DzActiviste.info Publié le lun 7 Avr 2014

Le misérable « Paris » de Amara Benyounès ! (partie 1)

Partager

hier a Paris nous étions une vingtaine de citoyens Algériens a manifester devant l’hôtel le Méridien (porte Maillot) car on nous a refusé l’entrée au meeting de Amara Benyounes et Ammar Ghoul, alors qu’on voulais juste exprimer notre opinion pacifiquement et dans le respect de l’opinion de ceux qui, sur place, soutiennent Bouteflika. Le prétexte du refus est que nous ne disposions pas du "badge spécial" et que nos noms ne figuraient pas sur la "liste des invités" ! Étrange meeting de compagne ou les invités sont triées a la volet… nous avons donc voulu en savoir plus sur qui étaient ces mystérieux "invités".
Les premiers, très visibles, étaient des "mangeurs a tous les rattelliers" bien connue par les Algériens de France ; les familles des agents et fonctionnaires de l’ambassade et consulats d’Algérie en France. dépêchés par grand renfort de Bus venu de Lille, Amiens, Compiègne et toutes les consulats qui se trouvent a 200 ou 300 km de Paris.
Les seconds étaient quelques déçu de la France, issues des banlieues de Paris ; chômeurs, familles pauvres ou femmes seules vivants des minima sociaux (RMI, RSA, aide de l’État, allocations chômage…etc). Deux d’entre-elles me confient ; de toute façon ici (en France) c’est la crise et on a rien, au moins en Algérie il y’a le pétrole et avec Bouteflika il promet un logement gratuit et une aide de 1 milliards a tous les enfants d’émigrés qui veulent "rentrer vivre en Algérie" ! (Wawww c le nouvel eldorado !!!)
Et en troisième catégorie, j’avais remarqué alors la présence de 2 a 3 bus venus de loin et rempli de personnes âgées "Hommes vivants en  célibataires". En France, on les appelle les retraitées des "Foyers SONACOTRA"; ce sont d’anciens ouvriers Algériens (1er génération d’ émigrés des années 50, 60 et 70) ayant travaillés toute leur vie dans les usines Françaises, mais une fois arrivée a la retraite, ils se retrouvent avec une maigre retraite de 400 a 600€, insuffisante pour se loger décemment dans des appartements respectueux. Obligé de finir leur jours dans des chambres en "foyers de jeunes travailleurs" ou ils l’avait déjà commencé 20 ou 30 ans auparavant ! Au final, il auraient passé toute leur vie dans une petite piole de 9m2… Et le pouvoir Algérien qui se devait, a la base, défendre leur causes auprès de son homologue français, ne le fait pas ! mais pire encore, il exploite leur misère sociale et affective en leur offrant 50€ et un billet d’avion a moitié prix, si ils viennent "remplir la salle" au meeting pro-Bouteflika.
Ainsi, je suis revenu avec une rage au fond au ventre, de voir "Amara Benyounes", ancien "pseudo-démocrate" convertie en "serviteur du régime", mais qui en plus de "tourner sa veste", exploite a fond la misère de pauvres Algériens exclus de tout, en France et en Algérie, au nom de "sa carrière personnelle"…
Quel minable personnage… !

 

@kam, Paris le 6 avril 2014.

(suite : voir partie 2, témoignage vidéo ; http://kamkamel.wordpress.com/2014/04/09/le-paris-miserable-de-amara-benyounes-partie-2-en-video )


Nombre de lectures: 251 Views
Embed This