DzActiviste.info Publié le jeu 23 Fév 2012

Le Traité international sur le commerce des armes menacé par des pinaillages procéduraux entre Etats

Partager
New York – Les discussions qui ont eu lieu toute la semaine à l’ONU autour du Traité international sur le commerce des armes risquent de dérailler pour cause de désaccords sur des questions de procédures.  
 
Depuis le 13 février, les diplomates sont réunis aux Nations Unies pour essayer de s’entendre sur les règles de procédure de la conférence qui se tiendra du 2 au 27 juillet à New York et au terme de laquelle un Traité sur le commerce des armes sera adopté.
 
Les discussions sont actuellement dans l’impasse pour deux raisons : tant la question de la prise de décision que celle du niveau de participation de la société civile aux négociations posent problème.
 
« Le commerce des armes est hors de contrôle et aujourd’hui il semble que la diplomatie aussi ! », affirme nicolas Vercken d’Oxfam. « Il s’agit ici d’un traité absolument essentiel, qui peut sauver des vies et des moyens de subsistance ! Il est primordial que les gouvernements s’extirpent des questions de procédures et se mettent d’accord sur l’essence du traité ».
 
« En 2009, 153 pays ont voté pour la création d’un Traité sur le commerce des armes, et une seule une voix s’était prononcée contre. La volonté du plus grand nombre de contrôler le commerce des armes ne doit pas être déçue par une minorité résolue à retarder et compliquer le processus », souligne Jeff Abramsom, coordinateur de la Coalition Contrôlez les armes.
 
Le principal point de désaccord réside entre ceux pour qui le consensus doit donner à chaque Etat un droit de véto sur le résultat final des négociations, et ceux pour qui le consensus est un moyen de parvenir à un accord plus large au sein d’une grande majorité. Au cours des dernières semaines, le monde a vu les dommages que peut causer le droit de véto, sapant la capacité de la communauté internationale à prévenir un conflit. Si nous voulons que le TCA sauve des vies, il ne doit y avoir aucun véto pendant les négociations de juillet prochain.
 
 
Rima Chemirik
Chargée de plaidoyer Conflits / Conflicts Advocacy OfficerOxfam France – 104 rue Oberkampf 75011 Paris FRANCE
T: + 33 1 77 35 75 90 / F: + 33 1 56 98 24 09

rchemirik@oxfamfrance.org


logo-oxf-hor-vertemail 

LA PÉTITION 


Nombre de lectures: 283 Views
Embed This