DzActiviste.info Publié le mer 26 Déc 2012

Les affamés, la guerre des clans et le changement

Partager

chat_noir 03Said Radjef

Quand on est affamé et on traine derrière soi un passé douloureux, on devient une cible facile à anéantir, une cible facile à la manipulation. Quand on n’a plus aucune dignité à faire valoir, on sombre dans l’asservissement et la lâcheté. On devient l’agent inconscient du mal et du mensonge.

A l’ origine du malheur qui s’acharne sur le peuple, l’armée. Toutes les décisions qui ont engagé le destin de la nation algérienne depuis le 1er novembre 1954 à ce jour, ont été l’œuvre de l’armée et seulement de l’armée. Mais pour brouiller les pistes, dresser les uns contre les autres et entretenir la suspicion et la haine, on trouve tous les affamés déguisés en opposants, en défenseurs acharnés de la démocratie et de la libre pensée. Le peu d’intellectuels que compte le pays sait que l’opposition n’a jamais existé en Algérie. Certes, il y a eu des électrons libres, des individualités, mais à aucun moment l’opposition n’a existé en Algérie. Le pouvoir militaire qui a travaillé cette Algérie profonde depuis 1962 à ce jour, grâce au concours des grandes puissances, s’est appuyé sur la presse et ces affamés pour fabriquer « des ennemis dans chaque coin de la rue au peuple », pour détourner le regard des algériennes et des algériens des questions essentielles qui engagent le destin de la nation.

Tels des oiseaux de mauvaise augure qui attendent la becquée, cette presse et ces affamés pour qui leur origine paysanne fait honte, ces affamés qui ont renié la terre qui les a vu naitre au monde et pour qui les paysans n’ont plus aucune considération, disent qu’ils sont dans le secret des dieux. Sachant l’anéantissement et l’ignorance provoqués par un demi-siècle de terreur, de mensonges et d’impostures, ils abusent de la crédulité du peuple, en l’imbibant de rumeurs et de colère. Et rarement dans l’histoire de l’humanité on aura aussi perfectionné le terrorisme moral comme l’ont fait ces affamés aux origines douteuses, surgis de nulle part…

Les initiés, à travers l’ignorance de la presse, ont compris qu’une lutte sournoise entre clans militaires et dignitaires du régime totalitaire, secoue en ce moment le pouvoir algérien. L’enjeu, en l’absence d’une véritable opposition, est l’élection présidentielle de 2014. Dans les rédactions et les salons feutrés d’Alger, journalistes de circonstance et fausses notabilités politiques s’empressent de sortir des dossiers qui compromettent et une multitude de rumeurs pour préparer le peuple à légitimer la mascarade de 2014.

Le printemps, n’en déplaise au président Français François Hollande, n’est pas derrière nous. Il est devant nous. Que ces affamés qui ne vivent que de ruse et de trahison, sachent une bonne fois pour toute que le peuple dans son aspiration au changement, ne peut pas se contenter d’un quelconque sacrifice, fut il celui de Bouteflika. Bouteflika est un pion actif et intelligent du système. Mais le peuple n’exige pas seulement la tête de ce pion qui a été l’interlocuteur de De Gaule, de Pompidou, de V G d’Estain, de Mitterrand, de Chirac, de Sarkozy et à présent de Hollande qui se souvient à peine de la silhouette du premier président de la 5eme république. Le peuple exige un changement radical.

Le peuple veut restaurer l’ordre citoyen et politique. Le peuple refuse le pouvoir de l’armée et des assemblées croupions qui ne sont pas le produit de la représentation populaire, des assemblées ou siègent des bandes de scélérats… Le peuple veut une presse au service de la liberté et de l’information et non d’apprentis sorciers propagandistes au service de petits caporaux, accessoirement militaires et génialement terroriste de l’AQMI. Le peuple veut un changement et non d’une élection dont l’issue est connue d’avance. Le peuple veut des investisseurs authentiques au fait des réalités économiques internationales et non de prêtes noms champions de l’economie de bazar…


Nombre de lectures: 1488 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>