DzActiviste.info Publié le mer 4 Juin 2014

Le temps des pouvoirs et le pouvoir du temps par Louhibi Mohamed Bachir

Partager

Les dirigeants éclairés gèrent au présent et pour le futur. Les Norvégiens ont créé des fonds pour les générations futures. Un exemple pour les dirigeants arabes, autistes, dictatoriaux et affublés de tous les défauts, dont une grave corruption telle celle de Moubarak équivalente à la dette extérieure de l'Egypte au détriment de ses 85 millions d'habitants. Tous les systèmes politiques arabes, de l'Atlantique au Golfe sont dictatoriaux et leurs dirigeants animés de la volonté de gouverner indéfiniment. Les deux principes fondamentaux qui ont toujours animé toute société humaine sont relatifs aux contenus et à l'application stricte de la légitimité, de la souveraineté. Droit Constitutionnel et Sciences Politiques ont toujours œuvré pour un pouvoir répondant à ces deux exigences dans toute société ou pensée humaine et concertations sont privilégiées.

 Elles génèrent le passage d'un état de nature (anarchique où chacun fait ce que bon lui semble) à un état de société organisée (voir les œuvres de Hobbes –Rousseau et autres)

Le Marxisme a voulu sortir de ce schéma en appliquant le matérialisme historique.

En résumé : Pouvoir Politique =domination économique d'une classe.

Les premiers pouvoirs furent unitaires, monarchiques mais, à l'échelle de l'histoire humaine, rapidement remis en cause par les luttes incessantes contre l'absolutisme royal pour distinguer les diverses fonctions d'un pouvoir légitime.

S'inspirant d'auteurs anciens tels Aristote, Montesquieu a dit : « Pour qu'on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir » de l'esprit des lois 1748-.

Tous les pays disons arabophones pour faire justice à leurs minorités religieuses et ethniques dont l'Algérie au premier rang, ont vainement tenté par la voix de leurs élites de promouvoir des politiques progressistes répondant aux revendications légitimes de leurs peuples. Malgré une résistance acharnée depuis 1830 et ses épisodes sanglants dont la criminelle répression du 8 mai 1945 ordonnée par De Gaulle Chef du gouvernement provisoire suivie de 45000 morts innocents,sommation sanglante et tragédie qu'il occulte dans ses mémoires. Impérialismes français et anglais sont restés plus que jamais sourds, même après les deux guerres mondiales et ont cru pouvoir bloquer l'horloge de l'histoire et du temps.

Si l'Algérie fut conquise une période, elle ne fut jamais absolument soumise.

De la conquête à l'indépendance, le pouvoir du temps fit son œuvre. Malheureusement les divergences du Congrès de Tripoli au printemps 1962 furent suivies hélas de la naissance du système algérien actuel, né avec des malformations congénitales graves dont nous payons le prix très fort jusqu'à ce jour.

Nous fumes enfermés dans le carcan dictatorial du système lequel, comme un cancer continue à diffuser ses métastases depuis plus de 50 ans.

La première Constitution dictatoriale est née hélas dans un cinéma à Alger, dans la précipitation, objet de plusieurs modifications dont celle positive limitant le mandat présidentiel à 2 fois 5 ans.

Une Constitution digne de ce nom définit les fonctions des trois pouvoirs essentiels- Législatif- Exécutif- Judiciaire, système idéal pour lequel tant d'algériens se sont sacrifiés pour son application dès l'indépendance –Voire les proclamations du 1er novembre 1954 et celle du Congrès de la Soummam

Tout système démocratique obéit à une Constitution claire et résultant d'un vote sans fraude.

Il ne s'agit nullement de faire le procès de tel ou tel homme quoique l'empreinte démagogique, populiste a été très forte pour précipiter l'Algérie dans une très mauvaise direction alors qu'elle méritait mieux , si le débat avait eu lieu prévalant sur un pouvoir monolithique et fermé .

