DzActiviste.info Publié le mar 7 Mai 2013

Les établissements hospitaliers paralysés

Partager

L’Intersyndicale estime le suivi de la grève à 85%

in El Watan 07/05/2013

photo-sante-ph-souhil-11_1553210_465x348Les rencontres entre représentants des travailleurs et du ministère de la Santé ou du Premier ministère n’ont eu aucun effet concret sur les dossiers en suspens qui font l’objet de protestation depuis plusieurs années.

La grève à laquelle ont appelé les syndicats autonomes de santé publique, coïncidant avec le débrayage cyclique des corps communs du secteur, a eu pour effet de paralyser les services hospitaliers. Même si l’action de protestation a rimé avec assurance du service minimum, les malades ont dû faire preuve de patience, leur rendez-vous étant reporté jusqu’à la fin du débrayage. Pour les grévistes, cette action est le résultat de «la politique de fuite en avant des autorités, laissant le secteur de la santé se débattre dans ses problèmes depuis plusieurs années».

En plus de l’arrêt de toutes les activités par les médecins généralistes et spécialistes et des effectifs du paramédical et des corps communs, un sit-in a été organisé à l’intérieur de l’hôpital Mustapha Pacha, à Alger, par les représentants du paramédical et des corps communs qui ont crié leur ras-le-bol et leur colère quant à la situation dans laquelle ils évoluent. Les banderoles renseignent sur les revendications de cette catégorie de travailleurs qui réclament «une justice sociale» qui ne peut venir qu’avec une augmentation de salaire et la généralisation de la prime de contagion. Pour rappel, les corps communs sont à leur quatrième semaine de grève cyclique de 4 jours par semaine «dans l’indifférence totale de la tutelle».

L’indifférence est le même sort subi par l’action organisée au même temps par l’Intersyndicale de la santé qui était, hier, à sa première journée d’une grève de trois jours. Les syndicats du secteur se félicitent du taux de suivi enregistré. Selon Lyès Merabet, président du Syndicat national des praticiens de santé publique (SNPSP), le taux de suivi national se situe autour de 80% ; dans la capitale, ce taux avoisine les 85%. Les services hospitaliers et centres de santé de proximité ont été paralysés. Le service minimum est cependant garanti. «Nous avons reporté les consultations, mais nous nous occupons des cas d’urgence, des injections, des consultations pour les enfants et les personnes âgées», explique une infirmière au centre de santé Bouchenafa à Alger.

Les services des hôpitaux de Kouba, Hussein Dey, Mustapha ou Rouiba sont presque paralysés. En plus du SNPSP, le Syndicat national des praticiens spécialistes de santé publique (SNPSSP), le Syndicat algérien des psychologues (SAP) et le Syndicat des enseignants en paramédical, membres de cette Intersyndicale, sont également initiateurs de ce débrayage. Cette action de protestation marque en fait la fin d’une période de reprise de dialogue qui n’a duré que quelques mois. Les rencontres entre représentants des travailleurs avec ceux du ministère de la Santé ou du Premier ministère n’étaient d’aucun effet concret sur les dossiers en suspens qui font objet de protestation depuis plusieurs années. Pour rappel, les revendications des grévistes sont liées, entre autres, à la révision de leur statut et l’actualisation des primes de contagion et de garde. Il s’agit aussi de l’ouverture des concours d’accès au grade supérieur pour les praticiens.

Le ministère de la Santé se défend :

Le ministère de la Santé a réagi, hier, à la grève de l’Intersyndicale qui paralyse le secteur. Dans un communiqué rendu public dans la journée, il fait état que «des avancées notables ont été enregistrées dans la prise en charge des revendications des professionnels de la santé à la faveur des réunions régulièrement tenues avec l’ensemble des partenaires sociaux (17 syndicats) depuis le dernier trimestre de l’année 2012».

Il dénonce, dans ce contexte de grogne sociale massive, «une logique de contestation permanente prônée par certains syndicats qui pénalise en premier lieu les citoyens et porte préjudice aux professions de santé». Le ministère estime que beaucoup de revendications ont été satisfaites et que des décisions en faveur des travailleurs du secteur ont été prises et appliquées.

Parmi les points concrétisés, le ministère fait état, entre autres, de la revalorisation des indemnités transversales (garde et risque de contagion) et les arrêtés interministériels relatifs aux postes supérieurs des différents personnels de santé qui ont été signés et se trouvent en instance de publication au Journal officiel. «En ce qui concerne la mise en œuvre de la promotion massive des paramédicaux brevetés au grade de paramédicaux diplômés d’Etat, ainsi que la promotion des autres paramédicaux dans les autres grades supérieurs, l’arrêté interministériel y afférent a été signé et se trouve en voie de publication au Journal officiel», a précisé le ministère, qui est revenu également sur l’organisation, pour la première fois, du concours de passage au grade de spécialiste principal au profit des spécialistes de santé publique avec l’ouverture de 3004 postes.

Quant à l’amendement des statuts particuliers, le ministère a assuré que le traitement de cette revendication ne relève pas de sa seule compétence, d’autant que leur promulgation est relativement récente. Selon le département de Ziari, «les efforts consentis par la collectivité pour améliorer la situation socioprofessionnelle des personnels de santé ne peuvent être consolidés et poursuivis que s’ils trouvent leur pendant en termes d’amélioration du service public de la santé». R. S.

Fatima Arab


Nombre de lectures: 1290 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>