DzActiviste.info Publié le mar 8 Mai 2012

Législatives algériennes en Europe

Partager

Le vote commence aujourd’hui en France

08.05.12 | 10h00 3 réactions

<br />

Source EL WATAN pour le lien cliquez ici >>> 

Les Algériens résidant en France (plus de 800 000) commenceront à voter aujourd’hui jusqu’à jeudi pour élire parmi les 40 listes en lice (23 pour la zone 1 nord et 18 listes pour la zone sud 2) les députés (2 pour chaque zone) qui les représenteront à la prochaine Assemblée nationale. Une élection laissant pointer un scepticisme quant au taux de participation des électeurs et précédée d’une campagne terne, sans engouement. 

Paris.
De notre correspondante (EL-WATAN)

Les marchés, les cafés et autres lieux de regroupement de la communauté, les réseaux associatifs, les abords des consulats, les médias communautaires et locaux ont été les supports des messages et programmes des candidats des 41 listes des deux zones (23 listes partisanes pour la zone nord  et 18 listes, dont une liste citoyenne dans la zone sud). Pour leur part, les responsables consulaires ont multiplié les déplacements dans leurs circonscriptions respectives pour informer et sensibiliser les électeurs à se rendre dans les bureaux de vote mis à leur disposition.

Selon les modalités réglementaires nationales, les consulats ont pour charge d’organisation le vote qui commencera ce matin à 8h et qui devra durer jusqu’à 22h, et ce, jusqu’à jeudi. La fermeture des bureaux de vote a été repoussée à 22h, d’une part pour compenser les deux journées (samedi et dimanche) habituellement ouverts au vote, mais cette année, en raison du 2e tour de la présidentielle française, le week-end a été amputé. Cela changera-t-il quelque chose en matière d’affluence des électeurs dans les centres de vote ? Quand bien même les responsables consulaires déclarent être fins prêts à accueillir les électeurs, ces derniers répondront-ils nombreux au rendez-vous. A voir. L’abstention risque de battre des records, c’est la crainte de l’administration et des candidats.  
Nombreuses similitudes et convergences
A l’examen des programmes des candidats, dont nous avons eu à prendre connaissance, ressortent de nombreuses similitudes dans leurs engagements et propositions en direction des ressortissants nationaux résidant en France, ainsi que dans les diagnostics que les uns et les autres font des manques, insuffisances et carences. Voici un inventaire non exhaustif des propositions et des engagements qui reviennent le plus dans les programmes des candidats : création d’une permanence électorale pour «être à l’écoute des concitoyens» ;   faciliter l’accès à la propriété immobilière aux immigrés dans les mêmes conditions tarifaires que les locaux comme le suggère le MJD ; ouverture d’établissements bancaires algériens en France ; création d’une structure d’information économique destinée aux entrepreneurs et aux porteurs de projets ; rapatriement des corps à la charge de l’Etat.

Ahd 54, par exemple, propose pour le financement de cette opération une participation de 20 euros sous forme de timbre à chaque renouvellement du passeport ; renforcer l’Accord franco-algérien de 1968 pour préserver les intérêts des ressortissants algériens ; agir pour lever tous les obstacles politiques, bureaucratiques et juridiques à l’investissement et au transfert de compétence, par des formations et à travers des échanges culturels et scientifiques signés entre l’Algérie et la France, comme s’y engage le FFS qui se demande «comment peut-on donc continuer à imposer aux Algériens de l’étranger qui souhaitent investir dans leur pays les mêmes dispositions qu’aux investisseurs étrangers ?» ou «comment peut-on exiger d’eux une équivalence pour des diplômes obtenus dans de grandes universités étrangères pour exercer en Algérie et mettre leurs compétences au service du pays et de son développement ?» ; ou encore «militer pour amender la disposition de la loi imposant aux investisseurs algériens résidant à l’étranger, de se soumettre au taux du 49/51 dans tout projet d’investissement en Algérie» ; ou encore «plaider pour l’application et la mise en œuvre du décret présidentiel portant constitution du conseil consultatif de la communauté établie à l’étranger» ou «soutenir la création d’une agence de développement économique pour encourager l’investissement de la communauté en Algérie» comme s’y engage l’Union des forces démocratiques et sociales El Ittahad (UFDS) ; redynamiser davantage le rôle de la communauté algérienne dans le développement du pays à travers l’investissement et le partenariat entre les Algériens des deux rives  ; conjuguer les efforts du tissu associatif algérien, des institutions diplomatiques et des différents partenaires pour servir la communauté algérienne, selon Algérie verte ; négociations pour la mise en place de tarifs abordables et permanents pour les voyages vers l’Algérie, ouverture de vols low-coast ; demande d’un quota de recrutement d’immigrés pour les entreprises françaises qui travaillent sur des marchés algériens, propose le PNSD ; un médiateur de la République mandaté pour régler les problèmes que peut rencontrer la communauté algérienne établie à l’étranger auprès de l’administration algérienne (consulats, ambassade…). Encourager et fédérer le milieu associatif (culturel, intellectuel, lobbying…) et lui offrir une tribune pour exprimer ses idées, promouvoir et mettre en œuvre ses actions ; défendre les intérêts des Algériens auprès des autorités et institutions françaises et contre tout préjudice à caractère racial/identitaire, religieux ou discriminatoire  ;  des «Maisons de l’Algérie» seront créées au niveau des grandes régions françaises à forte présence de notre communauté, selon Jil Jadid ; l’initiation et l’encouragement de projets créateurs d’emplois pour les jeunes dans les secteurs à fort potentiel, notamment ceux des hydrocarbures et du tourisme ; la création d’un ministère, à part entière, chargé de la communauté ; réformer les circonscriptions électorales de l’étranger ; aligner les circonscriptions électorales de l’étranger sur celles de l’Algérie (un député pour 80 000 habitants environ) ; propose la Liste citoyenne de la zone sud.  