Le glorieux FLN qui précipita la chute de la IVème République, malade de ses contradictions franco françaises dont des hommes de gauche plus réactionnaires que les ultra de l'extrême droite et fit vaciller la Vème République, est devenu un fonds de commerce pour nombre de « militants ».Les authentiques parmi ceux-ci fuirent ses rangs et le vide fut vite comblé par l'opportunisme et l'intégrisme pour aboutir au terrorisme et ses 200.000 morts hélas !

Le système durant des décennies s'est prévalu de la légitimité révolutionnaire et n'a pratiquement tiré aucune leçon ni d'octobre 1988 ni de l'évolution interne –jeunesse- démographie- aspirations diverses -ni de celle d'un monde en constante évolution.

Dès sa naissance, il a fait cohabiter des militants respectables de l'extrême gauche avec ceux de la tendance islamiste- mélange détonnant par excellence ajouté à des causes multiples dont les déstructurations de l'agriculture, de l'enseignement à tous les niveaux par une arabisation à marche forcée sans considérer les réalités socio culturelles et opter pour une démarche prudente concertée, adaptée à notre pays.

L'arabisation n'est pas une question de fond mais de forme et de temps. Posséder d'autres langues c'est détenir des moyens de développement et pourquoi pas ?

Remplacer les anciens normaliens de Bouzaréah et Medersiens par certains cordonniers égyptiens devenus enseignants en Algérie,laisser les diplômés après le triple effort des familles ,des intéressés et de l'Etat,servir à l'étranger et faire appel aux cadres médiocres des pays de l'Est fut le comble d'où les niveaux médiocres de l'enseignement,de la santé et autres.

Pourquoi tout ce gâchis ? , comprenne qui pourra. ?

J'invoque Dieu et lui demande qu'avons-nous fait pour mériter tout cela ?

Des millions d'algériens subissent un sort immérité alors que nous avons un pays magnifique, un peuple courageux, généreux, une jeunesse dynamique ,70% de moins de 30 ans créative, une religion sublime, des ressources humaines et naturelles.

Dieu nous a comblés de tous ses bienfaits et le système nous punit plus d'un demi-siècle.

Telle est la réponse à ma question !

Les décennies passées nous ont donné le spectacle affligeant de voir tous ces admirateurs sans nuance aucune, apôtres de la langue de bois largement majoritaires, très intéressés, prêts à tourner leurs vestes dont certains hirsutes devenus très vite barbus, mais aussi à des détracteurs sans retenue critiquant tout et tous. Le regretté M. Mehri, militant de la première heure, avait adressé un message au Président Bouteflika à travers lequel, en sa qualité de vieil acteur du système, il en fit d'abord une critique objective et franche de ses causes et conséquences.

Il a formulé des suggestions sages dont on aurait pu débattre pour éviter encore à notre pays un autre cycle de violences et de temps perdu.

Les décideurs en général et le Président de la République en particulier doivent tirer les enseignements des erreurs passées, de la situation explosive actuelle. La presse a rapporté qu'il y'a eu plus de 9000 émeutes en 2010 et il y'en aura encore. Quelle lecture en faire ? Quelles réponses apporter aux 70 % des jeunes de moins de 30 ans en particulier et à tous en général ?

Ne versons ni dans la résignation ni dans la révolte. Restons lucides et déterminés pour le changement démocratique incontournable qui s'impose au plus tôt et au mieux.

Je joins ma modeste voix à celles du regretté Mr Mehri et de bien d'autres même en considérant que l'histoire des peuples n'est pas linéaire et ne se fait pas dans la dentelle. La révolution anglaise a décapité le roi Charles 1er en 1649 et la révolution française de 1789 a décapité le couple royal comme la révolution roumaine a fusillé le couple Ceausescu.

