DzActiviste.info Publié le mer 30 Oct 2013

Le Monde Musulman Disparaitra un jour ..

Partager

By Kamel Daoud in Le Quotidien d’Oran
Huit heures et demie. Le vendeur de légumes hésite à prendre le billet de 1000 DA qu’on lui tend. C’est son premier client. Il tend le bras puis se souvient de quelque chose puis ouvre un tiroir et en sort une petite feuille pliée et froissée : la prière propice, l’invocation que doit lire tout commerçant au début de sa journée. Le jeune homme la lit à voix rapide et basse puis sourit : il est en mode « on » désormais. Et c’est partout pareil : ce texte anonyme, les Manchourates comme l’appellent les islamistes, petits dépliants miniatures de prières qui pénètrent le monde, remontent comme des files de fourmis et entrent dans la tête, les oreilles, par le nez puis ressortent par les yeux et courent trouer toute la texture du réel. On trouve aujourd’hui ce texte partout : taxie, étalé en autocollant, arrière-plan de PC, murs des administrations, des salles d’attentes, prières avec les détestables voix des enfants récitateurs et pleurnichards, sonneries coraniques gémissantes. Le texte vient de ce mélange entre rime coranique, traditions, obscurités de la langue arabe et paroles attribuées à Ali, Mohammed, Omar, Cheikh Google ou le Savant anonyme dans le vaste corpus des on-dit religieux et des hadiths apocryphes et complètement faux. Un mélange qui a fabriqué un texte de reliques qui fige à la fois l’écriture et donne corps à la peur et aux tics. Les amulettes et le mot exact, mais avec l’alphabet en guise d’ingrédients. Et cela exprime tout le désastre de l’esprit des « Arabes » et des Algériens : cette religion des reliques qui teint le monde et jette son ombre sur les échanges, les paroles et les contacts de la chair et du regard. Transforme la vie en expiations.

Tous piégés par la peur et la soumission entre l’évocation et l’invocation.

Et ce texte se répand, monte en colonnes vers le corps et le décor, mange le monde et transforme l’être en zombie, en mort-vivant et donne ce teint gris au visage et cette courbure du dos et de l’œil vers le rite. Un lent épanchement qui ternit la lumière et soumet l’intelligence à la peur et la panique. On le voit partout, grouillant avec ses syllabes incurvées et muettes qui pénètrent dans les âmes, cette torsion du langage vers l’objet animique. L’Algérien aujourd’hui semble plus expier que vivre, tombé dans la culpabilité plus que les anciens royaumes malades du Moyen Âge de l’Occident, malade de ses doutes et à reculons face à l’obligation d’assumer et de vivre.

Et ce texte monte encore plus, va profond, noircit les murs et les têtes, fait pousser la barbe dans le sens du sauvage, raccourcit la robe de l’homme et allonge celle de la femme, impose des graffitis en guise de grandes idées et pousse l’homme à tuer au nom du devoir de délivrer autrui. Cela touche les livres, les ramène aux âges anciens, les transforme en vieux cadavres et les éteint, un à un. L’univers est désormais binaire : Hallal/Haram. C’est le décompte du siècle : entre le zéro terne et le Un impérieux, dérivé pauvre du monothéisme.

Et cela attriste le cœur de voir les siens, ceux de son peuple sombrer dans telles misères de l’esprit, réduits à des ombres et des rites. On ne peut pas faire des nations avec de tels cadavres. Juste des inquisiteurs et encore plus de pauvreté. Juste des morts et un pays que l’on ne peut pas vivre. Le monde musulman sombre de plus en plus, à vue d’œil. Il disparaitra. Rongé par les mites, au cœur du tronc et de l’arbre de ses généalogies. Il ne le sait pas encore. Et répond par la colère et le sang quand on le lui rappelle avec douceur et compassion. 


Nombre de lectures: 330 Views
Embed This