plusieurs fois dans la rue pour réclamer la reconnaissance de leur langue mais aussi de leur identité. Et souvent, la police intervient pour réprimer ces manifestations. Mais là aussi, les choses évoluent. Le pouvoir lache du lest par petits bouts. Le combat pour une cause juste finit toujours par triompher.

–    Comment ça ? Cela veut dire que leur langue n’est pas reconnue ? Par qui elle doit être reconnue ?

–    Ben par l’Etat algérien pardi. Il le fait parfois, mais en étant très prudent. Je pense qu’il a peur que cette revendication de la langue n’évolue en autre chose plus grave : la division du pays et l’autonomie, voire l’indépendance de la Kabylie. D’ailleurs il y a quelques kabyles qui se sont aventurés sur ce terrain, mais ils sont minoritaires et la majorité des kabyles sont contre ces « indépendantistes ». Il ne faut pas oublier qu’en France, il y a aussi d‘autres langues dites régionales comme le basque, le corse, le breton, le catalan et l’occitan qui sont d’ailleurs enseignées.

–    Et le kabyle est enseigné ?

–    Pas beaucoup non !  On bricole un peu mais sans plus…Mais il y a pas mal d’algériens qui travaillent dans l’ombre à la promotion du berbère. En dehors de toute polémique

–    Exemple ?

–    Khadidja Saâd par exemple a sorti récemment  un dictionnaire chaoui-arabe « Amawal » qui contient pas moins de six milles mots et qu’elle présente comme le fruit de dix années de travail et de recherche. Mais il y en a plein d’autres. Je pense que ce type de production contribue modestement mais sûrement au développement du berbère.

–    Et toi, t’es quoi ? Arabe ou Kabyle ?

–    Ben je viens de t’expliquer qu’il faut éviter d’utiliser ces deux expressions et qu’il vaut mieux parler d’arabophone ou berbérophone. Moi je suis d’abord Algérien ensuite arabophone puisque je n’ai jamais eu l’occasion d’apprendre le kabyle, pour les raisons que je viens de citer.

–    Je résume Papa car c’est quand même compliqué. Tu es Algérien arabophone, mais pas un arabe ? Et moi alors je suis quoi ?

Toi ? Une bourourou !!!

 


Nombre de lectures: 154 Views
Embed This