Il y'a aussi des révolutions pacifiques, telles celles des œillets au Portugal et la mutation démocratique de l'Espagne. Les révolutions tunisienne et égyptienne ont très vite chassé les tyrans corrompus Bénali et Moubarak, lesquels se croyant indétrônables, oublièrent comme tant d'autres la part de l'imprévu telle l'étincelle salutaire qui mit le feu aux poudres par l'immolation de Bouazizi glorieux martyr de la démocratie et des printemps arabes aux conséquences déjà visibles et plus encore pour d'autres à venir d'où une révolution à lectures multiples ,dimension universelle et favorable à tous les opprimés du monde y compris dans celui dominateur installé dans ses certitudes.

Ainsi les transitions pacifiques ou violentes sont essentielles et déterminantes sur le succès des mutations historiques imposées par le temps.

Le Président Bouteflika et les décideurs ont la responsabilité et le devoir de répondre en urgence aux demandes multiformes exprimées jusqu'ici pacifiquement par une majorité de citoyens déterminés.

Le quatrième mandat présidentiel doit arriver à son terme par l'empreinte rapide, réaliste et intelligente dont il est indispensable de marquer par une transition pacifique l'histoire de notre pays qui n'a que trop souffert jusqu'ici par l'absence d'une transition pacifique, efficace, réaliste.

En ma qualité de citoyen ayant la seule ambition d'éviter l'effusion du sang et les troubles dommageables, je suggère les actions suivantes et le plus tôt:

-L'amendement de la Constitution en limitant à nouveau le mandat présidentiel à 2 au terme de celui en cours par le Parlement actuel dont le précédent qui en a supprimé la limitation à 2.

-Rétablir les prérogatives du Chef du Gouvernement dans la Constitution amendée et toujours par l'actuel Parlement

-Apporter d'autres amendements susceptibles d'élargir et de fortifier le champ démocratique tel l'amendement du Code Electoral actuel très restrictif.

-Si le recours à ces amendements est suggéré, c'est pour un gain de temps en évitant encore une nouvelle élection référendaire.

Quant aux prochaines relatives au renouvellement des APC et APW, espérons qu'il en émergera des élus aptes à gérer les Collectivités concernées.

-Prévoir des élections libres et sans les fraudes considérées comme une insulte à l'intelligence des Algériens, génératrice d'un taux important d'abstention que nul n'ignore et d'un désintérêt général confortant les électeurs vu le nombre d'élus poursuivis (sans généraliser )

-Tenir compte des avis des, partis de l'opposition, universitaires, journalistes, analystes, juristes

-Ecouter leurs suggestions, retenir les plus valables, débattre, nul n'ayant le monopole de la vérité absolue et celui du patriotisme.

-Ouvrir naturellement le champ médiatique

-Permettre des débats télévisés sans aucun tabou ni dépassements

-Tirer les enseignements des lignes politiques et économiques variables, hésitantes, coûteuses et généralement inefficaces suivies depuis l'indépendance à ce jour

-Evaluer les conséquences des choix économiques généralement désastreux, dont après ceux du socialisme dit scientifique tantôt une privatisation incertaine et brouillonne, suivie au retour de l'interventionnisme de l'Etat injectant des Milliards dans le secteur public comme auparavant sans que cela ne soit suivi de création d'emplois et de richesses.

-Faire une juste place aux PME-PMI par un débat sérieux pour des mesures créatrices d'emplois durables et de richesses pour le pays.

-Persévérer dans l'encouragement du secteur agricole et l'améliorer pour économiser nos devises et limiter notre dépendance alimentaire (la presse a rapporté qu'il y aurait 2 millions d'hectares en jachère)

-Refonder clairement toutes les catégories d'un enseignement sinistré du primaire au supérieur.

-Encourager davantage la recherche

-Persévérer dans le développement de l'enseignement technique.

