DzActiviste.info Publié le mar 7 Mai 2013

Le pouvoir algérien s’acharne contre la minorité mozabite – BASTA … HALTE… STOP … بركات

Partager

Dr. Kameleddine FEKHAR
Ghardaia le 06 Mai 2013

Journaliste indépendant et Militant pour la démocratie
Activiste pour la défense des droits humains
213778782322 & 213560221110+
kameleddine.fekhar@yahoo.fr

BASTA … HALT… STOP … بركات

Le pouvoir algérien s’acharne contre la minorité mozabite

Ce Lundi 6 mai 2013, la population mozabite de la ville de, « Malika » ont vécu une deuxième nuit consécutive d’horreurs, leurs maisons ont été attaquées pendant plusieurs heures par des bandes d’arabophone chaambi des quartiers voisins.

Dans la matinée de ce même jour, les commerçants mozabite de diverses villes de Ghardaïa, sont surpris en approchant de leurs boutiques que certains magasins ont étés exposés au cours de la nuit au pillage au saccage et à l’incendie criminel alors que les assaillants sont dans l’impunité totale en vue et sue des autorités sécuritaires ce qui força les commerçants à fermer leurs magasins et à se rassembler en sit-in devant le siège de la wilaya de Ghardaïa pour exiger les autorités administratifs et sécuritaires à accomplir leurs tâche qui est la sécurité des citoyens et de leurs biens .

Pour information, ce n’est pas la première fois que la minorité mozabite et ses biens soit exposées à de pareils dépassements avec la complicité flagrante de autorités sécuritaires administratives et même judiciaires avec les agresseurs.

Depuis l’indépendance les biens immobiliers de la minorité mozabite sont exposées à la spoliation systématique par différentes manières, que ce soit par le pouvoir directement sous diverses prétextes ou par le silence et le non application de la loi lorsque des particuliers Arabes s’accaparent de leurs propriété, en plus et d’une façon périodique les habitants de différentes villes mozabite sont victimes d’attaques racistes qui engendrent des morts et des blessés avec des actes de vandalisme ,de pillage de leurs biens, avec le silence complice des autorités sécuritaires , administratives et même judiciaires

– Est –ce que c’est de sa faute de naître sans le choisir mozabite, différent culturellement et religieusement du reste des Algériens, et qui a vécu pendant des siècles en paix dans la terre de ses ancêtres?

– Pourquoi toutes ces complicités ? Pourquoi toutes ces différentes stratégies ? pourquoi cette politique de carotte et du bâton ? pourquoi ce black-out sur les spécificités culturelles et religieuses des mozabites, qui durent depuis l’indépendance jusqu’à nos jours, afin d’éradiquer toute forme de spécificités mozabite, connue pour son pacifisme et tolérance?

– Pourquoi tout ce blocus médiatique pour imposer la loi du silence « L’omerta » sur les souffrances et l’oppression que subit la minorité mozabite et la considérer comme sujet tabou par les personnalités nationales, journalistes, politiques et les défenseurs des droits de l’homme ?

– Comment et pourquoi la spécificité mozabite est devenue une menace pour la structure de l’Etat?

– Où réside exactement le danger dans les spécificités de la minorité mozabite célèbre par son pacifisme, tolérance et de son amour pour le travail

Enfin, si  » les mozabites » représente aux yeux du pouvoir Algérien, une menace pour l’entité de l’Etat algérien, ce qui l’oblige à leur faire subir toutes ces pratiques odieuses et stratégie machiavéliques , depuis l’indépendance à nos jours, avec la complicité et le silence de tout le monde… Pourquoi, alors le pouvoir ne retire-t-il pas simplement la nationalité algérienne des mozabites et les jettent hors des frontières, et enfin se débarrasser définitivement de cette minorité agaçante?? Comme le cas de la minorité «Rohingyas » en » Myanmar » ex « Birmanie » !.


Nombre de lectures: 1066 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>