Quelques chiffres :

– Nombre d’électeurs  à l’étranger : 988 229, dont la France où ils sont  
 à 489 545 pour la zone 1et 311 963 pour la zone 2.
– La zone 1 comprend les circonscriptions consulaires de Paris, Strasbourg, Lille, Bobigny, Nanterre, Pontoise, Vitry-sur-Seine et Metz.
– La zone 2 inclut les circonscriptions de Marseille, Lyon, Grenoble, Toulouse, Bordeaux, Nantes, Montpellier, Nice, Saint-Etienne, Besançon.
– Listes des candidatures : 23 listes de partis politiques pour la zone 1 ;
17 listes de partis et 1 liste d’indépendants pour la zone 2. Chaque liste se compose de 2 candidats titulaires et de 2 suppléants.
– Sur les 23 listes de partis politiques enregistrées
en zone 1, une seule est conduite par une femme, celle d’El Ittihad (UFDS).
Les candidates sont  premières ou deuxièmes titulaires ou suppléantes (premières ou deuxièmes).  

– Dans la zone 2, une femme est tête de liste pour le Mouvement national pour la nature et le développement (MNND).
– Les centres de vote sont au nombre de 10 pour la zone 1 et 82 bureaux ,
10 centres et 57 bureaux
de vote pour la zone 2.
– Au final, la zone 1  et la zone 2 seront représentées par 2 députés chacune.
 Par Nadjia Bouzeghrane correspondante El-Watan à Paris

VOS RÉACTIONS 3
hadjouti   le 08.05.12 | 12h53
 VOTE DE L’EMIGRATION : le désert

L’émigration a commencé à voter depuis trois jours. En Espagne, l’ambassade a déclenché une campagne de communication massive cette semaine pour annoncer que les Algériens résidents, surtout s’ils sont organisés dans des associations, verront leurs droits sociaux et ceux de leurs familles reconnus. A l’évidence l’opération n’a pas eu d’effet sur la communauté. Jusqu’à ce lundi, les bureaux de vote sont toujours déserts à Madrid. Même chose en Italie où les bus mis à disposition par les autorités consulaires reviennent vides. Les choses ne sont pas plus brillantes en Tunisie.
Mais c’est en France que le rejet du scrutin est le plus visible. A Paris et Marseille, les émigrés, qui se sont rarement sentis impliqués par les élections, ont quasiment ignorés les urnes. A noter que les militants du RCD ont distribué des tracts appelant au boycott sur les marchés, les galas artistiques ou devant les bouches de métro pendant que les candidats se limitent à occuper les radios communautaires dans des émissions qui tournent souvent au pugilat. « Les Algériens manifestent une indifférence ou un rejet plus violent que par le passé » ont déclaré à la station France 3  régionale des Bouches du Rhône les cadres du RCD.
En cette fin de matinée du mardi, les autorités consulaires se sont réparties les éléments de langage pour expliquer le fait que l’abstention est plus sévère que la passé : « l’élection présidentielle française a distrait l’électorat et le fait que nous n’ayons pas pu organiser le vote le week-end a influé négativement sur la participation », explique-t-on en boucle à Paris.

 

djamal3   le 08.05.12 | 12h50
 ne votez pas

Montrez que vous voulez changer ce système , ne votez pas si vous ne voulez pas lui donner l`occasion de continuer a ruiner le pays cinq ans de plus!!!!
montrez votre cohésion avec votre peuple laissez cet ambassadeur qui a plus de 84 ans tout seul a attendre et scruter l`entrée de l`ambassade en vain.

wassim_ams   le 08.05.12 | 11h33
 ces pas normal

au pays bas et je pense meme dans autres pays on a recu des lettre ou ya l adresse pour voter pas plus ces normal ca meme pas expliquer qui sont les parti leur programe ou un rasseblement pour parler de ca rien de rien comment je vais aller voter et je sais rien donc pour moi ces pas normal et je prend pas de respensabiler de voter sur des parti que je connais meme pas leur programe


Nombre de lectures: 298 Views
Embed This