-Reconsidérer les agréments dans le cadre de la loi pour la création de partis crédibles et sérieux et non de circonstance comme le prouve le refus d'agrément demandé par certains d'entre eux pendant plusieurs années pour subitement en accréditer toute une myriade sans base sociale, politique et programme crédible et sérieux au point de rechercher des candidats par voie de presse comme s'il s'agissait d'une offre d'emploi ,ce qui est dénué de tout sérieux.

-Exiger des organes de l'Etat concernés d'assumer leurs missions de contrôle avec rigueur et sans concessions. Cour des Comptes- IGF- Inspections Générales des Ministères- Walis- etc.

-Gouverner le pays avec des lois soumises aux débats des parlementaires dépositaires avec le Président de la République de la légitimité et exceptionnellement par ordonnance

-Ecouter l'opposition et tous les contre pouvoirs indispensables à une démocratie réelle vivante, dynamique.

-Combattre d'une main de fer la bureaucratie corrompue qui exaspère les algériens.

-Agir sur le rapport homme/espace/densité au km2 d'où création de villes à dimension humaine et vivable dans un but de, peuplement, sécurité et défense de notre territoire et de nos 7 frontières (voire la situation critique dans le Sahel)

-Envisager des études par des spécialistes se référant aux expériences d'autres pays et tenant compte obligatoirement des réalités et spécificités algériennes et aussi après des débats sérieux et contradictoires organiser une régionalisation intelligente pour limiter voire même supprimer la paralysie bureaucratique et fortifier encore plus la démocratie pour une stimulation du développement.

Ainsi dresser un barrage infranchissable aux velléités régionalistes et séparatistes comme celle auprès de l'ONU formulée et médiatisée à partir de Paris par le MAK pour couper l'herbe sous les pieds de cette tendance qui veut faire le bonheur de certains de voir l'Algérie devenue le plus grand pays d'Afrique, jalousée ,éclatée et divisée. La lutte pour l'Etat Nation dans son expression moderne a, débuté avec l'Emir Abdelkader, ressurgi avec El Mokrani- Bouamama et d'autres. Le Peuple algérien a payé un prix très lourd pour son avènement.

Il est de notre devoir absolu à tous de le consolider.

En matière de politique étrangère, l'expérience acquise par le Président Bouteflika à la tête la diplomatie algérienne, active, efficace, fut un plus pour notre pays. Si dès le début de son premier mandat, il a eu la pertinence de visiter le Soudan et l'Iran pour neutraliser leurs soutiens actifs au terrorisme intégriste, il est incompréhensible de constater que la voix de l'Algérie n'a plus la même portée même si l'Algérie active dans ce sens.

L'Union du Maghreb est en panne. Les échanges de ses membres furent de 1,5 % en 2010 par rapport à leur montant global.

La situation est totalement bloquée alors qu'il y'a l'unité géographique, un littoral marin méditerranéen et atlantique de plusieurs milliers de kilomètres allant de la Libye à la Mauritanie, une histoire, des langues, une culture communes.

Si l'Europe s'est construite c'est grâce à l'entente entre l'Allemagne et la France, ses deux locomotives.

L'UMA se réalisera que s'il y'a entente entre l'Algérie et le Maroc à propos de tous les problèmes. On ne peut être nationaliste, parler des frontières et du Sahara Occidental indéfiniment, ce qui revient à appuyer sur le frein tout en souhaitant l'Union, ce qui signifie appuyer sur l'accélérateur. Deux positions contradictoires qui calent le moteur de l'Union.

La solution se trouverait peut être dans le dépassement des positions figées de toutes parts dans une forme de transcendance par la mise en commun de tous nos atouts respectifs,la nécessité d'une solution juste,équitable,répondant aux revendications légitimes du peuple sahraoui naturellement intégré dans l'Union. Considérer le rapport homme espace c'est-à-dire densité au km2 de chaque pays et celle de l'espace maghrébin. Les 100 millions de maghrébins constitueront une entité, un ensemble, un marché, un partenaire non négligeable à l'heure des multiples regroupements en, Europe, Asie, Amérique du Sud, Amérique du Nord etc.

La Conférence de Tanger en 1958 en pleine lutte de libération à laquelle l'Algérie fut représentée par Mr Mehri avait déjà tracé la voie à suivre.

C'est un vœu cher à tous nos peuples et si la diplomatie des Etats a échoué, il faudrait lui substituer celle des peuples.

Le pouvoir du temps ne pourrait il pas faire évoluer ce vœu cher à nos cœurs ?

Ce même pouvoir a mis un terme à toutes les dictatures d'Amérique Latine et des pays de l'Est.

Les pays arabes colonisés, exploités, opprimés par l'impérialisme et certains de ses valets, aidés et soutenus pour se maintenir, se servir et le servir exigent au prix le plus fort de se libérer des tenailles endogènes et exogènes qui les enserrent et les étouffent.

L'Algérie s'est libérée par les armes et le sacrifice de son peuple et de ses martyrs.

Sa deuxième révolution a déjà eu lieu en octobre 1988 et dont hélas les acquis démocratiques n'ont pas porté tous leurs fruits.

Sous l'égide du Pouvoir, de l'opposition et de toutes les bonnes volontés citoyennes, de tous les dirigeants et, nous pouvons vivre une ère nouvelle démocratique, libre et prospère pour le bonheur de tous les algériens. Le système qui a survécu à octobre 1988 est usé, dépassé.

Toute modestie gardée, je suis l'auteur d'une vingtaine d'analyses diverses prémonitoires parues dans la presse. Je ne citerai qu'une infime partie du contenu de certaines d'entre elles.

Dans El Moudjahed du 27/10/1988, des 16 et 17/01/1989, j'ai exprimé ma crainte d'un multipartisme débridé générant partis intégriste, violent, ethnique, séparatiste voire le FIS et le MAK-

Dans le Quotidien d'Oran du 30/11/2010 à propos de la mobilisation patriotique de la jeunesse suite aux dépassements dus au match de football Algérie Egypte, j'écrivais :

 « …..Nos dirigeants aussi doivent savoir prendre acte très sérieusement de la force puissante de cette jeunesse. Du Nord au Sud, de l'Est à l'Ouest et à partir de tous les continents, elle s'est exprimée avec force et détermination. Comprenez Messieurs,

le puissant message et faites s'il vous plait la lecture qui s'impose car, il parait opportun de dire que le peuple algérien a toujours été empêché de montrer ce qu'il a réellement au fond de ses entrailles.

Mais il sait aussi prendre ses responsabilités lorsque les circonstances l'exigent comme il vient de le démontrer si brillamment. Libérez les saines ambitions démocratiques, culturelles, économiques et sociales et toutes celles que, jeunes et vieux, nous nourrissons pour notre pays, notre peuple et notre bien aimée patrie.

Comprenez le message délivré, regardez, ouvrez bien les yeux, évaluez le juste sens de tout ce qui vient de se passer. En résumé c'est le sang neuf de l'Algérie qui vient de se manifester.

Expérience, sagesse et jeunesse sont une belle promesse pour l'avenir .Et dans un même élan face à toutes les lâchetés, nous avons montré notre patriotisme, l'amour fervent que nous portons à notre pays avec notre unité exemplaire et exprimé avec force et détermination nos valeurs et nos convictions.

Notre Etat Nation renaissant durant la lutte de libération qui n'a cessé de se fortifier depuis l'indépendance malgré les coups durs encaissés récemment, en sort plus que fortifié grâce à l'union sacrée du Peuple, de l'Etat et de ses dirigeants ….. »

Au terme de cette modeste contribution, de ces propos j'en fais ma conclusion en y ajoutant que nombre de pouvoirs ont fait leur temps et que le pouvoir du temps a généré le printemps arabe et avec lui le printemps algérien porteur de la naissance de la

IIème REPUBLIQUE ALGERIENNE


Nombre de lectures: 209 Views
Embed This